Conséquences de l'hépatite C et effet du virus sur l'organisme

Souvent, dans les articles médicaux et les publications consacrés aux problèmes du VHC, la pathologie est qualifiée de «tueur affectueux». Compte tenu de l'absence de symptômes cliniques et de l'impact négatif sur le corps dans son ensemble, ce nom est tout à fait justifié. Si l'hépatite C est diagnostiquée, les conséquences peuvent être imprévisibles ni pour le patient lui-même, ni pour le médecin traitant.

Ascite, cirrhose, fibrose, troubles métaboliques et endocriniens: il ne s'agit pas d'une liste complète des troubles pouvant être causés par le VHC. Un autre problème est qu'une infection virale passée peut causer un coup irréparable au foie et aux organes internes. On sait que le foie est capable de se régénérer. Mais parfois, le taux de régénération cellulaire est insuffisant pour compenser la nécrose et la fibrose tissulaire ultérieure.

  • Complications d'adhésion
  • Stéatose
  • Fibrose
  • Insuffisance hépatique
  • Encéphalopathie hépatique
  • Cirrhose
  • Cancer
  • Conséquences pour les hommes
  • Complications chez les femmes
  • Pronostic de l'enfant
  • Après le traitement

L'effet du VHC sur le corps

Le mécanisme d'action et l'effet de l'hépatite C sur l'organisme sont bien étudiés. Une fois dans la circulation sanguine, le virus microscopique commence à se diviser activement. Les cellules immunitaires, ayant détecté de l'ADN étranger, commencent à combattre la maladie. C'est ainsi que l'inflammation auto-immune commence dans l'organe filtre. Et jusqu'à ce que l'ARN étranger soit complètement éliminé, le tissu hépatique continuera à mourir.

Un processus inflammatoire persistant est destructeur, car il conduit finalement à la mort des hépatocytes et des lobes hépatiques. Ainsi, le foie fait face à des fonctions physiologiques de pire en pire, ce qui aggrave l'état du patient et conduit au développement de complications hépatiques et extra-hépatiques sévères.

Quelle est la gravité de la maladie

Le plus dangereux pour la vie est la forme fulminante de l'hépatite C.En seulement 6 à 14 jours, elle peut entraîner une nécrose étendue du tissu hépatique, qui entraîne la mort du patient..

Si la maladie n'est pas traitée, alors que le tissu hépatique meurt, des complications hépatiques et extrahépatiques graves et plus tardives - incompatibles avec la vie se développent. Par exemple, la cirrhose est une conséquence de l'une des complications les plus courantes du VHC, la fibrose (diagnostiquée chez 75 à 80% des patients 5 à 7 ans après l'infection). Le remplacement du tissu hépatique normal par du tissu conjonctif provoque des perturbations irréversibles de la capacité de filtrage de l'organe..

La cirrhose avancée avec carcinome hépatocellulaire est l'une des principales indications de la transplantation hépatique. En moyenne, cette étape survient 20-25 ans après l'infection, et plus rapidement en cas de troubles alimentaires et de consommation d'alcool. Un autre facteur aggravant l'évolution du VHC est la prise de médicaments qui affectent négativement l'état du foie (antibiotiques, cytostatiques).

La forme latente et le portage de l'hépatite C. sont beaucoup plus faciles à tolérer. Dans ce cas, le virus est présent dans le corps humain, mais en concentration négligeable. Dans ce cas, la réplication du pathogène ne se produit pas ou l'activité de propagation des lésions hépatiques est trop faible pour le développement de complications importantes. Vous pouvez vivre toute votre vie avec le portage du VHC sans même connaître votre propre diagnostic. Cependant, à tout moment, l'infection peut devenir active et entraîner de graves complications..

Complications d'adhésion

L'hépatite C ne provoque souvent pas de symptômes spécifiques, ce qui rend un traitement rapide impossible et augmente le risque d'effets indésirables et de complications. Par conséquent, il est recommandé que tout le monde soit testé régulièrement pour le VHC..

