Comment minimiser les effets de la chimiothérapie en oncologie

Le cancer a cessé d'être un diagnostic aussi terrible qu'avant, et le renvoi à un dispensaire oncologique n'est plus un aller simple. L'utilisation combinée de la chimiothérapie et de la radiothérapie peut guérir le patient, mais elle a un grand nombre d'effets secondaires et peut causer des dommages importants à la fonction reproductrice du corps..

Conséquences de la chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement des tumeurs malignes avec de fortes doses de médicaments toxiques qui agissent sur toutes les cellules en division et en croissance. La chimiothérapie bloque la prolifération et la mort de ces cellules. Cependant, non seulement les tumeurs se développent rapidement, mais également les tissus de la moelle osseuse, les muqueuses du tractus gastro-intestinal, l'épithélium de la peau, les cheveux et les ongles et les cellules germinales..

Les effets nocifs sur ces tissus sont dus aux effets secondaires suivants de la chimiothérapie:

  • chute de cheveux;
  • nausées Vomissements;
  • anémie;
  • fragilité et fragilité des ongles;
  • peau sèche;
  • Infertilité temporaire ou permanente
  • constipation et diarrhée;
  • ulcères de la bouche;
  • troubles de la coagulation sanguine;
  • diminution de l'immunité;
  • troubles de la miction;
  • gonflement.

Les cellules endommagées par la chimiothérapie sont restaurées quelque temps après la fin du cours. La durée de la récupération dépend de l'état du corps, de la résistance cellulaire et du type de médicament que le patient a reçu.

Les effets secondaires disparaissent après la fin du traitement, mais certaines des conséquences après la chimiothérapie peuvent déranger le patient pendant plusieurs années si les médicaments ont endommagé le cœur, les poumons, les reins et, en particulier, les organes reproducteurs..

L'essentiel est que le patient se souvienne et réalise pleinement que, malgré les effets secondaires, les médicaments de chimiothérapie peuvent sauver la vie d'une personne et guérir une tumeur maligne. Vous pouvez vous protéger de certains effets secondaires (par exemple, l'infertilité), et l'alternative à un tel traitement est seulement une mort lente par cancer.

Il est impératif de consulter au préalable votre médecin sur les effets secondaires et les conséquences de l'action de l'un ou l'autre groupe de médicaments. Lorsque des effets secondaires apparaissent, votre médecin vous prescrira des médicaments qui peuvent soulager leurs symptômes. Dans les cas extrêmes, le médecin peut modifier le schéma thérapeutique et remplacer certains agents chimiothérapeutiques par d'autres.

L'effet sur la fonction reproductrice dépend largement du sexe du patient. Les médicaments des générations précédentes ont causé l'infertilité chez les deux sexes, que l'homme ou la femme ait été traité. Les médicaments modernes sont plus susceptibles de provoquer l'infertilité chez les hommes que chez les femmes. Cependant, dans seulement soixante-dix pour cent des cas, les jeunes filles tombent enceintes après une chimiothérapie sans l'aide de spécialistes de la reproduction..

Comment réduire les effets secondaires courants de la chimiothérapie

Chute de cheveux

Tous les agents chimiothérapeutiques ne provoquent pas la calvitie, mais il s'agit d'un effet secondaire courant. Les médicaments affectent l'endroit où se trouve la racine des cheveux - le follicule pileux, perturbant la croissance des cheveux. Peu à peu, les cheveux deviennent de plus en plus fins et tombent, non seulement sur la tête, mais aussi sur le visage, les membres, les aisselles et le pubis.

Pour la plupart, la calvitie est un problème psychologique. La perte de cheveux beaux et longs est particulièrement difficile pour les femmes. Les conseils suivants aideront les patients à faire face plus facilement à la perte de cheveux:

  1. Demandez à votre médecin si le schéma thérapeutique prescrit par lui provoque la calvitie. Si c'est le cas, il est conseillé de prendre soin d'acheter une perruque à l'avance, cela vous permettra de faire correspondre sa couleur à votre couleur naturelle de cheveux.
  2. Trouvez votre propre shampooing médical pour cheveux secs et abîmés. Utilisez un peigne doux.
  3. N'effectuez pas de procédures agressives: n'utilisez pas de bigoudis, de fers à friser. Ne permettez en aucun cas - cela ruinera définitivement les cheveux déjà affaiblis..
  4. Coupez vos cheveux courts à l'avance et portez un chapeau. Si vous vous sentez mal à l'aise, contactez votre famille - ils vous soutiendront toujours. Et surtout, rappelez-vous que la croissance des cheveux se rétablira après la fin du traitement..

Nausée et vomissements

Les nausées et les vomissements au cours d'une chimiothérapie sont associés à des lésions de la muqueuse gastrique par des médicaments chimiothérapeutiques ou à leur effet sur certaines structures du système nerveux. Cette complication ne survient pas chez tous les patients et ses manifestations sont d'intensité différente..

Si la nausée vous dérange pendant plusieurs jours, consultez votre médecin. Ils vous prescriront un antiémétique pour prévenir ou réduire les nausées.

Pour soulager les nausées et éviter les vomissements, suivez ces conseils:

  1. Réduire l'apport alimentaire en compensant la fréquence des repas.
  2. Mangez lentement, en mâchant soigneusement les aliments. Boire par petites gorgées.
  3. Évitez les aliments grossiers, sucrés, gras, épicés ou salés.
  4. Ne mangez pas d'aliments chauds - attendez que les aliments refroidissent à température ambiante.
  5. Si la nausée vous dérange le matin, mangez des biscuits ou buvez un verre de jus clarifié frais et sans sucre avant de vous lever..
  6. Si vous ressentez de graves nausées, essayez de sucer un glaçon ou un bonbon au citron. Cependant, si vous avez des lésions de la muqueuse buccale, évitez tout.
  7. Évitez les odeurs fortes: cuisson des aliments, fumée de cigarette, parfum. Essayez de ne pas cuisiner votre propre nourriture.
  8. Après avoir mangé, ne vous couchez pas - asseyez-vous dans un fauteuil, regardez la télévision ou lisez un livre pendant quelques heures.
  9. Si vous ressentez une forte fréquence, prenez quelques respirations profondes et essayez d'aller vous coucher..
  10. Ne pas manger ni boire dans les deux heures avant et après l'administration de médicaments chimiothérapeutiques.

Anémie

La chimiothérapie perturbe la fonction de la moelle osseuse, ce qui entraîne une diminution du nombre de globules rouges - globules rouges dans le sang. Cette anémie est appelée aplasique..

La fonction principale des globules rouges est liée au fait qu'ils contiennent de l'hémoglobine - un pigment rouge capable de transporter l'oxygène des poumons vers d'autres organes du corps. Au cours de la chimiothérapie, le taux d'hémoglobine dans le sang diminue et l'apport d'oxygène diminue. C'est ce qui cause les principaux symptômes de l'anémie: faiblesse, fatigue accrue et irritabilité..

Le corps essaie de compenser la quantité insuffisante d'oxygène dans le sang - la respiration et la fréquence cardiaque augmentent, des frissons se produisent. Si vous ressentez cela, contactez votre médecin..

Au cours du traitement, le patient fait périodiquement un test sanguin. Avec une forte diminution du taux de globules rouges, le médecin prescrira une transfusion sanguine ou de globules rouges pour soulager l'état du patient.

Pour faire face à la faiblesse et à la fatigue, suivez ces conseils:

  1. Prolongez votre nuit de sommeil.
  2. Essayez de développer l'habitude d'interrompre les siestes.
  3. Limitez l'activité physique. N'hésitez pas à demander de l'aide à la famille et aux amis.
  4. Obtenez suffisamment de vitamines et de fer.
  5. Ne changez pas de position trop brusquement. Cela peut provoquer des étourdissements et des évanouissements chez une personne dont la concentration d'oxygène dans le sang est réduite..

