Hépatite B

Les symptômes de l'hépatite B sont un signe avant-coureur que le corps a été attaqué par un virus dangereux qui provoque une inflammation du foie et constitue une menace sérieuse pour la santé et la vie. En outre, la maladie, si elle n'a pas éteint ses flambées, est lourde d'épidémies mondiales..

  1. Qu'est-ce que l'hépatite?
  2. Caractéristiques de la maladie
  3. Comment l'hépatite B se transmet-elle?
  4. Panneaux
  5. Symptômes de l'hépatite B
  6. Hépatite B aiguë
  7. Diagnostic de l'hépatite B
  8. Traitement de l'hépatite B
  9. Remèdes populaires
  10. Complications
  11. Hépatite B chez les enfants
  12. La prévention

Aujourd'hui, environ 250 millions de personnes sur la planète souffrent d'hépatite B chronique, et chacun de ces patients est potentiellement dangereux pour les autres..

Qu'est-ce que l'hépatite?

C'est une infection virale du foie mortelle. Les causes de l'hépatite B résident dans la propagation du virus dans tout le corps et son accumulation ultérieure dans le foie. Ses cellules changent, les anticorps produits par le système immunitaire endommagent ces cellules modifiées et détruisent progressivement tout l'organe..

Caractéristiques de la maladie

L'hépatite B se transmet par le sang ou les liquides organiques (sécrétions menstruelles et vaginales, salive, sperme), qui deviennent contagieuses bien avant les premiers symptômes. Une personne peut même ne pas soupçonner qu'elle est infectée et transmettre le virus à des personnes en bonne santé.

Le virus lui-même a la capacité de survivre à l'extérieur du corps humain pendant environ une semaine et, dès son entrée dans le corps, de provoquer une infection.

La période d'incubation dure en moyenne 2,5 mois, maximum six mois à compter du moment de l'infection, après quoi l'hépatite devient le plus souvent chronique.

Comment l'hépatite B se transmet-elle?

Il existe de nombreux types d'infection. Les plus courants sont:

  • Manipulations médicales:
  1. intervention chirurgicale
  2. transfusion sanguine
  3. traitement dentaire
  • Réutilisation des aiguilles et des seringues.
    Le virus ne se propage pas seulement parmi les toxicomanes - il est possible d'être infecté même avec l'attitude négligente du personnel médical à l'égard de l'injection. De plus, il existe un risque d'infection par les produits de rasage, les piercings, les instruments de tatouage et de manucure qui n'ont pas été désinfectés..
  • Contact sexuel.
    Un partenaire en bonne santé a 30% de chances d'être infecté.
  • De la mère au nouveau-né ("chemin vertical").
    L'infection survient lors de l'accouchement ou de l'hépatite B aiguë, subie par une femme en fin de grossesse. L'hépatite B ne se transmet pas par le lait maternel.

Malheureusement, dans près de la moitié des cas d'infection, il est impossible d'établir la source de l'infection..

Classification de l'hépatite B

Il existe trois formes de la maladie:

  • Rapide comme l'éclair. Quelques heures après l'entrée du virus dans le corps, un œdème cérébral se produit, puis un coma s'installe. Après la transition de la forme éclair à la forme clinique, la mort du patient survient rapidement.
  • Tranchant. Le développement de cette forme passe par plusieurs étapes: symptômes primaires, jaunissement de la peau, puis insuffisance hépatique.
  • Chronique. Vient après 1 à 6 mois de la période d'incubation et se manifeste par des symptômes spécifiques.

Panneaux

Chez un grand nombre de personnes infectées par l'hépatite B, la maladie ne se manifeste pas pendant longtemps. Souvent, une personne ne peut découvrir qu'elle est malade qu'en passant des tests lors d'un examen médical ou en s'inscrivant pour une grossesse - seulement dans ces cas, un test sanguin est effectué pour la présence de «l'antigène australien» (l'un des composants du virus).

Les premiers signes externes de l'hépatite B:

  • excréments légers
  • urine foncée
  • peau jaune, muqueuses, sclérotique des yeux

Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire que le patient fasse un don de sang pour des tests spéciaux et subisse un examen complet.

Symptômes de l'hépatite B

Après la fin de la période d'incubation, la maladie commence à se manifester. Les symptômes dépendent de la forme de l'hépatite B.

Hépatite B aiguë

Les symptômes apparaissent progressivement. Au début, une personne a l'impression d'avoir une grippe ordinaire:

  • la température corporelle augmente
  • les articulations font mal
  • fièvre de temps en temps
  • parfois des éruptions cutanées se trouvent sur la peau

Ensuite, en plus des signes extérieurs, le patient observe:

  • perte d'appétit
  • nausée et vomissements
  • douleur dans l'hypochondre droit

Dans un établissement médical, le diagnostic est confirmé par les résultats de tests sanguins, dans lesquels des marqueurs viraux sont trouvés, un niveau accru de bilirubine est enregistré. La rate et le foie sont hypertrophiés. Dans ce dernier, le développement de lésions tissulaires étendues est possible - cette condition est appelée hépatite fulminante.

Dans les situations où le système immunitaire n'a pas répondu à l'infection, une forme chronique se développe, ce qui met la vie en danger. Le patient présente les symptômes suivants:

  • fatigue, malaise et faiblesse physique
  • la nausée
  • douleur dans le haut de l'abdomen
  • douleurs articulaires et musculaires
  • trouble intestinal

En l'absence de traitement, les éléments suivants sont ajoutés à la liste répertoriée:

  • la peau qui gratte
  • jaunisse
  • assombrissement sévère de l'urine
  • intoxication générale du corps
  • saignement des gencives
  • rhinite
  • toux
  • hypertrophie significative de la rate et du foie
  • veines araignées
  • vertiges
  • perte de poids
  • mauvais sommeil

Un certain pourcentage de patients peut développer une infection hépatique pouvant provoquer une cirrhose ou un cancer d'organe. De plus, il existe un risque de lésion du système nerveux central..

Diagnostic de l'hépatite B

L'hépatite est diagnostiquée et traitée par un médecin spécialiste des maladies infectieuses. Si la forme est chronique, le gastro-entérologue est également impliqué.

Le patient doit passer les tests suivants:

  • HBsAg, qui détermine la présence du virus pour le moment
  • Anti-HBcor montrant sa présence dans le passé
  • Anti-HBs, définition des anticorps protecteurs

Si nécessaire, des études complémentaires sont prescrites:

  • tests sanguins et urinaires généraux
  • fibrotest
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux et la présence de surinfection
  • biopsie hépatique et examen histologique
  • procédure échographique
  • FSGD (fibrogastroduodénoscopie)

Lors du diagnostic, le médecin est guidé par les informations du patient sur les interventions chirurgicales effectuées, les transfusions sanguines, les injections intraveineuses, l'âge du tatouage (le cas échéant) et les dernières procédures dentaires. Le patient est interrogé pour ses rapports sexuels pendant une certaine période avant le début de la maladie.

Traitement de l'hépatite B

Après un diagnostic approfondi et une confirmation du diagnostic, le patient est admis à l'hôpital.

Dans l'hépatite B aiguë, les substances dangereuses sont éliminées du corps, le foie est progressivement restauré à l'aide d'hapatoprotecteurs.

L'hépatite B chronique est traitée de manière globale; pour chaque patient, le médecin développe un cycle individuel de prise de médicaments qui arrêtent le processus de reproduction virale et leur accumulation dans le foie. L'ensemble du cours dure de six mois à plusieurs années. Parfois, les patients ont besoin d'une nouvelle thérapie.

Pour toute forme de maladie, le patient suit un régime qui limite la consommation d'aliments salés, épicés, frits, fumés et en conserve. Le chocolat et la pâtisserie ne sont pas recommandés. L'alcool est exclu.

Le traitement de l'hépatite B est un processus long et coûteux. Malheureusement, il n'existe pas encore de médicaments capables d'éliminer complètement le virus et ses conséquences sur l'organisme. Vous ne pouvez que parvenir à une évolution plus favorable de la maladie et à une amélioration de la qualité de la vie humaine..

Remèdes populaires

Il est impossible de guérir l'hépatite à domicile, mais il est tout à fait possible de soutenir le système immunitaire dans une lutte difficile contre la maladie..

Il existe des remèdes populaires qui peuvent améliorer considérablement le bien-être général du patient, mais leur réception doit être convenue avec le médecin traitant.

Les décoctions et teintures les plus couramment utilisées de:

  • menthe et graines d'anis
  • bourgeons de bouleau
  • racine de raifort râpée
  • hellébore caucasien
  • bouche bée
  • L'avoine
  • racine d'élécampane et pissenlit
  • achillée
  • queue de cheval
  • verveines
  • sauge officinalis
  • tanaisie commune
  • feuilles de bardane

Important: l'utilisation de décoctions est contre-indiquée pendant la grossesse, les maladies gastro-intestinales, les calculs rénaux, la goutte, ainsi que chez les enfants de moins de 12 ans.

Complications

Si elle n'est pas traitée, les conséquences suivantes de l'hépatite B sont possibles:

  • cirrhose du foie
  • encéphalopathie hépatique (incapacité de l'organe à neutraliser les substances toxiques)
  • carcinome hépatocellulaire
  • myocardite (inflammation du muscle cardiaque)
  • augmentation des saignements (en raison d'une mauvaise coagulation en cas d'insuffisance hépatique)
  • œdème cérébral
  • maladies articulaires
  • dysfonctionnement des reins et des vaisseaux sanguins
  • état septique

Dans le contexte des complications énumérées, il existe une forte probabilité de décès..

Hépatite B chez les enfants

L'hépatite à un âge précoce est lourde de son évolution chronique.

Les principales voies d'infection:

  • infection intra-utérine
  • infection pendant l'accouchement
  • infection post-partum

Près de 90% des cas de transmission de l'hépatite B à un nouveau-né sont dus à son contact avec le sang et l'environnement biologique de la mère lors de l'accouchement. Après eux, le virus peut pénétrer dans le corps de l'enfant par la peau endommagée et par la libération de sang infecté par les mamelons fissurés pendant l'alimentation..

Les enfants subissant des procédures invasives sont également à risque..

En raison de l'immaturité du système immunitaire, l'infection se propage rapidement dans tout le corps. Mais la récupération et le développement de l'immunité se produisent également assez rapidement..

La prévention

La vaccination est le moyen le plus fiable de se protéger contre l'hépatite B. Pour les enfants, il est effectué conformément au calendrier de vaccination au cours des 6 premiers mois de vie. Les adultes à risque doivent également être vaccinés et, dans des cas particuliers, revaccinés (coût approximatif de la vaccination à Moscou: 700 à 900 roubles).