Ongles cassants et cassants

Les ongles, comme les follicules pileux, sont vulnérables à la chimiothérapie. De la chimiothérapie, ils s'assombrissent, deviennent cassants, cassants, des rayures blanches longitudinales apparaissent sur eux.

La seule chose qui peut être recommandée au patient au cours de la chimiothérapie est de couper les ongles courts. S'ils commencent à s'assombrir ou à se stratifier trop, consultez votre médecin - c'est l'un des signes d'une infection fongique.

Peau sèche et squameuse

Les agents chimiothérapeutiques agissent également sur les cellules épithéliales de la peau. Par conséquent, au cours du traitement, les patients s'inquiètent souvent de la sécheresse et de la desquamation de la peau et de l'acné. Habituellement, la peau récupère après la fin du traitement, mais elle doit être soignée - la peau sèche se fissure très facilement et les fissures sont la porte d'entrée de l'infection. Les conseils suivants vous aideront à protéger votre peau:

  1. Si de l'acné apparaît sur votre peau, utilisez un savon germicide pour vous laver le visage. Après la toilette, ils ne s'essuient pas le visage, mais se mouillent, après quoi il est conseillé d'utiliser des hydratants.
  2. Prenez une douche chaude. L'eau froide et chaude endommage la peau.
  3. N'utilisez pas d'eau de Cologne, de parfum ou d'après-rasage contenant de l'alcool.
  4. Utilisez des gants en caoutchouc ménagers pour laver la vaisselle et les travaux ménagers.
  5. Protégez votre peau du soleil. Portez des chemises en coton à manches longues à l'extérieur et n'oubliez pas une coiffe.

Si votre peau démange beaucoup, a une éruption cutanée ou de l'urticaire, consultez votre médecin - c'est un signe d'allergie aux médicaments anticancéreux..

Constipation et diarrhée

Les cellules de la membrane muqueuse du tractus gastro-intestinal sont vulnérables à la chimiothérapie. Par conséquent, un effet secondaire courant de la chimiothérapie est la diarrhée. Si la diarrhée dure plus d'un jour ou s'accompagne de sensations douloureuses, consultez un médecin - il vous prescrira les médicaments nécessaires.

Au cours de la chimiothérapie, le patient se voit prescrire un régime alimentaire strict et un régime quotidien. Parfois, le corps humain réagit à une diminution de la quantité de nourriture et à une diminution de l'activité physique avec la constipation. Si vous ne pouvez pas aller aux toilettes pendant plus de deux jours, parlez-en à votre médecin. Si nécessaire, il prescrira des laxatifs ou un lavement.

Ulcères oraux

Chez une personne en bonne santé, les cellules de la muqueuse buccale se régénèrent rapidement, elles sont donc vulnérables aux effets de la chimiothérapie. La chimiothérapie provoque une sécheresse de la bouche, une irritation et une ulcération de la membrane muqueuse. La stomatite provoque une douleur intense et contribue à l'infection.

Les conseils suivants vous aideront à éviter de blesser la muqueuse buccale:

  • Consultez votre dentiste avant de commencer votre traitement pour traiter la carie dentaire et l'inflammation buccale. N'oubliez pas que les dents carieuses sont un foyer chronique d'infection streptococcique, qui peut entraîner une intoxication sanguine.
  • Brossez-vous les dents après chaque repas. Utilisez une brosse douce. Consultez un dentiste, il vous aidera à choisir les outils nécessaires et vous expliquera la méthode de nettoyage doux des dents.
  • Ne vous rincez pas la bouche avec du sel, du bicarbonate de soude ou de l'alcool.
  • Ne pas fumer - fumer sèche et irrite les muqueuses de la bouche.
  • Ne mangez pas d'aliments chauds et ne buvez pas de boissons chaudes. Évitez les aliments grossiers, préférant les produits laitiers, les purées de légumes et de fruits et les fruits rouges.

Si au cours du traitement anticancéreux vous développez des ulcères buccaux, consultez votre médecin. Il prescrira les médicaments nécessaires pour accélérer la guérison et réduire la douleur.

Troubles de la coagulation sanguine

Un litre de sang adulte contient de deux cents à quatre cents milliards de plaquettes. Ce sont les petites plaquettes qui assurent la coagulation du sang. Ils sont produits par des cellules spéciales de la moelle osseuse rouge - mégacaryocytes.

Les médicaments de chimiothérapie interfèrent avec la fonction des mégacaryocytes, réduisant la numération plaquettaire, de sorte que chez les patients au cours du traitement, le moindre dommage provoque des saignements importants. De plus, des ecchymoses, des saignements de nez ou des saignements des gencives peuvent apparaître sur le corps du patient sans raison apparente. Parfois, un mélange de sang apparaît dans l'urine ou les selles.

Le taux de plaquettes dans le sang du patient est constamment surveillé au cours du traitement. Avec une diminution des valeurs critiques, on lui prescrit une transfusion de plaquettes.

Pour éviter les saignements, suivez ces précautions:

  1. Ne prenez pas d'aspirine ou d'autres antipyrétiques sans prescription médicale. Ces médicaments fluidifient le sang et augmentent les saignements..
  2. Soyez doux lorsque vous vous rasez, cuisinez, utilisez des ciseaux et des aiguilles.
  3. Refuser l'exercice - les ecchymoses et les entorses provoquent des hémorragies massives chez les patients souffrant de troubles de la coagulation.
  4. Ne buvez jamais de boissons alcoolisées.

Immunodéficience

Les médicaments chimiothérapeutiques inhibent la formation de leucocytes dans la moelle osseuse rouge - des cellules avec lesquelles le corps humain lutte contre les infections. Ainsi, la chimiothérapie induit une immunodéficience transitoire.

Au cours du traitement, le patient subit périodiquement une numération formule sanguine complète pour surveiller le nombre de globules blancs. Si leur niveau tombe à des valeurs critiques, le médecin vous prescrira les médicaments nécessaires. Dans ce cas, la dose de médicaments chimiothérapeutiques est réduite et le traitement suivant est reporté à une date ultérieure..

Éviter les infections est assez facile en suivant ces précautions:

  1. Ne contactez pas les personnes qui ont remarqué des signes de maladies infectieuses - toux, écoulement nasal, éruption cutanée. Évitez les transports en commun et les endroits où il y a généralement beaucoup de monde.
  2. Lavez-vous les mains avant de manger et après être allé aux toilettes.
  3. Soyez prudent lorsque vous vous rasez, coupez vos ongles. Il est conseillé de passer à un rasoir électrique pour éviter les coupures.
  4. Brossez-vous les dents avec une brosse à dents souple - cela n'endommage pas autant les gencives.
  5. Prenez une douche chaude tous les jours. N'utilisez que des éponges douces.
  6. Ne serrez en aucun cas les boutons. Chez une personne dont l'immunité est réduite, cela entraînera une intoxication sanguine..
  7. Si vous vous blessez accidentellement, traitez immédiatement la zone endommagée avec un antiseptique..

Les signes d'infection comprennent la fièvre, les frissons, la toux, l'écoulement nasal, les rougeurs et les démangeaisons autour de la plaie ou du site d'injection. Si vous présentez des signes d'infection, consultez immédiatement votre médecin pour vous prescrire une cure d'antibiotiques.

Troubles urinaires

Certains agents chimiothérapeutiques irritent la vessie et provoquent des lésions rénales. Si vous ressentez une douleur ou une sensation de brûlure en urinant, voyez du sang dans vos urines, consultez immédiatement votre médecin.

Habituellement, pour éviter une irritation de la vessie, il suffit de consommer beaucoup de liquide - eau plate, jus de fruits. Cependant, il convient de rappeler que le cours de la chimiothérapie nécessite un respect strict du régime alimentaire et que seul un médecin peut vous prescrire le taux de liquide que vous consommez par jour..

Il convient de rappeler que certains médicaments chimiothérapeutiques modifient la couleur de l'urine. Le médecin doit vous en avertir pour éviter les mauvaises surprises..