De plus, la transmission du virus peut être évitée en s'assurant que tout le sang donné et ses composants utilisés pour la transfusion sont sûrs. Il en va de même pour tous les instruments permettant d'effectuer des interventions diagnostiques médicales et chirurgicales, ainsi que des injections.

La probabilité d'infection peut être considérablement réduite en utilisant un équipement de protection pendant les rapports sexuels et en minimisant le nombre de partenaires sexuels.

Certaines routines quotidiennes peuvent également aider à réduire votre risque d'infection par l'hépatite B:

  • lavage minutieux des mains (surtout après avoir visité des lieux publics)
  • laver les légumes et les fruits
  • manger des aliments sains, fortifier, renforcer le système immunitaire
  • respect des règles d'hygiène personnelle
  • vaccination préventive en temps opportun
  • sexe uniquement avec des partenaires de confiance
  • restriction des transfusions sanguines
  • accès rapide à un médecin et début du traitement

Le respect de ces recommandations réduira considérablement la probabilité de contracter l'hépatite, mais ne garantit pas une protection à cent pour cent contre le virus..

Le foie est-il toujours hypertrophié avec l'hépatite

L'hépatite C est une maladie inflammatoire du foie de genèse virale, transmise par le sang, évoluant sous une forme aiguë ou chronique, ayant souvent une évolution sévère et se terminant souvent par des conséquences incurables.

L'examen échographique du système hépatobiliaire est une procédure nécessaire dans le diagnostic des maladies du foie. Quels signes échographiques d'inflammation hépatique existent et est-il possible de détecter l'hépatite C par échographie?

Échographie et inflammation

L'examen échographique est une méthode de diagnostic hautement informative que la médecine moderne nous offre. Il sert d'évaluation de l'état des organes internes, aide à déterminer le diagnostic exact et permet de surveiller l'efficacité du processus de traitement. L'examen échographique est largement utilisé dans le diagnostic de la pathologie hépatique.

Le foie est un organe parenchymateux non apparié et se compose entièrement de tissu hépatique. La base du parenchyme est les lobules glandulaires, qui sont entourés de collatérales sanguines et de voies biliaires. Un tissu sain à l'échographie ressemble à une structure homogène faiblement échogène, sur le fond de laquelle les vaisseaux et les canaux sont clairement visibles.

La taille et la densité de l'organe permettent de bien réfléchir les ondes ultrasonores, il est donc parfaitement scanné par un appareil à ultrasons. Pour évaluer l'inflammation qui se produit dans l'hépatite, mesurer ses paramètres, l'épaisseur de la paroi, évaluer la structure du parenchyme et l'état du flux sanguin. L'examen échographique est nécessairement inclus dans le diagnostic complet de toutes les pathologies hépatobiliaires.

Les indications de l'examen échographique du système hépatobiliaire sont:

Tests de la fonction hépatique anormaux (indique une diminution de la fonction). Jaunisse (jaunissement de la peau et des muqueuses). Blessures et maladies de la cavité abdominale. Problèmes de vésicule biliaire. L'hypothèse du processus oncologique. État fébrile de nature incertaine.

L'échographie détecte les changements diffus, notamment: fibrose, hypertrophie, sclérose, œdème parenchymateux ou dystrophie. De telles manifestations sont typiques d'un certain nombre de pathologies.Par conséquent, l'échographie complète pleinement la compréhension de l'état de santé.

L'échographie aide à identifier diverses anomalies

Quels sont les signes échographiques de l'hépatite et est-il toujours suffisant de diagnostiquer une échographie??

Les dommages viraux entraînent une inflammation du tissu hépatique et des troubles fonctionnels. En fonction de la cause étiotrope et de la gravité de l'inflammation, les symptômes peuvent être prononcés (aigus) ou flous (chroniques). Le processus inflammatoire entraîne un gonflement de l'organe et une augmentation de sa taille, la rate augmente.

À l'échographie, cela se traduira par une diminution de l'échogénicité (la capacité à effectuer des ultrasons). Sur l'écran du moniteur de l'appareil, la glande œdémateuse enflammée aura l'air sombre ou presque noire (selon le degré d'inflammation).

La forme aiguë de la maladie se manifeste par des symptômes lumineux typiques: fièvre, douleur dans l'hypochondre droit, dysfonctionnement.

Le principal symptôme de l'hépatite C aiguë est le jaunissement de la peau et des muqueuses, une augmentation caractéristique du sang des enzymes endogènes ALT, AST et du pigment biliaire de la bilirubine, responsable du «jaunissement». Des marqueurs spécifiques de l'hépatite C apparaissent.

Caractéristique mais pas spécifique

Est-il possible de voir une hépatite C aiguë à l'échographie du foie?

On peut supposer que l'examen échographique montrera une augmentation de l'organe enflammé en raison de son œdème, ce symptôme est typique, mais non spécifique. Une image similaire peut provoquer des problèmes complètement différents. L'apparition de la maladie, son évolution légère peut ne pas être reflétée sur le moniteur de l'échographe.

Le diagnostic de l'hépatite C aiguë est posé sur la base des plaintes cliniques, de l'examen du patient, de la collecte de l'anamnèse et des résultats des tests biochimiques..

À quoi ressemble l'hépatite C chronique à l'échographie?

Est-il possible de tirer une conclusion sur l'inflammation chronique du foie sur la base des résultats de l'échographie? Théoriquement, il est possible, mais pas toujours, la lésion initiale de la glande par une telle étude n'est pas toujours possible de voir, des tests supplémentaires sont nécessaires.

Pour un diagnostic précis de la maladie, des tests supplémentaires sont nécessaires

Dans certaines formes de la maladie, le foie peut agrandir légèrement, mais son tissu reste intact. Étant donné que certains paramètres dépendent du sexe, de l'âge, de la taille et de la constitution, une augmentation modérée au début, sans changements diffus, peut être considérée comme la norme.

La forme chronique a souvent une évolution latente et se manifeste lorsque les changements de structure sont déjà assez prononcés et perceptibles à l'échographie.

Dans quel but une échographie est-elle prescrite pour l'hépatite virale?

Afin de déterminer l'état de l'organe à ce moment, la progression de la maladie ou de tirer une conclusion sur l'efficacité du traitement.

S'il y a une induration focale, des zones de tissu fibro-altérées, des irrégularités et une tubérosité du foie, suggèrent l'apparition d'une cirrhose.

Une augmentation de l'échogénicité (foie léger) indique une dégénérescence graisseuse du parenchyme hépatique. Hépatose graisseuse.

Au cours de l'étude, des paramètres sont évalués: forme, taille, structure et état des conduits et collatérales hépatiques.

Les résultats obtenus sont comparés aux normes et une conclusion est faite.

Nous listons les principaux points échographiques suggérant une hépatite.

Un symptôme instable et non spécifique, au début de la maladie et avec une évolution bénigne de la maladie, les dimensions peuvent ne pas changer. Une augmentation de l'organe peut être observée dans d'autres pathologies, en particulier les maladies cardiaques et les troubles vasculaires. La forme aiguë de la maladie est caractérisée par une augmentation du lobe droit.

L'un des signes de l'hépatite est une hypertrophie du foie.

Un indicateur caractéristique, mais non spécifique, indiquant un gonflement de l'organe enflammé. Sur le moniteur, cela se manifeste par un assombrissement, dans la conclusion, il sera marqué par les phrases: hypoéchogénicité ou anéchogénicité (foie noir). Un phénomène similaire est observé dans l'insuffisance cardiaque chronique (foie congestif).

Hétérogénéité du parenchyme hépatique.

N'indique pas toujours une hépatite virale, de tels changements peuvent indiquer une cholangite sclérosante, une transformation graisseuse du tissu hépatique, une cirrhose et une hépatite de nature auto-immune.

Vaisseaux prononcés.

La conséquence de l'œdème des tissus enflammés, sur le fond «sombre» dont les vaisseaux deviennent clairement visibles, est un indicateur fréquent, mais pas constant.

Dangereux "chronique"

La forme chronique se produit imperceptiblement, au début de la maladie, il n'y a pratiquement aucun symptôme. À l'échographie, le foie semble normal, aucune déviation de sa structure n'est observée. Il peut y avoir une légère augmentation de la taille, ce qui n'est pas une raison pour le diagnostic. Dans ce cas, la recherche biochimique est importante..

L'apparition de signes visibles de «chronique» est observée avec la poursuite de la progression de l'infection virale. Une source de préoccupation est l'identification lors de l'étude de l'échographie:

Une augmentation notable de la taille du foie (les deux lobes). L'apparition d'irrégularités dans ses bords, l'indistinction de leur contour (signe caractéristique de la cirrhose). Arrondi du bord inférieur, augmentant l'échogénicité du tissu (progression). Inhomogénéité. Épuisement progressif du schéma vasculaire. Une diminution de la conductivité sonore indique la croissance du parenchyme du tissu conjonctif dense, conduisant mal les ondes ultrasonores.

Sur la base d'un examen échographique du foie, il est impossible de diagnostiquer l'hépatite C; pour une conclusion finale, un examen et un interrogatoire du patient et d'importantes études biochimiques de son sang sont nécessaires. La détection d'un type spécifique de virus doit être confirmée par des méthodes de laboratoire, y compris l'analyse PCR (réaction en chaîne par polymérase).

Le foie est la plus grande glande du corps humain et atteint une masse de 1,2 à 1,5 kg. Il remplit de nombreuses fonctions différentes, allant de la production de bile à la neutralisation de diverses substances toxiques et se terminant par la synthèse de protéines corporelles (par exemple, l'albumine).

En cas d'hypertrophie du foie, un examen détaillé du corps est nécessaire afin de trouver les causes, de déterminer le diagnostic et de corriger les tactiques de traitement.

informations générales

Une hypertrophie du foie est appelée hépatomégalie. Le foie peut se développer dans une grande variété de maladies, atteignant parfois une masse de 20 kg. Cependant, à la maison, il est assez difficile de remarquer son augmentation (surtout si elle est insignifiante), il est donc préférable de se rendre chez le médecin et de faire une échographie du foie, qui montrera non seulement sa taille exacte, mais donnera également une idée de la structure de l'organe et de la raison possible de son augmentation. Indirectement, une hypertrophie du foie peut être jugée par l'apparition d'une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit, les symptômes restants dépendront de la maladie spécifique qui a conduit à l'hépatomégalie.