Œdème

La quantité de liquide dans le corps est régulée par des hormones - vasopressine et aldostérone.Les médicaments de chimiothérapie provoquent des changements hormonaux qui modifient l'équilibre entre le liquide consommé et excrété en faveur de sa rétention dans le corps. C'est ce qui provoque un gonflement.

Si un œdème se développe, informez votre médecin. Il révisera le régime alimentaire en limitant l'apport hydrique et salin et en prescrivant des diurétiques.

Conséquences de la chimiothérapie pour les hommes

Les agents chimiothérapeutiques affectent les glandes sexuelles mâles, réduisent le nombre de spermatozoïdes et altèrent leur motilité. De plus, les médicaments agissent sur le matériel héréditaire de la cellule, provoquant des changements dans la structure de l'ADN et des mutations. Les médicaments tels que le cyclophosphamide et le cisplatine sont particulièrement dangereux..

La chimiothérapie provoque une infertilité temporaire chez 90% des hommes. Dans 60% d'entre eux, la fonction de reproduction n'est pas restaurée. Et à chaque cure, la qualité du sperme se détériorera encore plus, les hommes devraient donc penser à l'avance à la cryoconservation du sperme. Ensuite, après avoir récupéré d'un cancer, le patient aura la possibilité d'avoir des enfants..

Le sperme congelé peut être utilisé à tout moment, il est conservé pendant au moins vingt ans et les enfants qui en naissent ne sont pas différents de ceux conçus naturellement.

Un autre problème pour un homme souffrant d'oncologie est que son corps est gravement appauvri par l'action de la tumeur et des médicaments de chimiothérapie. Il y a souvent une diminution de la libido et un dysfonctionnement érectile, mais le plus souvent, ce problème est purement psychologique. Le soutien d'une «seconde moitié» bienveillante aidera à surmonter ce problème, d'autant plus qu'après la fin du cours, l'érection et la libido sont restaurées.

Cependant, il convient de rappeler que pendant le cours, un homme doit absolument utiliser des préservatifs, même si le partenaire sexuel utilise d'autres méthodes de contraception. Cela est dû au fait que les médicaments de chimiothérapie sont contenus même dans le sperme d'un homme. De plus, pendant le cours, la probabilité de concevoir un enfant souffrant de malformations est très élevée..

Conséquences après chimiothérapie chez la femme

Les médicaments chimiques, affectant les ovaires, inhibent la croissance et le développement des follicules, endommagent le matériel héréditaire des cellules germinales et provoquent des troubles hormonaux.

L'effet secondaire le plus courant de la chimiothérapie est les irrégularités menstruelles et l'arrêt des menstruations. La ménopause peut être temporaire - causée par un déséquilibre hormonal et permanente, dont la cause est une déplétion ovarienne..

Le nombre d'œufs chez la femme est limité. Tout au long de sa vie, elle connaît environ quatre cents cycles menstruels, ce qui signifie que quatre cents follicules passent par un cycle de développement. La chimiothérapie réduit le nombre de follicules, provoquant une fonte ovarienne.

Ici, les conséquences dépendent de l'âge: chez les filles de moins de vingt ans, avec un approvisionnement suffisant en follicules, la menstruation est rétablie dans soixante-dix pour cent des cas. Chez les femmes de plus de trente ans, dont les ovaires sont déjà épuisés, seulement vingt.

Cependant, une grossesse après une chimiothérapie est tout à fait possible. En prenant soin de la cryoconservation des ovules, des embryons ou du tissu ovarien à l'avance, l'infertilité peut être évitée. Cela doit être fait avant de commencer le traitement, car même un cours de chimiothérapie détériore la qualité des cellules et modifie la structure du matériel héréditaire. Mais même si le patient pense à une possible infertilité après le début du traitement, il n'est pas trop tard pour se tourner vers des spécialistes de la reproduction, même si les ovules doivent être congelés le plus tôt possible..

Il sera possible d'utiliser les œufs stockés à tout moment. La durée de conservation du matériau n'est limitée par rien, et les enfants nés avec l'utilisation d'œufs en conserve ne différeront en aucun cas de ceux conçus naturellement.

Il est très important d'utiliser des contraceptifs ou d'éviter les rapports sexuels pendant le traitement pour éviter une grossesse non désirée. Une femme doit absolument consulter son médecin à ce sujet, car les médicaments de chimiothérapie provoquent des déformations chez les enfants.

Les effets secondaires de l'action de la chimiothérapie sur le fœtus en développement sont si forts que si une femme reçoit un diagnostic de cancer pendant la grossesse, le traitement est reporté jusqu'à l'accouchement..

Comment conserver les œufs et le sperme

Tout d'abord, vous devez demander conseil à un médecin de la reproduction. Le patient reçoit alors une référence pour un spermogramme et un test qui montre comment le sperme survit à la congélation..

Après avoir reçu les résultats, l'homme fait un don de sang pour le VIH, l'hépatite et la syphilis et, si les résultats sont négatifs, il donne du sperme. Le stockage du sperme coûte à partir de 3500 roubles par an, selon la banque de sperme. Il est préférable de contacter des banques de réassurance spécialisées plutôt que des cliniques de FIV. Reprobank a de meilleures conditions de stockage des biomatériaux congelés et des prix beaucoup plus avantageux.

Il est beaucoup plus difficile de donner des œufs. Une femme devra subir une cure de stimulation hormonale afin d'obtenir non pas un ovule, mais dix. Les œufs sont ensuite retirés de l'ovaire en insérant une fine aiguille dans le vagin sous anesthésie. Dans certains cas, la stimulation hormonale est contre-indiquée, c'est pourquoi la consultation et l'autorisation d'un oncologue sont nécessaires..

Une méthode spéciale - la vitrification - vous permet de conserver les œufs. Il s'agit d'une congélation ultra-rapide, dans laquelle la solution dans laquelle se trouve l'objet ne cristallise pas, mais passe dans un état semblable à du verre. Cela explique le nom - du latin "vitrum" est traduit par verre.

La vitrification n'endommage pas les œufs et permet de les conserver indéfiniment à 99%. Il y a des cas où des œufs ont été utilisés pour la fécondation treize ans après la congélation..

Oncologie et grossesse

Si le diagnostic d '«infertilité» chez un couple marié est associé aux conséquences de la chimiothérapie, et qu'ils n'ont jamais fait don de biomatériau à la banque de tissus reproducteurs, ils devront utiliser des ovules ou du sperme de donneur..

Dans ce cas, l'enfant sera similaire à ses parents biologiques, mais si vous établissez une liste détaillée de critères et sélectionnez un donneur en fonction d'eux, il sera alors possible d'obtenir la similitude maximale du parent biologique avec celui qui a besoin d'un don.

Il est possible de concevoir un enfant à l'aide de spermatozoïdes pré-congelés ou de donneur par insémination intra-utérine ou fécondation in vitro. Si une femme a subi une chimiothérapie, vous devrez utiliser la FIV.

L'insémination intra-utérine est une méthode dans laquelle du sperme pré-préparé est injecté dans l'utérus d'une femme via un cathéter avec une seringue. Le taux de réussite avec cette méthode est de quinze à trente pour cent, selon la clinique. La procédure se déroule en plusieurs étapes:

  1. Stimulation de la croissance folliculaire. Dès le troisième jour du cycle menstruel, la patiente prend des médicaments hormonaux qui stimulent la transformation des follicules en ovule.
  2. Détermination du jour de l'ovulation. À l'aide d'une surveillance échographique constante, le développement des follicules est surveillé et le jour de l'ovulation est déterminé - la libération d'un ovule de l'ovaire dans la cavité abdominale.
  3. Traitement du sperme. Les spermatozoïdes sont séparés de la partie liquide de l'éjaculat, les plus mobiles et actifs sont sélectionnés, transférés dans le milieu nutritif.
  4. Insémination. Grâce à un cathéter spécial, le sperme traité est injecté avec une seringue dans l'utérus de la patiente, après quoi elle est au repos pendant un certain temps.
  5. Test de grossesse. Si la procédure réussit, après trois à quatre semaines, le test de grossesse de la femme sera positif. Ensuite, pour exclure une grossesse extra-utérine, une échographie est effectuée.