Hépatite virale

Le traitement d'un foie hypertrophié dans l'hépatite virale diffère quelque peu selon le type d'agent pathogène et la nature de l'hépatite (aiguë, chronique). Cependant, dans tous les cas, une alimentation respectueuse du foie est recommandée..

Régime alimentaire pour l'hépatite et d'autres maladies du foie

Dans les pays de la CEI, un régime pour le foie a été développé par le nutritionniste Pevzner et est connu sous le nom de tableau de traitement 5 et 5a. En plus des maladies du foie, ce tableau est également prescrit pour la cholécystite chronique, la pancréatite, la bile et la lithiase urinaire, la goutte et certaines autres maladies. Le régime n ° 5 est indiqué lors de la rémission de l'hépatite chronique ou en cours de récupération en phase aiguë, et n ° 5 a - dans les formes aiguës et lors de l'exacerbation de l'hépatite chronique.

Dans tous les cas, la nourriture doit être savoureuse, car avec l'hépatite, l'appétit souffre, chaud, facilement digestible, avec une teneur élevée en protéines, vitamines, minéraux, fibres et restriction des graisses (en particulier d'origine animale) et des produits qui provoquent une augmentation de la sécrétion des sucs digestifs. Fréquence de la prise alimentaire - 5-6 fois par jour avec un intervalle de 3-4 heures.

Vous pouvez constamment suivre un tel régime, à condition que le régime soit équilibré, pendant une longue période, par exemple, 1 an ou plus.

Régime numéro 5:

Par méthode de cuisson
interdit - tout est frit, fumé, «artificiel», avec des épices chaudes, mariné, en conserve (sauf pour la confiture),
autorisé - tout bouilli, cuit à la vapeur, cuit au four, cuit au four; la viande et le poisson sont de préférence cuits.

Par ensemble de produits Autorisé:

bœuf, poulet, veau, poisson maigre bouilli ou cuit; légumes, fruits, choucroute; soupes aux céréales, aux produits laitiers et aux légumes; produits à base de farine, céréales; lait et produits laitiers; bonbons: marmelade, pastille, confiture naturelle, œufs au miel (omelette pas plus de 2 à 3 fois par semaine); fromage; saucisses faibles en gras; beurre (jusqu'à 50-70 gr.); poisson gras, caviar; tomates. L'alcool est interdit dans tout régime qui épargne l'alcool du foie; foie, cerveaux; agneau gras, porc, oie, canard; légumineuses; oignons; vinaigre, moutarde, poivre, raifort et autres épices chaudes; noix; café, cacao, chocolats, chocolat; crème glacée ; gâteaux gras, gâteaux.

Numéro de régime 5a

Il diffère du régime précédent en ce qu'il est prescrit pendant 1,5 à 2 semaines lors d'une exacerbation d'une hépatite chronique ou au début d'un traitement aigu. Il a des restrictions plus strictes sur la méthode de préparation (principalement tous en purée) et un ensemble de produits (pain frais et noir, les poissons semi-gras sont exclus, seuls les légumes féculents sont autorisés, le beurre est limité à 20-30 grammes par jour, etc.).

Traitement de l'hépatite virale en fonction de l'agent pathogène

Hépatite virale A. Au début de la maladie, le repos au lit est recommandé et lors de l'apparition de la jaunisse - médicaments cholérétiques, s'il n'y a pas de contre-indications: par exemple, une décoction d'immortelle, collection cholérétique. Pour maintenir le foie, Essentiale est prescrit pendant 1-2 mois, une thérapie vitaminique est effectuée (B1, B2, C, PP).
Si vous suivez un régime et suivez les recommandations d'autres médecins, l'hépatite disparaît et le foie diminue progressivement jusqu'à sa taille habituelle..
Hépatite virale B. En règle générale, les formes aiguës d'hépatite B ne sont traitées que dans un hôpital infectieux. En plus du régime, des médicaments qui ont un effet antiviral à un degré ou à un autre sont prescrits: ribovirine, restrovir, gancicrovir, acyclovir, lamivudine, α-interféron. À mesure que le processus inflammatoire s'atténue, le foie retrouve sa taille normale, cependant, avec la chronicité du processus, la disparition finale des symptômes est presque impossible.
Hépatite virale C. Selon que l'hépatite est aiguë ou chronique, les tactiques de traitement d'un foie hypertrophié et enflammé changent également. Cependant, commune à toutes les formes de cours est la nomination d'un régime, la limitation de l'activité physique, la prise d'immunomodulateurs et d'interférons, et en cas de développement d'insuffisance hépatique, l'utilisation d'une thérapie de désintoxication.
Le traitement de l'hépatite C chronique est similaire au traitement de l'hépatite C aiguë, mais il est prescrit non seulement en tenant compte de l'âge et de l'état de santé général, mais également de la durée de la maladie, ainsi que des données sur le génotype du virus. Les capacités financières du patient et la tolérance individuelle de certains médicaments jouent un rôle important..

Changements hépatiques dans la cirrhose

Hépatite virale D. Ce type d'hépatite est rarement retrouvé seul, car le virus «préfère agir» en compagnie du virus de l'hépatite B, provoquant une hépatite chronique. Par rapport aux autres types d'hépatite virale, c'est l'hépatite D chronique qui conduit le plus souvent à la cirrhose du foie. Le traitement à long terme (pendant 12 mois ou plus), comprend un régime alimentaire, la nomination de divers interférons, qui doivent être pris tous les jours: α-interféron, interféron pégylé (pégasis), etc. À la suite du traitement, environ 20% des patients notent une amélioration notable du tableau histologique du foie et des paramètres sanguins biochimiques..
Hépatite virale E. Le mode d'infection et les symptômes de la maladie sont très similaires à l'hépatite virale A. Ce type d'hépatite est assez rare et est traité exactement comme l'hépatite A.

Autres maladies

Les maladies suivantes peuvent également être accompagnées d'une augmentation de la taille du foie:

la présence de parasites (échinococcose du foie); maladies métaboliques (glycogénose, hémochromatose et autres); hépatose (par exemple, graisseuse, pigmentée); congestion dans l'insuffisance cardiaque; tumeurs hépatiques bénignes et malignes, ainsi que lésions hépatiques par métastases; certaines autres maladies.

Dans la plupart de ces cas, un régime est prescrit (tableau n ° 5, 5a), et le traitement de l'hépatomégalie est effectué dans le cadre du traitement de la maladie sous-jacente ayant provoqué une hypertrophie du foie, par exemple: ils sont engagés dans le traitement de l'insuffisance cardiaque (restriction saline, prise de diurétiques et agents cardioprotecteurs), ils opèrent sur des pathologies bénignes ou malignes tumeurs, prescrire un traitement de soutien et de désintoxication pour les maladies métaboliques, etc..

Conclusion

Quelle que soit la maladie à l'origine de l'hépatomégalie, le résultat complet du traitement peut être réduit à zéro si vous ne suivez pas un régime alimentaire approprié, élément essentiel et irremplaçable dans le traitement de la plupart des cas d'hypertrophie hépatique..

Quel médecin contacter

Avec une augmentation du foie, vous devez d'abord consulter un thérapeute. Après avoir effectué des tests biochimiques et autres, un examen échographique du foie, le médecin pourra établir un diagnostic. En fonction de la maladie identifiée, il est recommandé au patient de consulter un hépatologue, un gastro-entérologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un cardiologue, un oncologue. Un nutritionniste vous aidera à trouver la bonne nourriture.

Modifications hépatiques diffuses dans l'hépatite C

Le diagnostic de l'hépatite virale C n'est pas effectué uniquement par un examen analytique des échantillons de sang. La maladie est également diagnostiquée par le matériel. Les méthodes d'échographie et d'élastométrie déterminent les moindres changements dans les organes internes du patient, l'état des tissus hépatiques et le niveau de dommages aux organes.

Mais qu'indiquent des changements diffus dans le foie? Quelles sont les raisons de ce phénomène? Quels sont les symptômes et signes d'une hypertrophie du foie? Quels sont les types d'hépatomégalie? Quel est le traitement de l'hypertrophie hépatique? Vous pouvez trouver des réponses à chacune des questions ci-dessus dans notre article..

Raisons d'une hypertrophie du foie

Les changements hépatiques diffus sont des processus pathologiques dans un organe vital. Dans ce cas, la densité et la structure de la glande affectée sont perturbées. Le foie augmente en taille. Ce processus est appelé hépatomégalie..

Les organes internes peuvent être affectés par la perméabilité vasculaire, les niveaux hormonaux, certains médicaments, une infection aiguë ou une maladie chronique. Dans le cas d'une hypertrophie du foie, les raisons ne peuvent très probablement être identifiées qu'à l'aide de matériel complexe et de diagnostics de laboratoire.

En plus du VHC, les facteurs suivants peuvent provoquer des changements diffus dans la plus grande glande du corps humain:

  • Dépendance à l'alcool
  • Fumeur
  • Processus tumoral
  • Substitution grasse des hépatocytes
  • Steanose hépatique
  • Maladies du système cardiovasculaire
  • Maladies du pancréas

En outre, une augmentation significative de l'organe est caractéristique de la cirrhose et de la fibrose des tissus hépatiques..

Symptômes

Au stade initial, l'hépatomégalie ne se manifeste pas sous la forme de symptômes manifestes. Le patient se sent tout à fait satisfaisant, l'organe élargi ne cause pas d'inconfort. Cependant, avec le temps, des sensations désagréables apparaissent..

Les signes de modification du foie à un stade grave comprennent les symptômes suivants:

  • Crises de nausées et vomissements, surtout le matin
  • Goût amer dans la bouche
  • Sensations douloureuses dans l'hypochondre droit
  • Dyspepsie et perte d'appétit
  • Maux de tête légers
  • L'apparition d'un œdème du visage et des membres
  • Mauvaise haleine
  • Brûlures d'estomac
  • Problèmes digestifs
  • Faiblesse générale
  • Troubles thermorégulateurs et frissons
  • Sensation de lourdeur dans la région abdominale droite

En cas d'inflammation aiguë, la température corporelle peut également augmenter.