La particularité de la FIV est que la fécondation de l'ovule a lieu en laboratoire. Le taux de réussite à la première tentative est de quarante à soixante pour cent, ce qui est nettement plus élevé qu'avec l'insémination intra-utérine. La procédure se déroule en plusieurs étapes:

  1. Fécondation des ovocytes. Les ovules donnés sont fécondés en laboratoire avec le sperme du mari ou du donneur. Les embryons résultants sont vérifiés pour des anomalies génétiques et, si nécessaire, congelés.
  2. Cultivation. Les embryons qui ont réussi le test sont cultivés dans des tubes pendant trois à six jours.
  3. Transplantation. Le dix-septième jour du cycle menstruel, deux embryons sont insérés dans l'utérus de la femme à travers un cathéter fin spécial. Le reste est congelé au cas où le corps du patient rejette les embryons.
  4. Thérapie de soutien. Pour que l'embryon s'enracine normalement, le patient reçoit une injection de médicaments hormonaux.

Si des ovules de donneur sont utilisés pendant la fécondation, la patiente se voit prescrire un traitement hormonal pour synchroniser son cycle menstruel avec le cycle du donneur et préparer la membrane muqueuse pour l'implantation. Ceci est important, car la synchronisation incomplète des cycles est la principale raison de l'échec de la FIV avec un ovule de donneur.

Condition après chimiothérapie

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens interactifs vers ces études.

Si vous pensez que l'un de nos contenus est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

L'état d'un patient oncologique après avoir subi une chimiothérapie est assez sévère ou modéré. Bien sûr, les patients avec différents niveaux d'immunité, avec différents stades de cancer, ainsi qu'avec d'autres maladies du corps existantes, tolèrent le traitement différemment..

Mais le général est une forte détérioration de la santé et du bien-être du patient après le traitement transféré de la chimiothérapie.

Code CIM-10

Corps après chimiothérapie

Après un cours de chimiothérapie, les patients subissent une forte diminution de tous les indicateurs du travail du corps. Tout d'abord, cela concerne l'état du système hématopoïétique et le sang lui-même. Dans la formule sanguine et sa composition, des changements brusques se produisent, qui se traduisent par une baisse du niveau de ses éléments structurels. En conséquence, l'immunité des patients est considérablement réduite, ce qui se reflète dans la sensibilité des patients à toute maladie infectieuse.

Tous les organes et systèmes internes subissent les effets des dommages toxiques causés par les médicaments de chimiothérapie, qui contiennent des poisons qui tuent les cellules à croissance rapide. Ce type de cellules est malin, ainsi que les cellules de la moelle osseuse, les follicules pileux, les muqueuses de divers organes. Ils souffrent tout d'abord, ce qui se traduit par une modification du bien-être du patient, une exacerbation de diverses maladies et l'apparition de nouveaux symptômes, ainsi qu'une modification de l'apparence du patient. Le cœur et les poumons, le foie et les reins, le tractus gastro-intestinal et le système génito-urinaire, la peau, etc. sont également affectés..

Les patients après une chimiothérapie présentent des réactions allergiques, des éruptions cutanées et des démangeaisons, une perte de cheveux et une calvitie.

Le système nerveux périphérique et central en souffre également, ce qui se traduit par l'apparition d'une polyneuropathie.

Dans le même temps, on note l'apparition d'une faiblesse générale et d'une fatigue accrue, des états dépressifs..

Immunité après chimiothérapie

L'état de l'immunité humaine est influencé par de nombreux facteurs, notamment la composition du sang et le nombre de leucocytes de différents types, y compris les lymphocytes T. Après la chimiothérapie, l'immunité du patient diminue fortement, ce qui est dû à une baisse du taux de leucocytes, responsables de la réponse immunitaire du corps contre diverses infections et agents pathologiques d'origine interne et externe..

Par conséquent, après un cours de chimiothérapie, les patients subissent un traitement antibiotique afin de ne pas devenir victimes de maladies infectieuses. Cette mesure, bien sûr, n'aide pas à améliorer l'état général du patient, qui est déjà réduit par l'utilisation de la chimiothérapie..

Les mesures suivantes contribuent à une augmentation de l'immunité après la fin du traitement:

  1. Prendre des antioxydants - des vitamines qui stimulent le système immunitaire. Ceux-ci comprennent les vitamines C, E, B6, le bêta-carotène et les bioflafonides.
  2. Il est nécessaire de manger beaucoup de légumes frais, de fruits, d'herbes et de baies avec de la nourriture, qui contiennent des antioxydants - groseilles, fraises, poivrons, citrons et autres agrumes, framboises, pommes, chou, brocoli, riz brun, blé germé, persil, épinards, céleri etc. Il y a des antioxydants dans les céréales et les légumineuses, dans les huiles végétales non raffinées, en particulier d'olive.
  3. Il est nécessaire d'inclure dans les préparations riches en sélénium, ainsi que les aliments dans lesquels cet oligo-élément est contenu. Cet élément aide à augmenter le nombre de lymphocytes, améliore également la production d'interféron et stimule les cellules immunitaires à produire plus d'anticorps. Le sélénium est riche en ail, fruits de mer, pain noir, abats - canard, dinde, poulet de vache et foie de porc; rognons de bœuf, de porc et de veau. Le sélénium se trouve dans le riz brun et le maïs, le son de blé et de blé, le sel de mer, la farine complète, les champignons et les oignons.
  4. Une activité physique petite mais régulière contribue à augmenter l'immunité. Ceux-ci comprennent des exercices du matin, des promenades en plein air, du vélo, de la natation en piscine.
  5. Le thé à la camomille est un moyen facile de renforcer votre système immunitaire. Une cuillère à soupe de fleurs de camomille séchées est brassée avec un verre d'eau bouillante, refroidie et filtrée. La quantité minimale d'infusion de camomille est de deux à trois cuillères à soupe trois fois par jour avant les repas.
  6. La teinture d'échinacée ou Immunal est un excellent remède pour renforcer le système immunitaire. La perfusion alcoolisée doit être bu avec une petite quantité de liquide. La dose initiale est considérée comme quarante gouttes, puis la teinture est utilisée à raison de vingt gouttes toutes les heures ou deux. Le lendemain, vous pouvez prendre quarante gouttes de teinture trois fois par jour. Le traitement le plus long dure huit semaines..

Foie après chimiothérapie

Le foie est l'un des organes humains les plus importants, tout en remplissant de nombreuses fonctions différentes. On sait que les cellules hépatiques sont les plus sensibles aux effets négatifs de l'administration de médicaments chimiothérapeutiques à partir de tous les autres organes. Cela est dû au fait que le foie prend une part active dans les processus métaboliques, ainsi qu'à l'excrétion du corps avec la bile et la neutralisation de diverses substances nocives et toxiques. Nous pouvons dire que dès le début de la chimiothérapie, le foie est un conducteur du médicament et qu'après le traitement, il commence à fonctionner de manière à protéger le corps contre les effets toxiques des composants du médicament..

De nombreux schémas de chimiothérapie ont une toxicité hépatique sévère. Certains patients subissent une exposition aux médicaments dans quatre-vingts pour cent de lésions hépatiques.

Le foie après la chimiothérapie peut avoir plusieurs degrés de dommages, il existe quatre degrés principaux - léger, modéré, élevé et sévère. Le degré de lésion de cet organe s'exprime par le niveau de modification des paramètres biochimiques de son fonctionnement.

En cas de lésions hépatiques, il y a une violation des processus métaboliques dans les cellules de l'organe, des modifications toxiques des structures cellulaires, une altération de l'apport sanguin aux cellules hépatiques et une exacerbation de maladies hépatiques déjà existantes. Dans ce cas, les capacités immunitaires de cet organe sont altérées. Il est également possible l'apparition d'une carcinogenèse - l'apparition de processus tumoraux dans le foie.