Types d'hépatomégalie

Parlant de l'élargissement pathologique du foie, divers types d'hépatomégalie doivent être mentionnés:

  • Tacite. Il est souvent diagnostiqué chez les jeunes enfants, car leurs organes sont encore au stade de développement. Dans ce cas, ce processus n'est pas observé visuellement; la palpation révèle une légère augmentation de la glande. En soi, l'hépatomégalie non exprimée ne nécessite pas de traitement. Le patient doit être surveillé et en cas d'augmentation supplémentaire du volume des organes, des mesures doivent être prises..
  • Modérer. Ce syndrome est diagnostiqué si le foie du patient a augmenté de volume de 2 à 5 cm. Les symptômes négatifs de cette affection sont assez rares. Le traitement n'est nécessaire que lorsqu'un diagnostic réel est posé.
  • Exprimé. Il est déterminé lorsque la glande est agrandie de plus de 5 cm. On observe même à l'examen visuel, la palpation provoque des sensations douloureuses persistantes. Cette condition indique de graves troubles du foie et des processus nécrotiques dans ses tissus..

Avec des modifications diffuses de l'organe, les lobes droit et gauche du foie peuvent être affectés. Dans ce cas, l'organe malade augmente de 12 cm ou plus. Un processus similaire se reflète dans l'apport sanguin aux tissus hépatiques, l'excrétion de la bile et d'autres processus. Les terminaisons nerveuses de l'organe sont endommagées.

Méthodes de diagnostic

L'échographie est la principale méthode pour déterminer les signes de modification du foie de nature diffuse. Le médecin traitant pose un diagnostic sur la base des échos suivants:

  • Le niveau de compactage du parenchyme hépatique
  • Conditions des vaisseaux sanguins
  • Changements de texture et de masse du tissu hépatique

De plus, lors du diagnostic d'une hypertrophie du foie, il est important de faire des analyses de sang, d'excréments et d'urine. Sur la base des données obtenues, le médecin traitant sera en mesure de conclure à la cause de cette condition..

Que faire avec une hypertrophie du foie?

Quelle que soit la cause de l'élargissement diffus du foie, le traitement doit être sélectionné correctement et en fonction des antécédents du patient. L'hépatologue choisit le traitement en fonction des facteurs suivants:

  • Diagnostic établi sur la base des résultats d'un examen complet
  • Âge du patient
  • État général du corps
  • La présence ou l'absence de complications de l'évolution de la maladie
  • La présence ou l'absence d'autres maladies chroniques et infections

Si l'hépatite C devient la cause de modifications hépatiques diffuses, le médecin détermine l'évolution thérapeutique des derniers AAD, en fonction du génotype du virus:

  • Sofosbuvir + Ledipasvir pour les génotypes 1, 4, 5 ou 6
  • Sofosbuvir + Daclatasvir avec Gen 1, 2, 3 ou 4
  • Sofosbuvir + Velpatasvir pour tout génotype d'hépatovirus

La durée du cours thérapeutique est de 12 ou 24 semaines, selon la gravité de l'état du patient. De plus, le patient devra abandonner définitivement l'usage des boissons alcoolisées et des produits du tabac..

Pendant le traitement, le patient doit adhérer à un régime alimentaire spécifique basé sur le principe d'une alimentation saine. Il est interdit de manger des aliments riches en gras et en gras trans. Le pain blanc et les produits de boulangerie, les épices chaudes et les herbes devraient être exclus de l'alimentation. Vous devriez manger au moins 5 fois par jour en petites portions.

Caractéristiques du foie avec l'hépatite C

Le foie atteint d'hépatite C est soumis à une attaque massive dont la nature présente des différences significatives en raison de la dissemblance de l'agent pathogène avec d'autres types de virus hépatotropes. Contrairement à la maladie de Botkin (hépatite A) et à l'hépatite B, connues de l'humanité depuis longtemps, jusqu'à récemment, d'autres types de provocateurs d'inflammation hépatique n'étaient pratiquement pas étudiés..

Or en virologie et hépatologie, il existe environ quatre douzaines de variétés d'un provocateur, classiquement appelé virus C. Une telle variété est associée à la spécificité de la maladie anthroponotique, contrairement au reste, constituée d'une chaîne d'ARN recouverte de molécules de bases lipidiques et protéiques. La capacité de modification (mutation) inhérente à cette lésion rend la réponse immunitaire humaine standard inefficace.

Fonctions vitales des flavivirus

La grande famille a reçu son nom de son représentant typique - le virus de la fièvre jaune, qui a causé la mort d'un grand nombre de personnes. Les principales différences par lesquelles ils se distinguent en une subdivision distincte sont la taille plus petite et la structure spécifique du génome, mais il existe également des caractéristiques de reproduction - le lieu et la durée du processus de reproduction. Les cellules affectées par l'agent pathogène restent viables plus longtemps car le virus C a moins d'activité cytopathique que les virus alpha auxquels elles sont parfois comparées.

La nature a prévu la possibilité de résister activement aux agresseurs qui tombent dans un système ouvert, mais dans ce cas, cela s'est avéré inutile. L'immunité humaine est en retard avec la production d'anticorps, tandis que l'ARN viral anthropique mute au cours de la vie active. La réponse immunitaire apparaît comme une réponse défensive à une forme antérieure, alors que de nouvelles variations sont déjà apparues dans les cellules. Par conséquent, l'activité d'un agresseur dangereux est exercée dans les hépatocytes presque sans entrave..

L'abondance des variétés implique une division en formes primaires et secondaires - transfert direct du porteur à une personne en bonne santé et se développant dans le contexte de maladies déjà présentes dans le corps. Ils peuvent également être infectieux ou non infectieux, puis la forme aiguë devient chronique.

La voie de transmission de l'infection n'est pas la seule; une infection peut pénétrer dans le corps d'une personne en bonne santé à partir d'un porteur à travers presque n'importe quel liquide biologique. Passant de la circulation sanguine aux hépatocytes, le virus les transforme pour produire les éléments constitutifs de nouveaux virions. Cela conduit non seulement à la perte de la fonctionnalité cellulaire, mais oblige également ses propres cellules immunitaires à attaquer les cellules hépatiques modifiées, les confondant avec des éléments étrangers au corps..

Forme aiguë d'écoulement

Avec la pénétration du virus anthropique dans le corps, le stade de l'infection commence - la migration le long de la circulation sanguine le conduit à la glande exocrine, richement équipée de vaisseaux. Le lieu de résidence d'origine se trouve dans les noyaux des hépatocytes, qui non seulement perdent leurs anciennes capacités, mais produisent également de nouveaux organismes viraux (virions).

La réplication peut produire jusqu'à 50 nouveaux virions par jour. Le résultat de l'activité vitale de l'agent pathogène n'est pas seulement une augmentation de la charge virale. Des antigènes sont produits, constitués de protéines de toxine. Ils contiennent également des protéines cytotoxiques qui détruisent la paroi externe fragile de la cellule hépatique:

  • Le développement de la forme aiguë se produit dans le contexte d'un nombre important d'hépatocytes détruits. Cela conduit à l'apparition d'un processus inflammatoire..
  • À partir de là, la destruction prend une ampleur encore plus grande et, tandis que le système immunitaire est inactif (les lymphocytes et les macrophages commencent à réagir au bout d'un mois environ), une période de manifestations cliniques commence. Dans différents cas, en fonction de l'action de certains facteurs, il est clairement exprimé ou faible, tellement flou qu'il passe inaperçu.
  • Les enzymes hépatiques sécrétées par les cellules détruites par l'activité virale ne provoquent que de nouvelles zones de destruction en plus de celles existantes.
  • La diminution du nombre de virions dans la circulation sanguine se produit après que le système immunitaire a produit des immunoglobulines (anticorps contre la présence de l'agresseur). Mais déjà avant le début de cette période, les hépatocytes sont tellement transformés que les cellules immunitaires commencent leur destruction, prenant pour des éléments étrangers.
  • Le foie atteint d'hépatite C sous forme aiguë devient volumineux par rapport aux dimensions habituelles de l'organe, il est rempli de sang et œdémateux, mais conserve la surface lisse habituelle. Ce n'est qu'à certains endroits qu'il peut y avoir des inclusions graisseuses (résultant d'une dystrophie) ou des zones nécrotiques résultant de l'activité destructrice articulaire du virus et des immunocytes (lymphocytes, macrophages et tueurs NK).
  • L'étirement de la coquille de l'organe à la suite d'un gonflement et de l'apparition d'une splénomégalie provoque une douleur dans l'hypochondre droit - le foie lui-même n'a pas de terminaisons nerveuses et ne peut pas blesser par lui-même.

Des études cliniques ont montré que seules cinq personnes sur cent infectées au stade aigu de la maladie peuvent ressentir des douleurs ou des symptômes sévères. L'absence de terminaisons nerveuses dans le parenchyme soulage le patient de la souffrance, d'où le nom figuratif - tueur affectueux.

Après la transition vers une évolution chronique, qui se produit en raison d'une réponse immunitaire insuffisante, l'apparition de la douleur ne devient probable que dans une certaine période. Cela commence lorsque l'activité de l'hépatite conduit au développement de défaillances dans le système hépatobiliaire, la vésicule biliaire et ses canaux ou le pancréas sont affectés.

Signes morphologiques de transition vers une forme chronique

Les modifications du parenchyme au cours de l'évolution chronique de l'hépatite C sont directement liées à la durée de sa présence dans le corps. Cela se produit chez 4/5 des personnes infectées par le virus hépatotrope anthropique - en raison d'un manque de traitement et d'un système immunitaire faible. Seuls quelques patients guérissent complètement, bien que les spécialistes pensent que l'agent pathogène reste toujours dans le corps.

Fibrose à la suite de lésions des cellules hépatiques

Dans un quart des cas décrits, la dégénérescence du parenchyme normal dans le tissu conjonctif se développe. La capacité limitée des hépatocytes à se diviser a conduit au développement d'un mécanisme de défense - les lacunes résultantes dans la structure seront mélangées par les cellules du tissu fibreux. Plus le processus destructeur dure longtemps, plus les zones de fibrose peuvent être vues dans le parenchyme hépatique au lieu des hépatocytes précédemment détruits.

Jusqu'à une certaine période de développement de la maladie, l'absence de symptômes persiste et le patient met en corrélation des signes faibles avec d'autres conditions - fatigue, surmenage, troubles digestifs, formes légères d'empoisonnement ou d'intoxication.

Remplacement de la graisse

La moitié des patients présentent une stéatose - le remplacement des hépatocytes par des cellules graisseuses. La perte de la capacité de décomposer les bases grasses entraîne l'accumulation de triglycérides à oxydation rapide. Parfois, les changements fibrotiques sont une conséquence de la stéatohépatite, bien que la fibrose puisse se développer et contourner ce stade, simplement dans le contexte de la destruction cellulaire, en raison du mécanisme protecteur de remplacement.