Après la chimiothérapie, un test sanguin biochimique est obligatoire, dans le décodage duquel il est clair à quel point le foie est affecté. Cela prend en compte le niveau de bilirubine et d'enzymes dans le sang. Les patients qui n'ont pas abusé d'alcool, ne toléraient pas l'hépatite et ne travaillaient pas dans des usines chimiques dangereuses peuvent avoir une numération globulaire normale. Parfois, chez les patients, les données d'analyse biochimique peuvent s'aggraver trois à cinq fois par rapport à la norme..

Vous pouvez rassurer les patients sur le fait que le foie est un organe qui se régénère rapidement et avec succès. Si, en même temps, appliquez le régime alimentaire et le traitement médicamenteux appropriés, ce processus peut être considérablement accéléré et facilité..

Hépatite après chimiothérapie

L'hépatite est un groupe de maladies inflammatoires du foie qui sont principalement de nature virale (infectieuse). La cause de l'hépatite peut également être des substances toxiques, qui se trouvent en excès dans les cytostatiques..

L'hépatite après la chimiothérapie se produit dans le contexte de lésions des cellules hépatiques. De plus, plus cet organe est touché, plus il y a de risque d'hépatite. Les infections pénètrent dans le foie affaibli, conduisant au développement de processus inflammatoires.

La possibilité d'une hépatite est également associée à un faible niveau d'immunité après la chimiothérapie, ce qui entraîne une faible résistance du corps aux maladies de nature infectieuse..

Les symptômes de l'hépatite sont:

  1. Fatigue et maux de tête.
  2. Perte d'appétit.
  3. L'apparition de nausées et de vomissements.
  4. La survenue d'une augmentation de la température corporelle, jusqu'à 38,8 degrés.
  5. Teint jaune.
  6. Changement de la couleur du blanc des yeux du blanc au jaune.
  7. Urine brune.
  8. Décoloration des matières fécales - elles deviennent incolores.
  9. L'apparition de sensations dans l'hypochondre droit sous forme de douleur et de constriction.

Dans certains cas, une hépatite peut survenir et se poursuivre sans symptômes.

Cheveux après chimiothérapie

Les cheveux tombent après la chimiothérapie et certains patients deviennent complètement chauves. Les médicaments de chimiothérapie endommagent les follicules pileux à partir desquels les cheveux poussent. Par conséquent, la perte de cheveux peut survenir sur tout le corps. Ce processus commence deux à trois semaines après que la chimiothérapie est appelée alopécie.

Si l'évolution des processus oncologiques dans le corps s'est ralentie, il y a une augmentation de l'immunité du patient et une amélioration de son état général et de son bien-être. De bonnes tendances à la pousse des cheveux apparaissent. Après un certain temps, les follicules deviennent viables et les cheveux commencent à pousser. De plus, cette fois, ils deviennent plus épais et plus sains..

Cependant, tous les médicaments de chimiothérapie ne provoquent pas la perte de cheveux. Certains médicaments anticancéreux ne privent que partiellement le patient de cheveux. Il existe des médicaments qui ont un effet ciblé uniquement sur les cellules malignes et qui vous permettent de garder intacte la racine des cheveux du patient. En même temps, les cheveux deviennent seulement fins et affaiblis.

Les médecins-oncologues recommandent de se raser la tête avant de subir une chimiothérapie. Vous pouvez acheter une perruque pour apparaître en toute sécurité dans les lieux publics.

Après avoir terminé le cours, les experts conseillent d'utiliser les recommandations suivantes:

  1. Utilisez le médicament "Sidil". Mais vous ne devriez pas acheter le médicament vous-même, car il a un certain nombre d'effets secondaires. Il est préférable de consulter votre médecin sur l'utilisation de ce médicament..
  2. Faites un massage quotidien de la tête avec de l'huile de bardane. De l'huile est appliquée sur le cuir chevelu, un massage est effectué, puis un bonnet de cellophane est mis sur la tête et une serviette est enveloppée sur le dessus. Après une heure, l'huile est lavée avec un shampooing doux. L'huile de bardane peut être remplacée par des produits pour la croissance des cheveux contenant des vitamines et des céramides.

Estomac après chimiothérapie

Les médicaments chimiothérapeutiques endommagent la muqueuse de l'estomac, provoquant chez les patients un certain nombre de symptômes désagréables. Il y a des nausées et des vomissements, des brûlures d'estomac et une sensation de brûlure aiguë dans le haut de l'abdomen, des flatulences et des éructations, une faiblesse et des étourdissements. Ces symptômes sont des signes de gastrite, c'est-à-dire de modifications inflammatoires ou dystrophiques de la muqueuse gastrique. Dans le même temps, il peut y avoir une détérioration de la tolérance de certains aliments, ainsi qu'un manque d'appétit et une perte de poids..

Pour restaurer le bon fonctionnement de l'estomac, il est nécessaire de suivre le régime recommandé par les experts et de prendre les médicaments prescrits..

Veines après chimiothérapie

Les veines d'un patient après une chimiothérapie subissent les conséquences d'une exposition à des médicaments toxiques. Les complications précoces (immédiates) comprennent l'apparition d'une phlébite et d'une phlébosclérose des veines.

La phlébite est un processus inflammatoire des parois des veines et la phlébosclérose est une modification des parois des veines de nature dégénérative, dans laquelle les parois des vaisseaux s'épaississent.

De telles manifestations de changements dans les veines sont observées dans le coude et l'épaule du patient après des injections répétées de médicaments de chimiothérapie - cytostatiques et / ou antibiotiques à action antitumorale.

Pour éviter de telles manifestations, il est recommandé d'injecter les médicaments ci-dessus dans une veine à un rythme lent, et également de mettre fin à la perfusion de médicament en injectant une seringue pleine d'une solution de glucose à cinq pour cent à travers une aiguille laissée dans le vaisseau..

Chez certains patients, les médicaments de chimiothérapie ont l'effet secondaire suivant sur les veines: des processus inflammatoires commencent en eux, ce qui conduit à la formation de caillots sanguins et à l'apparition d'une thrombophlébite. De tels changements affectent principalement les patients dont le système circulatoire est sujet aux caillots sanguins..

Ganglions lymphatiques après chimiothérapie

Après la chimiothérapie, chez certains patients, les ganglions lymphatiques peuvent devenir enflammés et enflés. Cela est dû à la sensibilité accrue des follicules des ganglions lymphatiques à l'effet toxique des cytostatiques.

Cela se produit pour plusieurs raisons:

  1. En raison de dommages aux cellules des ganglions lymphatiques.
  2. En réduisant le nombre d'éléments sanguins (leucocytes et lymphocytes), responsables de la réponse immunitaire de l'organisme.
  3. En raison de la réaction du corps à une infection pénétrant dans le corps.

Reins après chimiothérapie

Au cours de la chimiothérapie, des lésions rénales se produisent, appelées néphrotoxicité. Cette conséquence du traitement se manifeste par la nécrose des cellules du tissu rénal, qui est le résultat de l'accumulation du parenchyme médicamenteux dans les tubules. Tout d'abord, des dommages à l'épithélium tubulaire sont observés, mais les processus d'intoxication peuvent pénétrer profondément dans le tissu glomérulaire.

Une complication similaire après chimiothérapie a un autre nom: la néphrite tubulo-interstitielle. Dans le même temps, cette maladie peut se développer sous une forme aiguë, mais ensuite, après un traitement prolongé, entrer dans un stade chronique..

Les lésions rénales, ainsi que l'insuffisance rénale, affectent la survenue d'une anémie à long terme, qui apparaît (ou s'aggrave) en raison d'une altération de la production d'érythropoïétine rénale.

Après la chimiothérapie, il existe un degré variable d'insuffisance rénale, qui peut être déterminé après des analyses de laboratoire de sang et d'urine. Le degré de ce dysfonctionnement est influencé par le niveau de créatine ou d'azote résiduel dans le sang, ainsi que par la quantité de protéines et de globules rouges dans l'urine..

Se sentir bien après la chimiothérapie

Après la chimiothérapie, les patients subissent une forte détérioration de leur santé. Il y a une faiblesse sévère, une fatigue accrue et une fatigue. L'état psycho-émotionnel du patient change pour le pire, une dépression peut être observée.

Les patients se plaignent de nausées et de vomissements constants, de lourdeur dans l'estomac et de sensation de brûlure dans la région épigastrique. Certains patients présentent un gonflement des bras, du visage et des jambes. Certains patients ressentent une lourdeur sévère et une douleur sourde du côté droit dans la région du foie. La douleur peut également survenir dans tout l'abdomen, ainsi que dans les articulations et les os..

Il y a un engourdissement dans les bras et les jambes, ainsi qu'une altération de la coordination pendant le mouvement, des modifications des réflexes tendineux.

Après la chimiothérapie, le saignement des muqueuses de la bouche, du nez et de l'estomac augmente fortement. Les patients présentent des manifestations de stomatite, qui se traduisent par une sécheresse sévère de la douleur dans la cavité buccale..

Conséquences après la chimiothérapie

Après avoir suivi une chimiothérapie, les patients commencent à ressentir les différentes conséquences du traitement qu'ils ont subi. Les patients sont confrontés à une détérioration du bien-être, à la survenue d'une faiblesse générale, à une léthargie et à une fatigue accrue. Il y a une perte d'appétit et un changement du goût des aliments et des plats, de la diarrhée ou de la constipation, une anémie sévère est constatée, les patients commencent à être gênés par des nausées et même des vomissements. Le patient peut être préoccupé par la mucite buccale (douleur dans la bouche et la gorge) et la stomatite, ainsi que par divers saignements.

L'apparence du patient subit également des modifications. Les cheveux tombent généralement après la chimiothérapie. L'apparence et la structure de la peau changent - elle devient sèche et douloureuse, et les ongles sont très cassants. Un gonflement sévère apparaît, en particulier des membres - bras et jambes.

Les processus mentaux et émotionnels du patient souffrent également: la mémoire et la concentration de l'attention se détériorent, des périodes de trouble de la conscience sont observées, des difficultés avec le processus de réflexion apparaissent, l'état émotionnel général du patient est déstabilisé, des états dépressifs sont observés.

Le système nerveux périphérique est également fortement affecté par les médicaments. Des sensations d'engourdissement, de picotements, de brûlures ou de faiblesse sont observées dans diverses parties du corps. Tout d'abord, ces transformations concernent les mains et les pieds du patient. En marchant, des douleurs dans les jambes et dans tout le corps peuvent survenir. Une perte d'équilibre et des chutes, des vertiges, des crampes et des contractions musculaires, des difficultés à tenir des objets dans les mains ou à les soulever sont possibles. Les muscles sont constamment fatigués ou douloureux. Il y a une diminution de l'acuité auditive.

La chimiothérapie transférée affecte la diminution de la libido, ainsi que la détérioration des fonctions reproductives du patient. Il y a un trouble de la miction, une douleur ou une sensation de brûlure, ainsi qu'un changement dans la couleur, l'odeur et la composition de l'urine.

Complications après chimiothérapie

Les complications après chimiothérapie sont associées à une intoxication générale du corps par l'utilisation de médicaments. Il existe des complications locales et générales, ainsi que des conséquences précoces (immédiates) et tardives (à long terme) de la chimiothérapie.

Évaluation après chimiothérapie

Le dépistage post-chimiothérapie est effectué à deux fins:

  1. Établir le succès du traitement.
  2. Découvrez le degré de dommage causé au corps du patient par l'effet toxique des médicaments et prescrivez le traitement symptomatique approprié.

La procédure d'examen comprend une étude en laboratoire des tests sanguins: formule générale, biochimique et leucocytaire. Il est également nécessaire de passer un test d'urine pour identifier le niveau de protéines..

Un examen supplémentaire après la chimiothérapie peut inclure une échographie et une radiographie.

Tests après chimiothérapie

Au cours de la chimiothérapie, les patients subissent des tests au moins deux fois par semaine. Cela vaut tout d'abord pour l'analyse du sang et son étude. Cette mesure est due à la nécessité de surveiller l'état du patient pendant la chimiothérapie. Avec des résultats de test satisfaisants, le traitement peut être poursuivi et avec de mauvais résultats, les doses de médicaments peuvent être réduites ou le traitement complètement arrêté.

Après la chimiothérapie, les patients subissent également des tests qui visent à surveiller l'état du patient après la chimiothérapie. Tout d'abord, un test sanguin général, un test sanguin biochimique et une formule leucocytaire sont effectués. Ce groupe d'analyses vous permet de fixer le niveau de dommages corporels après la chimiothérapie, à savoir les organes et systèmes vitaux, et de prendre les mesures appropriées pour normaliser l'état du patient.

Les modifications de tous les paramètres sanguins sont fréquentes après une chimiothérapie. Le niveau de leucocytes, d'érythrocytes et de plaquettes diminue. Les niveaux d'ALAT et d'AST augmentent, tout comme les niveaux de bilirubine, d'urée et de créatine. Le niveau de protéines totales dans le sang diminue, la quantité de cholestérol, de triglycérides, d'amylase, de lipase et de GGT change.

De tels changements dans la composition sanguine montrent des lésions de tous les organes et systèmes de gravité variable après une cure de chimiothérapie..

Qui contacter?

Que faire après la chimiothérapie?

De nombreux patients qui ont suivi un traitement par cytostatiques commencent à se poser la question: "Que faire de votre santé après une chimiothérapie?"

Tout d'abord, il est nécessaire de déterminer quels symptômes dérangent le patient après avoir terminé la chimiothérapie. Ils doivent être informés des spécialistes qui surveillent l'état du patient après la chimiothérapie. Le médecin traitant, ayant pris connaissance de certains symptômes, peut orienter le patient vers un spécialiste plus étroit pour consultation et prise de rendez-vous avec un traitement approprié.

Les spécialistes d'un profil plus étroit peuvent prescrire certains médicaments comme traitement symptomatique, ainsi que des complexes vitamines-minéraux et une thérapie de soutien immunitaire.

En plus de soulager l'état du patient à l'aide de médicaments, il est nécessaire de se fixer pour objectif de restaurer les fonctions des organes et des systèmes endommagés. Tout d'abord, cela concerne la fonction de l'hématopoïèse, le système immunitaire, le fonctionnement du système digestif de l'estomac, des intestins, du foie, ainsi que la fonction rénale. Il est très important de restaurer la microflore dans l'intestin, arrêtant ainsi le cours de la dysbiose. Dans ce cas, il est nécessaire de faire attention à l'élimination des symptômes d'intoxication générale du corps, ainsi que de la faiblesse, des états dépressifs, de la douleur, de l'œdème et de la perte d'appétit..

Les méthodes de thérapie de réadaptation comprennent:

  • La transition vers une bonne nutrition, qui comprend toute la gamme de produits utiles pour le corps.
  • Activité physique réalisable - marche au grand air, exercices du matin.
  • Utiliser des massages, de la physiothérapie, etc. pour améliorer la santé.
  • Utiliser la médecine traditionnelle et les méthodes de phytothérapie pour restaurer le corps.
  • L'utilisation de méthodes de psychothérapie pour améliorer l'état psycho-émotionnel du patient.

Traitement après chimiothérapie

Le traitement après chimiothérapie est basé sur les symptômes les plus inquiétants des patients. Le choix de la méthode de traitement, ainsi que du traitement médicamenteux approprié, ne peut être fait qu'après les résultats des tests sanguins de laboratoire et, si nécessaire, d'autres tests..