Les transformations cellulaires qui ont eu lieu deviennent irréversibles chez environ un tiers des patients qui n'ont pas détecté la maladie pendant 25 à 30 ans ou qui ont négligé le traitement prescrit. La cirrhose du foie se développe, accompagnée de perturbations de l'activité normale de tout le système hépatobiliaire, et seulement après cela, le patient commence à ressentir de la souffrance.

S'il continue à ignorer les conseils médicaux et à abuser de l'alcool, le risque de développer un carcinome hépatocellulaire augmente 20 fois. Dans les premiers stades, l'utilisation de boissons alcoolisées augmente considérablement et accélère les changements cirrhotiques dans les cellules.

Symptômes cliniques

Malgré la variété des maladies de la glande exocrine, la plus grande du corps, les symptômes indiquant sa défaite sont plutôt monotones. Sans diagnostic approfondi, ils ne fournissent que la possibilité de supposer que la cause des symptômes était une maladie de l'organe parenchymateux, mais même en raison de la nature des sensations de douleur, il est impossible de poser un diagnostic fiable..

Les symptômes typiques de la fibrose, de la stéatose ou de la cirrhose sont une défaillance d'organe, le développement de l'hypertension et des varices, l'apparition d'anastomoses causées par des perturbations de la circulation du liquide humoral, une carence en oxygène sont typiques de toute dégénérescence tissulaire, quelle qu'en soit la cause.

Procédure d'échographie

Les résultats des diagnostics matériels effectués dépendent de la forme de l'hépatite C - aiguë, chronique et fulminante. Dans l'évolution chronique, les changements détectés dépendent du degré d'activité virale. Une différenciation relativement nouvelle du processus implique quatre types de processus actifs - minime, léger (selon d'autres sources - léger), modéré et sévère.

Les stades de la fibrose correspondent aux variétés - au début, ils sont absents, puis mal exprimés, après quoi une manifestation modérée de remplacement du tissu conjonctif peut être détectée, plus tard un degré sévère apparaît.

Les raisons de supposer la présence d'une infection virale apparaissent avec les résultats suivants d'une étude échographique:

  • dans les lésions formées, une échogénicité significativement accrue est trouvée (dans un état sain, elle est faible en raison de la faible capacité du parenchyme à refléter les signaux ultrasonores);
  • un organe vital est hypertrophié (avec le même symptôme dans la rate), mais selon le stade, seul le lobe gauche ou le foie dans son ensemble peut se développer;
  • une structure auparavant uniforme et lisse se transforme en une structure hétérogène et bosselée, de plus, une transformation se produit dans la disposition vasculaire habituelle;
  • la vésicule biliaire est déformée et les voies biliaires sont dilatées;
  • si des complications ont commencé, l'échographie montre des changements cirrhotiques ou même tumoraux.

Dès que la cirrhose commence, la taille du foie diminue, contrairement au stade fibreux, lorsque l'organe est encore hypertrophié. Lors de l'autopsie, on peut voir des rides, des tubercules d'une teinte gris-brunâtre inhabituelle, une nécrose des zones se manifestant par des taches se trouve dans la section, et il n'y a pratiquement pas de voies biliaires et de vaisseaux en tant que tels, car à ce moment-là, ils sont déjà soudés.

Symptômes externes

Malgré des affirmations constantes sur l'absence de symptômes lorsqu'une personne est infectée par l'hépatite C, ils peuvent apparaître dans un certain nombre de cas, bien que moins prononcés par rapport aux infections causées par d'autres virus hépatotropes.

Les signes possibles incluent:

  • manque d'appétit, fatigue permanente et diminution des performances;
  • fièvre, écoulement nasal et toux, douleurs articulaires (une conséquence incontestable de l'intoxication), qui peuvent être trompeuses et conduire à des soupçons de rhume ou d'une autre infection virale;
  • la décoloration des sécrétions naturelles (assombrissement de l'urine et éclaircissement des matières fécales), le jaunissement de la peau et des muqueuses, qui est causé par des perturbations du niveau de bilirubine, ainsi que des varicosités sont des signes de pathologies vasculaires;
  • troubles digestifs et perte de poids - preuve d'une perte de la capacité du foie et du pancréas à produire les enzymes et les sécrétions nécessaires.

À mesure que les changements dans le foie augmentent avec l'hépatite C, les symptômes changent. Si des sensations douloureuses antérieures chez le patient n'ont pas été notées en raison du manque d'innervation dans un organe vital, elles commencent à se manifester clairement à un certain stade. La nature de la douleur dans ce cas est associée aux changements survenus si clairement qu'ils se sont reflétés dans les activités d'autres segments déployés dans le voisinage immédiat..

Douleur au foie

Des symptômes négatifs qui donnent au patient des sensations désagréables apparaissent aux derniers stades de la progression d'une infection virale. Subjectivement, ils sont perçus comme une douleur dans le foie, bien qu'en fait cela soit le résultat de changements pathologiques survenus dans la structure, la taille et la fonctionnalité de l'organe:

  • une douleur sourde et douloureuse dans le côté droit indique un dysfonctionnement du pancréas, un organe sacculaire, déjà déformé à ce moment-là, ses conduits;
  • la douleur après l'effort est le résultat de changements de taille et de pression sur les terminaisons nerveuses que d'autres segments du système hépatobiliaire ont;
  • souffrance palpable - les coliques, les symptômes aigus et mal tolérés peuvent être le résultat d'une inflammation des voies biliaires, d'une altération de l'écoulement de la bile, de l'accumulation d'une sécrétion spécifique, qui s'épaissit et éclate les parois.

Résultats de la biopsie

Vous pouvez obtenir des informations sur l'état du foie grâce à une biopsie. Pour l'analyse, plusieurs méthodes efficaces ont été développées - aspiration percutanée à l'aiguille fine, biopsie au trépan et transveineuse. Dans l'hépatite C, il est possible d'évaluer la quantité d'inflammation existante et le degré de changements fibreux sur l'échelle de Metavir. Le stade de l'évolution chronique est établi selon plusieurs signes, selon la méthode Knodel. Le diagnostic de la cirrhose peut être effectué à l'aide de l'indice Ishak.

Quelles que soient les méthodes de diagnostic utilisées, elles poursuivent un seul objectif: déterminer l'état du foie dans l'hépatite C, le degré de destruction et de dégénérescence des tissus, la perte de fonctionnalité et la recherche de méthodes thérapeutiques pour sauver le patient ou lui offrir une meilleure qualité de vie..

Dans le traitement de l'hépatite C, l'humanité a fait des progrès et la condition principale du succès est un diagnostic rapide.

Hépatomégalie (hypertrophie du foie)

informations générales

Hépatomégalie du foie - qu'est-ce que c'est et que signifie ce diagnostic? L'hépatomégalie est l'un des syndromes les plus courants dans la pratique clinique d'un médecin. Il s'agit essentiellement d'un cidre, indiquant une hypertrophie pathologique du foie. En tant que forme nosologique indépendante, l'hépatomégalie n'existe pas. L'hépatomégalie est une manifestation typique (syndrome dominant) dans un certain nombre de maladies se développant à la fois dans le contexte de modifications hépatiques focales / diffuses et de maladies d'autres organes et systèmes d'origines diverses, et sa présence est une raison pour un examen approfondi du patient pour découvrir les raisons de son apparition. Selon la CIM-10, l'hépatomégalie, non classée ailleurs, porte le code R16.0.

Le foie est l'un des plus gros organes du corps humain. Sa masse varie de 1 200 à 1 500 g. Les tailles du foie dans son ensemble et en parts sont données dans le tableau et les figures ci-dessous..

Paramètre mesuréNorme chez les adultes, mm.
Le corps entier dans son ensemble
Longueur totale du corps140-180
Diamètre du foie200-225
Taille sagittale90-120
Lobe droit
Longueur (taille KKR verticale ou cranio-caudale)110-140
Épaisseur du lobe droit (dimension antéropostérieure)115-125
Taille oblique-verticale du CWR du lobe droitjusqu'à 150
Lobe gauche
Longueur (dimension verticale, KKR)jusqu'à 100
Épaisseur du lobe gauchejusqu'à 70
Épaisseur du lobe caudéjusqu'à 35
Diamètre des vaisseaux et des conduits
Voie biliaire commune6-8
La veine porte10-13
La veine cave inférieurejusqu'à 20
Veines hépatiques (20 mm. De la bouche)6-10
Artère hépatique à la porte du foie4-7


Le foie est situé dans le quadrant supérieur droit de la cavité abdominale, sa face antérieure est partiellement recouverte de côtes. Dans le foie, deux lobes sont anatomiquement distingués, tandis que le lobe droit est nettement plus grand que le lobe gauche. Normalement, le bord inférieur du foie n'est pas situé à plus de 2 cm sous le bord de l'arc costal et ne peut pas être palpé à la palpation ou palpé directement au bord de l'arc costal.

Dimensions du lobe gauche du foie

Dimensions du lobe droit du foie

Le degré d'hépatomégalie, en règle générale, est en corrélation avec la gravité et la gravité de la maladie qui a provoqué une hypertrophie du foie. Selon la taille du foie hypertrophié, il existe:

  • Hépatomégalie non exprimée. Une légère augmentation de la taille est caractéristique (de 1-1,5 cm). Le syndrome, en règle générale, est indolore avec possibilité de normalisation de l'hépatomégalie physiologique ou de progression du syndrome dans diverses maladies et en l'absence de traitement adéquat.
  • Hépatomégalie modérée du foie. En plus d'une augmentation de la taille du foie (de 2 cm ou plus sous l'arc costal), il y a des changements dans la structure du tissu (hétérogénéité), qui ne correspondent pas au concept de la norme. L'hépatomégalie modérée ne disparaît pas d'elle-même, cependant, avec un traitement opportun et adéquat, le respect d'un régime alimentaire, le foie peut diminuer et restaurer sa fonction.
  • Hépatomégalie sévère. Une augmentation de la taille du foie de 5 cm ou plus est caractéristique, il existe un syndrome douloureux et des modifications diffuses prononcées du tissu hépatique.

Étant donné que l'hépatomégalie, en tant que syndrome, est caractéristique de nombreuses maladies, elles peuvent être conditionnellement divisées en plusieurs groupes:

  • Maladies du foie et de son système vasculaire: hépatite virale aiguë / chronique B, C, D, forme latente de cirrhose hépatique, tumeurs hépatiques malignes / bénignes, échinococcose hépatique, kystes hépatiques non parasitaires, tuberculose hépatique, granulomatose tuberculeuse, etc..
  • Maladies de stockage: dégénérescence hépatolenticulaire, hépatose graisseuse, amylose, hémochromatose.
  • Maladies du système cardiovasculaire: insuffisance circulatoire degré II-III, péricardite constrictive.

Très souvent, il y a une augmentation simultanée du foie et de la rate - le soi-disant syndrome hépatolienal, c'est-à-dire un changement combiné de la taille et des pathologies du foie et de la rate. Ces conditions peuvent survenir à la fois simultanément et chacune d'elles peut potentiellement provoquer l'apparition de l'autre. L'implication fréquente de la rate dans le processus pathologique est due à l'étroite relation fonctionnelle de ces organes.

Le syndrome hépatolienal survient beaucoup plus souvent chez les enfants que chez les adultes, ce qui est facilité par les caractéristiques anatomiques et physiologiques d'un organisme en croissance. Le syndrome hépatolienal survient souvent lorsque:

  • Lésions hépatiques chroniques focales / diffuses et maladies qui provoquent des troubles circulatoires dans les systèmes veineux hépato-spléniques.
  • Maladies infectieuses / parasitaires: alvéococcose, tuberculose abdominale, mononucléose infectieuse, paludisme, etc..
  • Dystrophie hépatocérébrale, amylose, hémochromatose, maladie de Gaucher, etc..
  • Maladies accompagnées de lésions du sang et du tissu lymphoïde: anémie hémolytique, leucémie, lymphogranulomatose.
  • Maladies du système cardiovasculaire, survenant avec une insuffisance circulatoire chronique sévère: péricardite, malformations cardiaques, coronaropathie, etc..

En fonction de la prévalence du processus pathologique et de la lésion prédominante de l'un des lobes du foie, on distingue une forme partielle d'hépatomégalie, dans laquelle il y a une augmentation d'un seul lobe droit ou gauche et une forme diffuse dans laquelle le tissu hépatique est affecté uniformément.

Pathogénèse

Le mécanisme de l'élargissement du foie est différent. Cela dépend du processus pathologique caractéristique d'une maladie particulière. Dans la plupart des cas, cela se produit à la suite d'une augmentation des hépatocytes (obésité cellulaire, dépôt excessif de cuivre et de fer, débordement de bile, de glycogène, de glucocérébroside), d'une dystrophie des cellules hépatiques, d'une infiltration, d'une expansion des capillaires hépatiques, de la présence d'un processus volumétrique (tumeur, échinocoque) ou de ganglions régénérés.

En cas d'hépatite aiguë, le virus agit directement sur le parenchyme hépatique, provoquant une inflammation et une cytolyse (destruction) des hépatocytes atteints. Dans certains cas, une cholestase intrahépatique (altération du transport de la bile dans les hépatocytes) et un apport excessif d'éléments biliaires dans le sang sont importants.

Le principal mécanisme des lésions organiques dans l'hépatite chronique est l'interaction des cellules immunitaires avec les hépatocytes qui contiennent le virus. Lorsque le virus se réplique à la surface des hépatocytes, des antigènes se forment et une réponse immunitaire se développe, caractérisée par des lésions du parenchyme par les lymphocytes. Les virus de l'hépatite C et D ont un effet cytopathogène direct sur les cellules.

L'hépatite médicinale est causée soit par l'effet toxique direct des médicaments, soit par le développement d'une idiosyncrasie à leur égard. Au cœur de l'hépatite auto-immune se trouve la production d'auto-anticorps contre les antigènes hépatocytaires, ce qui conduit à la destruction des hépatocytes par leurs propres leucocytes.

Dans le cas de la maladie alcoolique du foie, les effets toxiques de l'éthanol sont dus à l'acétaldéhyde qu'il contient, ce qui augmente la peroxydation lipidique, perturbe la fonction des microtubules cellulaires (leur fonction est de maintenir la forme de la cellule) et stimule la synthèse du collagène. L'effet le plus grave de l'acétaldéhyde est une violation de la fonction des phospholipides des membranes hépatocytaires, ce qui augmente la perméabilité de la membrane, perturbe la fonction des enzymes et le transport à travers la membrane..

Classification

La classification est basée sur le facteur étiologique. Pour la classification, l'abréviation CINDIVATE est utilisée, qui est une séquence de tous les groupes de facteurs étiologiques de l'hépatomégalie (selon les premières lettres) et est donnée ci-dessous.

(C) vasculaire

  • Veines: thrombose de la veine porte, syndrome de blocage veineux hépatique (syndrome de Budd-Chiari).
  • Artères: dopage de l'artère hépatique.

(I) infectieux

  • Parenchyme: hépatite virale, mononucléose infectieuse, amibiase, tuberculose, syphilis, opisthorchiase.
  • Veines: pyélo-phlébite.
  • Voies biliaires: cholangite.
  • Cholangioli: cholangite bactérienne.

(H) Néoplasique

  • Parenchyme: hépatome, métastases tumorales.
  • Tissu conjonctif: sarcome.
  • Lymphocytes: maladie de Hodgkin.
  • Voies biliaires: papillome, carcinome ampullaire, tumeur pancréatique.
  • Cholangiola: cholangiome.

(E) Dégénérative

  • Parenchyme: stéatose hépatique, amylose, maladie cardiaque.

(I) Intoxication

  • Parenchyme: alcoolisme, drogues, poisons hépatotropes.
  • Voies biliaires: épaississement de la bile.

(B) Congénitale

  • Parenchyme: hamartome.
  • Tissu conjonctif: maladie de Gaucher, anémie hémolytique.
  • Voies biliaires: atrésie des voies biliaires.
  • Cholangiola: syndrome de Dabin-Johnson.

(A) Auto-immun

  • Parenchyme: hépatite auto-immune.
  • Tissu conjonctif: périartérite noueuse, métaplasie myéloïde.

(T) Blessure

  • Parenchyme: contusion, rupture du foie.
  • Artères: dopage de l'artère hépatique.
  • Voies biliaires: calculs des voies biliaires.

(E) Endocrinien

  • Parenchyme: acromégalie.
  • Voies biliaires: calculs des voies biliaires (diabète sucré).
  • Cholangiola: grossesse.

Raisons d'une hypertrophie du foie

Il existe de nombreuses raisons qui conduisent à ce syndrome. Ils peuvent être systématisés comme suit:

Lésions vasculaires du foie (artères et veines)

Lésions vasculaires du foie (artères et veines). L'atteinte de l'artère hépatique est rare. L'élargissement du foie est possible lorsque le vaisseau est ligaturé pendant la chirurgie. Le plus souvent, le processus pathologique est causé par des processus pathologiques dans les veines hépatiques et la veine porte. Par exemple, formation de thrombus et thrombophlébite purulente de la veine porte, compression de la veine porte par une tumeur, des cicatrices ou une insuffisance cardiaque chronique.

Facteurs infectieux

Maladies néoplasiques

Le processus néoplasique primaire est une maladie rare. Le parenchyme, les voies biliaires ou le tissu conjonctif peuvent être affectés. Les tumeurs bénignes courantes comprennent les adénomes et les hémangiomes, qui sont asymptomatiques pendant une longue période, et lorsque de grandes tailles sont atteintes, une augmentation du foie, de l'abdomen, son asymétrie et des symptômes de compression des organes environnants sont notés. Les lymphomes apparaissent lorsqu'ils sont volumineux, ce qui provoque une hypertrophie du foie et une sensation de lourdeur dans l'hypocondre droit. Ils sont nodulaires et diffus, et le degré d'élargissement de l'organe en dépend. Souvent, avec les lymphomes, une rate hypertrophiée est également notée..

Les tumeurs malignes comprennent le carcinome hépatocellulaire, le sarcome, l'angiosarcome et l'hépatoblastome. Dans les maladies du sang (leucémie, lymphome non hodgkinien, anémie hémolytique, lymphogranulomatose), il existe une hypertrophie du foie. Avec ces hémoblastoses, une augmentation est particulièrement prononcée à la suite d'une infiltration du tissu organique avec des cellules malignes ou en raison de la formation de foyers d'hématopoïèse extramédullaire dans le foie. Dans ces cas, il atteint des tailles énormes (10-20 kg) et occupe la moitié de la cavité abdominale.

En outre, un processus métastatique dans le foie se trouve souvent dans le cancer des organes suivants:

Changements dégénératifs

Ceux-ci comprennent les maladies primaires (stéatose hépatique, porphyrie hépatique, amylose, altération du métabolisme des glucides, fibrose kystique, hémochromatose, mucopolysaccharidose) et secondaires (dans le contexte de la pathologie cardiaque). Les caractéristiques de la stéatose hépatique sont une évolution à faible symptôme et une détection accidentelle. En outre, les formes graves de dommages sont relativement rares. Au stade de la stéatose, l'échographie détermine une augmentation du foie et des modifications en fonction du type de dégénérescence graisseuse. Au stade de la stéatohépatite, des modifications des tests de la fonction hépatique apparaissent. Pour l'amylose systémique, l'hépatomégalie est très caractéristique, au vu de la lésion amyloïde de l'organe. Une augmentation de la phosphatase alcaline est notée dans le sérum sanguin. La rate est également souvent touchée.

Dans les maladies cardiaques avec le développement d'une insuffisance ventriculaire droite, une hypertrophie du foie est caractéristique.

Le foie est un réservoir de sang stagnant. Avec l'insuffisance cardiaque, non seulement la pression veineuse centrale augmente, mais également dans les veines hépatiques, ce qui interfère avec le flux sanguin du foie et l'hypertension portale centrale, une pléthore de l'organe et une augmentation de sa taille se développent. Si l'insuffisance cardiaque se développe lentement, le foie grossit progressivement et sa surface est lisse. Au début, son bord est arrondi, puis s'affine. En appuyant sur la région du foie, un gonflement des veines cervicales est noté.

Facteurs d'intoxication

Les effets toxiques de l'alcool, des drogues, des composés synthétiques toxiques conduisent à la défaite des hépatocytes. Ces substances hépatotoxiques comprennent: le chloroforme, le dichloroéthane, le chlorure d'éthyle, les naphtalènes chlorés, le benzène, le toluène, l'aniline, le plomb, le mercure, le manganèse, le phosphore, le cuivre, le poison aux champignons. Pour un diagnostic correct, dans ce cas, les données d'anamnèse sur le contact avec des substances nocives jouent un rôle important. Parmi les substances médicinales figurent les salicylates, le Ftorotan, la tétracycline, le méthotrexate, le paracétamol, l'indométacine, l'isoniazide, la méthyldopa. Compte tenu du rôle du foie dans le métabolisme des substances, on peut dire qu'il n'y a pas de médicaments qui n'endommagent pas le foie. L'hépatite aiguë d'origine médicamenteuse s'accompagne d'une augmentation modérée du foie.