Les médicaments qui améliorent l'état du patient après une cure de chimiothérapie comprennent:

  1. Modification du régime alimentaire du patient et respect d'un certain régime.
  2. Être au repos, la capacité de récupérer.
  3. Marcher au grand air, activité physique, par exemple, gymnastique de rattrapage.
  4. Obtenir des émotions positives et des impressions positives des autres, en travaillant avec un psychologue.
  5. Certains traitements de physiothérapie.
  6. Traitement médicamenteux des effets secondaires.
  7. Utiliser la médecine traditionnelle.
  8. traitement de Spa.

La chimiothérapie et ses conséquences pour le corps

Le traitement de toute oncologie comprend un cours de chimiothérapie. Elle est réalisée dans les cas avancés de cancer, lorsqu'il existe des foyers secondaires d'une tumeur maligne le long des systèmes circulatoire et lymphatique.

Pendant la chimiothérapie, les médicaments anticancéreux sont administrés par voie intraveineuse, ce qui a un effet important sur le corps humain..

Ils commencent à détruire les cellules anormales, ils peuvent également détruire les cellules saines, car ils ne font pas la distinction entre l'emplacement du tissu malin et celui du tissu sain. La cellule cancéreuse est détruite, l'état général du patient s'aggrave.

Les cellules anormales sont détruites plus rapidement que les cellules saines, de sorte que la chimiothérapie n'est pas annulée. Une cellule anormale et malsaine se divise plus rapidement qu'une cellule saine, de sorte que les médicaments de chimiothérapie agissent spécifiquement sur elle. Une cellule saine est moins affectée car elle se développe lentement.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Un tel traitement affecte négativement tout le corps. Les complications après la chimiothérapie peuvent être différentes, il y en a beaucoup:

  • Tube digestif:

- la membrane muqueuse de la cavité buccale est affectée (stomatite);

- la membrane muqueuse de l'œsophage devient enflammée (œsophagite);

- modifications inflammatoires de l'estomac (gastrite);

- inflammation du petit et du gros intestin (entérocolite);

- la microflore gastrique est perturbée, les lésions fongiques commencent;

- nausée et vomissements;

- une perte d'appétit, puis une anorexie peut survenir;

- douleur à l'estomac après chimiothérapie.

  • Sang et système circulatoire:

- anémie, ou comme on l'appelle d'une autre manière - anémie;

- le nombre de leucocytes diminue;

  • Immunodéficience:

- infection des voies respiratoires;

  • Troubles rénaux:

- augmentation des protéines, des leucocytes et des érythrocytes dans l'urine;

  • Système reproducteur:

- dysfonctionnement des ovaires - conséquences après chimiothérapie chez l'homme;

- le cycle menstruel chez la femme est perturbé;

- activité testiculaire insuffisante;

- les cellules reproductrices mâles (spermatozoïdes) ne se développent pas correctement.

  • Système nerveux:

- le système nerveux est partiellement affecté;

  • Lésions cardiaques.
  • Troubles du système respiratoire.
  • Cuir:
  • Chute de cheveux.
  • Réaction allergique.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les effets secondaires en groupes. Cette division dépend de la gravité des effets:

  1. Zéro degré - l'état général du patient et les données de laboratoire sont restés inchangés, le patient ne se plaint pas de douleur après la chimiothérapie;
  2. Premier degré - les médecins ont remarqué les moindres changements, qui à leur tour n'affectent en aucun cas l'état du patient. Les études de laboratoire ont enregistré des changements insignifiants;
  3. Le deuxième degré est un changement modéré de l'état général et de l'activité du patient. Lors de l'examen des organes internes, des changements sont perceptibles qui nécessitent une certaine correction;
  4. Troisième degré - l'état du patient se détériore fortement et un traitement somatique est nécessaire, la séance de chimiothérapie est reportée ou complètement annulée;
  5. Le quatrième degré - des changements dans le corps qui mettent la vie du patient en danger. La chimiothérapie s'arrête complètement.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Les cellules endommagées après la chimiothérapie sont restaurées après le traitement. Les cellules commencent à fonctionner correctement et à se régénérer, et les effets secondaires disparaissent. Cela dépend de l'état général du patient, donc tout le monde peut avoir une heure différente.

Si le patient n'avait aucun trouble dans le corps avant le cours de chimiothérapie et qu'il n'avait pas non plus de maladies chroniques, la rééducation prendra beaucoup de temps.

Il y a aussi les cas opposés, lorsque l'effet secondaire dure plusieurs mois, et parfois cela peut prendre des années. Cela est dû aux dommages au cœur, aux poumons, aux reins et à l'organe reproducteur pendant la chimiothérapie. Il y a des moments où un effet secondaire se fait sentir après un certain temps après la chimiothérapie.

Les patients ont des complications à court terme. Avec les nouvelles technologies, la médecine est arrivée au point que la prévention et le traitement des complications graves associées aux effets secondaires des médicaments aboutissent au succès. Cela signifie que la chimiothérapie cible les tissus tumoraux et n'affecte pas les cellules normales..

Le patient doit comprendre que la chimiothérapie élimine les cellules tumorales et que les conséquences sous forme d'effets secondaires ne sont que temporaires et ne constituent pas une menace pour sa vie..

Les patients ne sont pas satisfaits de la durée de la chimiothérapie et de ses conséquences. En cas de doute, consultez votre médecin. Il y a des cas où les spécialistes modifient le schéma et donnent d'autres médicaments pour le traitement.

Votre médecin vous conseillera de minimiser les effets secondaires des médicaments anticancéreux..

Effets secondaires sous forme de modifications de la peau et des ongles

Souvent, la chimiothérapie provoque des douleurs sur la peau, et la peau se dessèche également et commence à se décoller. Les ongles deviennent cassants et dès qu'ils poussent, ils se cassent immédiatement. La peau devient plus sensible lorsqu'elle est exposée au soleil.

Dès que vous remarquez que la peau commence à démanger brusquement, ou qu'une éruption cutanée ou de l'urticaire est apparue dessus, si vos ongles sont foncés ou jaunes, consultez immédiatement votre médecin..

Pour éviter de lui faire du mal, essayez de la traiter avec douceur. Lubrifiez régulièrement avec une crème ou une lotion (votre médecin vous indiquera ce qui est le mieux pour cela). Les crèmes doivent être douces et douces pour la peau.

Ils ne doivent pas contenir d'ingrédients de parfumerie ni d'alcool. Évitez de marcher au soleil, essayez de ne pas être exposé aux rayons directs. Avant de sortir par temps ensoleillé, enduisez-vous de crème solaire, enduisez vos lèvres de rouge à lèvres hygiénique. La visite du solarium est strictement interdite. Portez des pantalons et des manches longues même par temps chaud.

Tout traitement brutal de la peau aggravera son état. Lorsque vous prenez un bain, essayez de garder l'eau pas trop chaude, oubliez le gant de toilette pendant un moment. Les médecins recommandent d'utiliser de la fécule de maïs, à savoir l'appliquer sur les plis cutanés (aisselles, genoux, sous la poitrine).

Essayez de ne pas vous raser pendant la période de rééducation, car après le rasage, la peau commence à démanger et nous n'en avons pas du tout besoin.

Coupez vos ongles le plus court possible, abstenez-vous de manucure pendant un moment. Lors du nettoyage, de la vaisselle - utilisez des gants.

Conséquences de la chimiothérapie sur le système circulatoire

Même les capacités actuelles de la médecine moderne ne peuvent empêcher l'action des médicaments anticancéreux sur le sang..

L'empoisonnement par des substances toxiques est un effet secondaire courant de la chimiothérapie. Quelles complications de la chimiothérapie violent la formule sanguine:

  • en raison d'une diminution des leucocytes dans le sang, l'immunité diminue. Par conséquent, même un virus non dangereux peut nuire à la santé du patient;
  • le niveau d'érythrocytes et d'hémoglobine diminue, ce qui entraîne une panne, le patient se fatigue immédiatement, même après le moindre effort;
  • la carence en plaquettes commence, la coagulation du sang s'aggrave et la moindre blessure laisse derrière elle une ecchymose, une grosseur ou un hématome.