Pathologie congénitale

Il affecte le parenchyme, le tissu conjonctif et les voies biliaires.

Conditions auto-immunes dans les maladies systémiques du tissu conjonctif

L'élargissement du foie est observé dans la sclérodermie systémique, la polyarthrite rhumatoïde, la dermatomyosite, la périartérite et dans le lupus érythémateux disséminé, il est important - une hépatite "lupique" se développe.

Causes endocriniennes

Les modifications hépatiques sont de nature secondaire et se développent dans le contexte du diabète sucré, du syndrome de Moriak, de l'acromégalie ou des troubles nutritionnels (manque de protéines avec apport excessif de graisses et de glucides).

En outre, la cause de l'élargissement du foie peut être une lésion hépatique traumatique avec saignement intra-abdominal et choc hémorragique..

Hypertrophie du foie chez l'adulte

Le plus souvent en raison de lésions métaboliques - stéatohépatite non alcoolique ou alcoolique. Dans la pathogenèse des lésions non alcooliques, le rôle appartient à l'accumulation de graisse dans l'hépatocyte avec le développement de la nécrose. Les lésions alcooliques entraînent invariablement une fibrose / cirrhose, une insuffisance hépatique et une hypertension portale, avec des signes d'hépatomégalie, d'œdème, d'ascite, d'hypertrophie hépatique, de varices œsophagiennes et de la paroi abdominale antérieure.

Chez les adultes, les hépatites aiguës et chroniques d'étiologie virale et le SIDA sont également fréquentes. Déjà dans la période aiguë de l'hépatite, 89% des patients ont une hypertrophie du foie, un syndrome ictérique, des syndromes dyspeptiques et asthénovégétatifs, ou leurs diverses combinaisons. Pour le diagnostic de l'hépatite chronique, une biopsie par ponction de l'organe est importante. Chez 20% des personnes infectées par le VIH, on trouve une hépatomégalie, qui est une réaction non spécifique à une infection, une infiltration graisseuse, une hépatite ou une infiltration néoplasique (en cas de lymphome ou de sarcome de Kaposi).

Comme le lobe gauche est de plus petite taille, l'élargissement du foie dû au lobe gauche est rare. Les causes fréquentes d'une augmentation du lobe gauche du foie sont l'infiltration graisseuse focale. Une augmentation du lobe gauche est également observée avec une infection TORCH et une fasciolose (helminthiase avec lésion du système biliaire). Une hypertrophie du lobe droit du foie indique une insuffisance cardiaque ventriculaire droite ou une péricardite adhérente. La congestion veineuse dans l'insuffisance ventriculaire droite provoque d'abord une augmentation du lobe gauche puis du lobe droit. En cas d'insuffisance cardiaque, le foie est doux et lisse. À la palpation, sa douleur est déterminée. Si la congestion est prononcée, lorsque vous appuyez sur la zone du foie, les veines cervicales gonflent. En outre, le lobe droit est plus sensible à la formation d'hémangiomes et de kystes, et s'ils sont volumineux, cette part augmente considérablement. Dans le lobe droit, un abcès, une échinococcose se forme plus souvent et un hépatoblastome se développe, ce qui provoque son augmentation.

L'élargissement du foie et de la rate est une manifestation typique de l'hépatite virale, de la cirrhose biliaire, de l'amylose hépatique, des maladies du sang, des infections chroniques et des maladies parasitaires. Cette combinaison est due à la relation entre l'appareil réticulohistiocytaire de ces organes, le flux sanguin dans le système de la veine porte, l'écoulement lymphatique et l'innervation..

Raisons d'une hypertrophie du foie chez les enfants

  • Mononucléose infectieuse. Chez les enfants, il est considéré comme une forme aiguë d'infection à Epstein-Barr, dont les manifestations cliniques sont la fièvre, l'intoxication, l'hypertrophie des ganglions lymphatiques, l'angor lacunaire, l'hépatomégalie et la splénomégalie..
  • Infection à cytomégalovirus. La pathologie hépatique y occupe une place particulière. L'hépatite se développe en réponse à l'introduction du cytomégalovirus et se caractérise par des modifications importantes des hépatocytes, de l'épithélium biliaire et de l'endothélium vasculaire. Des cellules cytomégaliques se forment, entourées d'infiltrats mononucléaires, qui contribuent à la cholestase intrahépatique et à la jaunisse obstructive. La destruction des hépatocytes (jusqu'à la nécrose) provoque l'apparition du syndrome de cytolyse. La cirrhose se développe souvent.
  • Les troubles fonctionnels du tractus gastro-intestinal, la flexion de la vésicule biliaire, la pathologie du pancréas sont à l'origine de l'hépatomégalie chez les enfants plus âgés.
  • Helminthiase chez les enfants. Parmi eux, il convient de noter l'infestation fréquente d'enfants - l'ascaridiose. Sa phase tissulaire est caractérisée par la migration des larves d'ascaris dans les poumons et le foie. Les métabolites qu'ils libèrent provoquent des changements immunologiques et une inflammation. Dans la phase de migration, l'ascaridiase s'accompagne d'une hépatomégalie et d'un syndrome asthmoïde.
  • La maladie cœliaque chez les enfants s'accompagne toujours d'hépatomégalie, d'anémie et d'entéropathie (diarrhée).
  • Avec la forme infantile de la maladie de Pompe, on observe une hypotension musculaire sévère, un retard du développement moteur, une hypertrophie cardiaque, une cardiomyopathie et une insuffisance cardiaque, des infections fréquentes, une hépato et une splénomégalie. Les symptômes apparaissent presque immédiatement après la naissance et progressent rapidement.
  • Maladie de Gaucher. C'est une maladie génétique et se caractérise par un défaut de l'enzyme lysosomale, qui provoque une augmentation progressive des organes parenchymateux. Une rate hypertrophiée est un symptôme persistant et précoce de cette maladie. L'hépatomégalie n'est pas si courante et se développe à une date ultérieure. Il devient prononcé après le retrait de la rate. Au fur et à mesure que la maladie progresse, une hypertension portale se développe..

Symptômes de l'élargissement du foie

Les signes typiques d'hépatomégalie: douleur, inconfort ou sensation de lourdeur dans la région du foie n'apparaissent qu'avec une augmentation significative. Une augmentation du foie de 2 cm chez un adulte ne s'accompagne d'aucun symptôme désagréable, il s'agit souvent d'une découverte accidentelle lors de l'examen, mais le patient a besoin d'un examen plus approfondi.

Pour différentes maladies, des symptômes spécifiques sont caractéristiques qui aident à poser le bon diagnostic. Dans les maladies du foie et d'autres organes du tractus gastro-intestinal, une diminution de l'appétit, des nausées, des éructations, des vomissements, des flatulences, des selles instables et une faiblesse générale sont caractéristiques. Dans l'hépatite virale aiguë, un tiers des patients ont un début aigu, la maladie se manifeste par une jaunisse, des selles décolorées, une urine foncée (couleur de la bière), une hypertrophie du foie. Chez d'autres patients, une apparition progressive est notée: douleur musculaire, fièvre, douleur dans l'hypochondre droit, jaunissement de la sclérotique.

Dans l'hépatite virale aiguë, dans tous les cas, le syndrome asthénovégétatif prévaut: fatigue, faiblesse, qui s'intensifient après un effort physique, irritabilité et labilité émotionnelle. Parfois, il y a mal de tête, mauvais sommeil, transpiration excessive.

Le syndrome dyspeptique est plus typique de l'hépatite virale chronique, car il est associé à une insuffisance hépatique fonctionnelle, à des lésions des voies biliaires, du pancréas et de l'estomac. Les signes d'une hypertrophie du foie sont notés: lourdeur dans l'hypocondre à droite et dans la région épigastrique, ballonnements. Il y a aussi des nausées, des éructations, parfois une perte d'appétit et une mauvaise tolérance aux aliments gras.

Dans l'hépatite B auto-immune et chronique, les symptômes extrahépatiques prédominent - éruptions cutanées, douleurs articulaires, polyneuropathie. Une hypertrophie du foie et de la rate sont caractéristiques de ces maladies. La VS augmente souvent, il y a une diminution de l'albumine sanguine et une augmentation des globulines, du thymol, des échantillons sublimés. Le contenu des aminotransférases est également augmenté, dont le niveau est utilisé pour évaluer la gravité de l'hépatite. Chez la moitié des patients, une hyperbilirubinémie modérée est déterminée (la bilirubine directe est augmentée).

Au stade initial de la cirrhose, le foie est très élargi, dense, légèrement douloureux à l'examen, sa surface est lisse et le bord est dense et pointu. Ensuite, la taille du foie est réduite (au stade atrophique) et sa surface devient inégale et bosselée. À ce stade, les signes d'hypertension portale se développent - augmentation de la rate, ascite, distension abdominale, vasodilatation (télangiectasie) de la peau de l'abdomen et de la poitrine sur la surface latérale.

Les néoplasmes hépatiques se manifestent par une émaciation rapide, des douleurs dans l'hypochondre droit, des selles instables, des vomissements, des flatulences. Chez les patients, la jaunisse augmente, le foie et la rate augmentent, une ascite et un œdème apparaissent. À l'examen, la surface du foie est bosselée, dense et douloureuse. Le sarcome du foie se déroule avec douleur et fièvre, sans métastases, malgré le fait qu'il se caractérise par une croissance rapide, une désintégration avec des hémorragies dans la cavité abdominale et un ensemencement du péritoine.

En cas de lésions hépatiques d'origine médicamenteuse, il y a soit seulement une hépatomégalie (elle n'apparaît en aucun cas), soit une hépatomégalie avec jaunisse, démangeaisons et douleurs articulaires. Les tests sanguins montrent des niveaux élevés de transaminases et de bilirubine. Avec les effets toxiques des produits chimiques dans le sang, l'urine ou la salive, un produit chimique avec lequel le patient a été en contact est détecté.

Dans les maladies cardiaques, l'élargissement du foie est plus prononcé en cas d'insuffisance ventriculaire droite. Si la décompensation se développe rapidement, il y a une augmentation progressive du foie et une douleur intense dans l'hypochondre droit, qui s'expliquent par un étirement de la capsule hépatique. Avec une décompensation qui augmente lentement, l'organe augmente progressivement. En appuyant sur le foie, les veines cervicales gonflent. Une caractéristique est une diminution de la taille du foie avec un traitement réussi de l'insuffisance cardiaque.