Le nombre de leucocytes est presque toujours réduit et cela ne peut être évité. Dès les études de laboratoire, les spécialistes ont remarqué un taux de leucocytes inférieur à 4/109, puis des mesures préventives commencent à éviter une maladie infectieuse, car l'immunité est réduite à presque zéro.

dans ce cas, le patient porte toujours un bandage de gaze, ne sort pratiquement pas, évite les courants d'air, traite soigneusement la nourriture qu'il mange.

Si le nombre de leucocytes est inférieur à 2,5 / 109, alors derinat est prescrit, qui est administré par voie intraveineuse.

Si l'hémoglobine a diminué à 70 g / l, une transfusion sanguine avec un taux élevé de globules rouges est effectuée, une injection intraveineuse d'érythropoïétines peut être effectuée. Érythropoïétines - substances qui stimulent la production de globules rouges, cela se fait par la moelle osseuse.

Les médecins recommandent de se reposer et, si possible, de dormir pendant la journée. De faibles taux de plaquettes sanguines provoquent des saignements. Il est nécessaire d'essayer de ne pas être nerveux, de surveiller la pression artérielle, elle ne doit pas augmenter, car le sang du nez peut couler, évitez également diverses blessures.

Si la composition du sang est perturbée, une anémie peut alors commencer. Elle est traitée par transfusion sanguine, des préparations vitaminées sont prescrites. Parfois, ce type de traitement ne peut pas être effectué, car dans de rares cas, il provoque la progression d'une tumeur cancéreuse..

Comment la chimiothérapie affecte-t-elle la température corporelle?

Il y a des situations où, après la chimiothérapie, la température corporelle globale d'un patient augmente. Cela est dû au fait que l'immunité du patient est réduite et qu'elle diminue toujours après un cours de chimiothérapie. La température augmente en raison d'une infection qui est entrée dans le corps pendant le traitement.

Si la température a augmenté, cela signifie qu'il existe un foyer d'infection dans le corps du patient, une antibiothérapie doit être effectuée. Par conséquent, tous les patients après une chimiothérapie sont traités avec des médicaments antibactériens..

Si la température ne baisse pas, cela indique que le corps ne peut pas faire face seul à l'infection. La raison principale est une forte diminution des leucocytes dans le sang, ils sont responsables de la capacité du corps à combattre les virus. Pendant la chimiothérapie, l'inflammation progresse rapidement, dès que les symptômes apparaissent, le médecin prescrit un traitement supplémentaire.

Pour sélectionner les médicaments, vous devez déterminer le type d'infection, puis le traitement approprié est prescrit. Tout médicament est pris après consultation d'un médecin, même un simple antipyrétique. Pour éviter les conséquences, ne visitez pas les lieux publics, n'utilisez pas les transports en commun et ne communiquez pas avec les personnes malades.

Chute de cheveux

Les conséquences de la chimiothérapie sont associées au fait que les cellules saines du corps commencent à mal fonctionner. Les racines des cheveux sont très souvent touchées, donc presque tous les patients commencent à perdre des cheveux.

Les médicaments utilisés au cours de la chimiothérapie ont un effet important sur le corps, de sorte que les cellules responsables de la croissance des cheveux sont détruites. Pour cette raison, les cheveux tombent partout. De telles actions de chimiothérapie sont appelées alopécie.

Il peut commencer immédiatement après le début du traitement, littéralement dans quelques jours. La perte de cheveux n'est pas dangereuse pour le corps humain, ils se rétablissent rapidement, mais le patient éprouve des émotions négatives et les femmes peuvent souffrir de dépression.

Il y a des moments où vous pouvez éviter cela.

Vous devez suivre les règles:

  • avant de commencer le traitement, choisissez un shampooing et un gel douche pour vous-même, à base de plantes naturelles, ils aideront à renforcer les racines des cheveux;
  • faites une courte coupe de cheveux, puis ce sera plus facile émotionnellement pour vous après le traitement;
  • si les cheveux sont déjà tombés, commencez à surveiller la peau de la tête, évitez les courants d'air et portez toujours un chapeau, même lorsque vous dormez, mettez une écharpe chaude sur votre tête;
  • utiliser un écran solaire en été, il prévient les dommages cutanés.

Effets négatifs sur les reins, le cœur et le foie

Les complications sous forme d'hypertension, les maladies cardiaques se trouvent principalement chez les personnes âgées.

L'un des effets secondaires les plus graves de la chimiothérapie est la cardiotoxicité. Il agit comme une douleur cardiaque après une chimiothérapie, des arythmies, une tachycardie et une pression artérielle basse.

Il existe des cas où, quelques mois après le début du traitement, des troubles des muscles cardiaques se développent dans le ventricule cardiaque gauche..

Par conséquent, les médecins effectuent un électrogramme et une échocardiographie pendant toute la chimiothérapie pour détecter immédiatement tout changement..

Pour déterminer les lésions rénales toxiques, il est nécessaire de passer des tests. Des lésions rénales sont dues à une augmentation des niveaux d'urée, de protéines et de créatine, ainsi qu'à une augmentation de la miction.

Les médicaments antinéoplasiques cytostatiques utilisés en oncologie ont un effet toxique élevé sur les reins. Pour éviter cela, buvez plus de liquides, si nécessaire, puis de diurétiques.

La chimiothérapie contre le cancer a un effet négatif sur le foie. Si avant le traitement, le patient a souffert d'une hépatite, les complications rénales ne peuvent être évitées. Les lésions rénales peuvent être détectées à l'aide de tests qui montrent la quantité de bilirubine dans le sang, si elle est élevée, le processus a déjà commencé. Pour restaurer la fonction rénale, les médecins prescrivent des médicaments réparateurs des cellules rénales et un régime hépatotoxique.

Conséquences graves

  1. L'ostéoporose se développe. Le tissu osseux s'affaiblit, les os deviennent fragiles et facilement blessés, se cassent souvent.
  2. La complication la plus grave est considérée comme la leucémie, lorsque les cellules de la moelle osseuse commencent à muter et ne se transforment pas en leucocytes matures normaux, puis deviennent une cellule cancéreuse. La leucémie est causée par le médicament oncologique cyclophosphamide.
  3. Augmentation de la production de liquide lacrymal, ce sont des effets secondaires de l'adriamycine.
  4. Les troubles cardiovasculaires sont causés par le takoster, par conséquent, la dose minimale est utilisée pendant le traitement. Le patient se plaint de douleurs cardiaques après une chimiothérapie.
  5. La calvitie sévère, qui ne peut être guérie que dans de rares cas, n'est pas un fait qu'après un certain temps elle ne reviendra pas. Les taxanes et l'abraxane provoquent ce phénomène.

La gravité des conséquences de la chimiothérapie en oncologie dépend de nombreux facteurs, de la force du médicament, de la forme d'oncologie ainsi que des caractéristiques du corps du patient.

Ce que les experts recommandent?

Pour que le traitement se déroule sans complications, les médecins recommandent:

  • économiser de la force;
  • pendant la journée pour faire des choses importantes;
  • si des proches offrent de l'aide, ne refusez pas;
  • si vous êtes occupé par un long travail, prenez une courte pause;
  • allez au lit pendant la journée et reposez-vous, ce sera bien si vous dormez pendant la journée;
  • une nuit de sommeil doit durer au moins huit heures;
  • passez plus de temps à l'air frais, si vous avez de la force, faites des exercices légers;
  • surveillez votre alimentation, votre alimentation devrait contenir plus d'aliments riches en vitamines;
  • buvez plus, il vaut mieux bien sûr boire de l'eau purifiée, mais vous pouvez aussi utiliser des jus, il suffit de les diluer avec de l'eau d'abord.

Les patients développent souvent une dépression, se fatiguent rapidement, s'inquiètent constamment, et c'est normal..

Par conséquent, essayez d'en faire plus dans toute entreprise, de communiquer avec vos amis et vos proches, essayez de rire davantage. N'oubliez pas que le traitement se terminera bientôt, que les douleurs après la chimiothérapie disparaîtront et que vous commencerez une vie pleine et saine..