L'hépatomégalie survient souvent dans les maladies systémiques (polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie, dermatomyosite, lupus érythémateux disséminé). Chacune de ces maladies a un tableau clinique spécifique associé à des lésions des articulations, de la peau, des reins, etc. Le lupus se caractérise par le développement d'une hépatite «lupique», qui se traduit par une jaunisse et un dysfonctionnement hépatique..

Les kystes non parasitaires sont des formations hépatiques bénignes. Avec une augmentation du volume des kystes, le patient s'inquiète de l'inconfort dans l'estomac et dans l'hypochondre droit, des brûlures d'estomac, des éructations, qui surviennent en raison de la pression exercée sur les organes par une hypertrophie du foie. Lors de l'examen, une augmentation du foie est déterminée, par palpation, il est dense et bosselé. Les tests de la fonction hépatique ne changent le plus souvent pas. Échos d'un kyste simple: formations arrondies avec une paroi lisse. Les kystes complexes contiennent des cloisons et leur paroi est inégalement épaissie. Le contenu du kyste n'est pas homogène.

Les particularités de la dégénérescence graisseuse du foie (hépatose graisseuse ou stéatose) sont une évolution malosymptomatique, seulement parfois il y a un inconfort et une lourdeur dans l'abdomen, de légères flatulences ou des nausées. Au stade initial (stéatose), seul un foie hypertrophié est déterminé, le plus souvent il est indolore et a une surface lisse. Le processus est réversible dans les premiers stades si les troubles métaboliques sont éliminés, dans le contexte desquels des modifications se sont produites dans le foie. La rate n'est pas hypertrophiée.

Le stade de la stéatohépatite est caractérisé par une modification des tests de la fonction hépatique et l'apparition de plaintes plus prononcées. Dans de rares cas, si les facteurs à l'origine de la stéatohépatite ne sont pas éliminés, une transition vers l'étape suivante est possible - fibrotique et cirrhotique. La biopsie par ponction est cruciale pour le diagnostic.

Dans l'hépatose graisseuse non alcoolique, l'image échographique diffère en fonction du stade et du degré du processus, de la présence de changements d'organes concomitants. L'infiltration graisseuse selon l'échographie est divisée en infiltration diffuse et locale. Des modifications diffuses se produisent dans tout le parenchyme, mais des zones de parenchyme inchangé peuvent également être notées, qui sont plus fréquentes dans la zone du hile hépatique. Une hépatomégalie modérée est observée avec une infiltration locale, lorsqu'il existe des zones distinctes de dégénérescence graisseuse (champs) et de grandes zones de parenchyme inchangé. Une infiltration locale modérée se trouve dans le foie central et le lobe gauche. La stéatose alcoolique du foie est d'abord détectée dans les zones des deuxième et troisième lobules, puis elle apparaît de manière diffuse.

Chez les enfants et les adultes, des infections sévères (brucellose viscérale causée par le virus d'Epstein-Barr, leishmaniose, leptospirose, salmonellose) se produisent avec de la fièvre, des changements hématologiques et des lésions du foie et de la rate. Des antécédents d'amygdalopharyngite, de jaunisse, de ganglions lymphatiques enflés, de foie et de rate suggèrent une infection virale d'Epstein-Barr. Une infection persistante à Epstein-Barr se produit avec transpiration sévère, faiblesse, état subfébrile, arthralgie, douleurs musculaires, éruptions papuleuses, toux, hépatomégalie. Les patients présentent une instabilité de l'humeur, une labilité émotionnelle, une détérioration du sommeil et de l'attention. L'état d'immunodéficience se manifeste par l'ajout d'une infection bactérienne ou fongique.

Une hypertrophie du foie chez un enfant par échographie peut être due à une pathologie congénitale du parenchyme de l'organe lui-même, des voies biliaires ou du tissu conjonctif. Cette pathologie se manifeste dès les premiers jours de la vie et l'échographie est d'une importance primordiale dans le diagnostic. Chez les nouveau-nés, la dimension antéropostérieure du lobe droit est normalement inférieure à 60 mm. Avec la croissance de l'enfant, le foie se développe également et déjà à l'âge de 2 ans, cette taille est de 70 mm, à 10 ans - 110 mm et à 14 ans - 130 mm. Chaque année consécutive à partir de la naissance est ajoutée de 6 mm. Le lobe gauche à 1 an a une taille antéropostérieure de 33 mm, et chaque année 2 mm sont ajoutés.

Analyses et diagnostics

Les méthodes d'examen les plus accessibles sont la palpation du foie et la percussion, à l'aide desquelles ses limites sont déterminées. Il est assez difficile de palper une légère augmentation du foie, par conséquent, la taille peut être clarifiée à l'aide d'une échographie, d'une tomodensitométrie, d'une imagerie par résonance magnétique.

À l'échographie, il est déterminé: la largeur totale ne dépasse pas 270 mm, la longueur varie de 140 à 200 mm et la taille transversale est de 200 à 225 mm. Épaisseur du lobe droit 140 mm, gauche jusqu'à 80 mm.

Échographie pour hépatomégalie

Avec la pathologie, il peut être détecté:

  • Légère augmentation de taille et changement de structure. Il est diagnostiqué chez les alcooliques, est asymptomatique et est une découverte accidentelle.
  • Hypertrophie marquée - foie 10 cm de plus que la normale.
  • Augmentation diffuse - une augmentation uniforme de tout le foie et la taille dépasse la normale de 15 cm ou plus.
  • Hypertrophie partielle - le foie grossit de manière inégale dans une partie du lobe.

L'imagerie par résonance magnétique est indicative dans le diagnostic des lésions du tissu hépatique, des kystes d'hémangiome, des tumeurs hépatiques.

La tomodensitométrie est indiquée pour les lésions hépatiques focales.

Parfois, une élastographie par ultrasons (appareil FibroScan) est nécessaire. Il est effectué pour déterminer l'élasticité des tissus des organes, qui est perdue en cas de fibrose / cirrhose.

L'angiographie est nécessaire pour déterminer la pression portale, la direction du flux sanguin dans les veines. Il est très sensible pour détecter les lésions vasculaires et les tumeurs (carcinome). Il est également nécessaire pour différencier les tumeurs des hémangiomes. C'est la méthode la plus précise pour déterminer l'anatomie vasculaire d'un organe si une chirurgie hépatobiliaire doit être pratiquée..

Laparoscopie avec biopsie par ponction. La biopsie est nécessaire dans le diagnostic des maladies du foie: cirrhose biliaire, hépatite auto-immune, cholangite sclérosante, stéatose, stéatohépatite, tumeurs bénignes et malignes. La biopsie peut également évaluer les dommages aux organes liés au médicament et au cytomégalovirus. Dans l'hépatite à CMV, des cellules cytomégaliques géantes avec un gros noyau et une bande étroite de cytoplasme se trouvent dans des cellules ponctuées.

La biopsie hépatique par ponction permet également d'évaluer l'activité (présence de dystrophie hépatocytaire et de nécrose périportale et intralobulaire) et le stade (degré de fibrose / cirrhose) du processus. Ceci est très important, car l'hépatite virale chronique, même avec un degré élevé d'activité, chez de nombreuses personnes est asymptomatique jusqu'à ce qu'une cirrhose se forme..

Les méthodes supplémentaires pour aider au diagnostic sont:

  • Test sanguin clinique.
  • Analyse d'urine générale, détermination de l'urobiline et des pigments biliaires dans l'urine.
  • Analyse des matières fécales pour les kystes de lamblia.
  • Test sanguin biochimique (bilirubine, transaminase, test du thymol, protéines totales).
  • Marqueurs de l'hépatite virale A, B, C, D, ainsi que du VIH.
  • RPHA pour leptosyrose, brucellose, yersiniose, listériose, tularémie.
  • Gastroduodénoscopie.

Traitement de l'hépatomégalie

Comment l'hépatomégalie est-elle traitée? Le traitement de l'hypertrophie hépatique chez l'adulte est déterminé par la maladie sous-jacente. Autrement dit, le traitement de l'hépatomégalie vise les causes d'une hypertrophie du foie et est déterminé par la thérapie spécifique de maladies d'origines diverses. Parmi la variété de médicaments utilisés pour l'hypertrophie hépatique, une place particulière est accordée à un groupe relativement restreint de médicaments agissant sélectivement sur le foie - les hépatoprotecteurs. Leur fonction est de normaliser l'activité fonctionnelle et de restaurer l'homéostasie de cet organe, d'augmenter la résistance du foie aux facteurs pathogènes et de stimuler les processus de régénération et de réparation dans l'organe. Le groupe des hépatoprotecteurs est plutôt hétérogène et comprend des médicaments de divers groupes chimiques qui ont des effets multidirectionnels sur les processus métaboliques. En Russie, parmi ce groupe de médicaments sont largement utilisés:

  • EPL (phospholipides essentiels) - Acide ursodésoxycholique (Ursochol, Ursosan, Ursofalk, Ursodex, Ursodez). Ou des préparations combinées, comprenant des phospholipides essentiels et un ensemble équilibré de vitamines (Essentiale forte, Essliver-forte, Enerliv, Livolin, Lioliv, etc.).
  • Préparations à base de plantes à base d'artichaut, de chardon-Marie, de potiron et de curcuma (Silymarin, Gepabene, Silymar, Karsil, Darsil, Hofitol, Gepabel, Curcumin, Tykveol, Hepatofalk plant, etc.).
  • Préparations d'acides aminés et leurs dérivés (Citrarginine, Glutargin, Heptral, Hepa-mertz (Ornithine), Hepasol-Neo, Remaxol).
  • Hépatoprotecteurs animaux (Vitohepat, Sirepar).
  • Médicaments à effet hépatoprotecteur indirect (Lactulose, Espalipon, Dialipon, acide α-lipoïque, Tiogamma, Berlition, Thioctacid-600).
  • Hépatoprotecteurs homéopathiques (Hepel, Hepatosol, Galstena, Hepatomax, etc.).
  • Médicaments combinés contenant des substances de différents groupes (Gepadif, Eslidin, Sirin, Detoxil, Phosphogliv, Prohepar, Hepatrin, etc.).

Chaque groupe de médicaments a un mécanisme d'action spécifique, des indications et des contre-indications pour le rendez-vous et des recommandations générales ne peuvent être données. Dans chaque cas, avec une maladie particulière, une sélection différenciée d'un médicament hépatoprotecteur spécifique ou de leur combinaison est nécessaire, en tenant compte de la maladie, du principal complexe de symptômes cliniques, des caractéristiques des lésions hépatiques, de la présence d'une pathologie concomitante.