Il est important de se rappeler que l'association de l'hépatite C et de l'alcool ne fait qu'aggraver les conséquences. De même, le foie affecté par le virus est affecté par une mauvaise alimentation, le café, l'excès de sel, les aliments gras et frits. En outre, il est impératif de coordonner avec le médecin la question de la prise de médicaments. Ils ne peuvent pas être associés au traitement antiviral principal ni provoquer d'autres lésions hépatiques..

Violation du retrait de la bile

De tous les virus hépatotropes, l'hépatite C est la cause la plus fréquente de cholangite. La complication est réversible et n'affecte pas le résultat du traitement, mais déclenche le développement de diverticules. Des études récentes ont trouvé une réplication virale dans les cholangiocytes.

L'hépatite C et ses conséquences affectent le système biliaire. Chez les toxicomanes par injection atteints d'hépatite C, des violations du travail cinétique motrice du sphincter d'Oddi sont enregistrées. Cela complique gravement l'évolution de la maladie, contribue au développement de la jaunisse et aggrave les données pronostiques. L'épithélium biliaire devient également une cible du VHC.

Résumant toutes ces données, les scientifiques japonais ont suggéré que la bile et le sérum du patient étaient également infectés. Cela a également été confirmé expérimentalement: chez les patients présentant une teneur élevée en ARN dans le sérum sanguin, la PHK de l'agent pathogène a également été trouvée dans le ponctuation de la vésicule biliaire..

Conclusions: la cause principale des perturbations du travail du système biliaire est des foyers inflammatoires dans le foie, entraînant un ralentissement de la synthèse biliaire, une baisse de pression dans le système biliaire et la vésicule biliaire, un spasme du sphincter d'Oddi.

Stéatose

La stéatose est le type d'hépatose le plus courant. La maladie est caractérisée par une accumulation pathologique de cellules graisseuses dans les hépatocytes. Le tissu adipeux n'est pas capable de remplir les fonctions du foie, ce qui entraîne des perturbations dans le fonctionnement de l'organe. Il est presque asymptomatique, mais clairement visible lors de l'échographie. Ensuite, ils constatent une augmentation de la taille de l'organe, une augmentation modérée ou prononcée de l'échogénicité du tissu hépatique. Dans les premiers stades, le foie conserve l'homogénéité de sa structure, dans les stades ultérieurs, le grain est révélé.

Le degré de négligence est jugé après l'étude d'une biopsie obtenue à la suite d'une biopsie du tissu hépatique de sa zone la plus détruite. Avec la tomodensitométrie, il est possible d'identifier des zones limitées de tissu adipeux, avec des hépatocytes inchangés autour d'elles. Puis ils parlent d'infiltration graisseuse locale.

Plus souvent, la stéatose se développe si le corps souffre d'hépatite C et d'alcool en grande quantité, d'obésité, de diabète sucré et de certaines défaillances génétiques. Plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

Fibrose

La fibrose est le processus de prolifération du tissu conjonctif jusqu'à la formation de cicatrices de différentes tailles. Avec un diagnostic rapide et un traitement approprié, une régression peut être obtenue, ce qui améliore le pronostic de la guérison. La pathologie est caractérisée par un cours étendu, avec des dommages à la grande surface de l'organe filtrant.

La période asymptomatique peut être prolongée jusqu'à 8 ans à compter du début du processus pathologique. Pour le diagnostic, ils ont recours à un examen visuel de la peau, à une anamnèse détaillée, à l'étude des plaintes, à l'auscultation et à la percussion, à une évaluation de l'état mental.

À partir de tests de laboratoire, une étude des marqueurs de fibrose est présentée:

  • indice de prothrombine;
  • la gamma glutamyl transpeptidase;
  • alipoprotéine A1.

De plus, un test sanguin général et biochimique, un coprogramme, une analyse des matières fécales pour les protozoaires et les vers sont prescrits. Lors de la première suspicion de maladies des organes excréteurs, un test urinaire général sera informatif. L'échographie, la tomodensitométrie, l'oesophagogastroduodénoscopie aideront à vérifier avec précision le diagnostic. La biopsie hépatique peut être évitée si l'élastographie est disponible.

Insuffisance hépatique

L'insuffisance hépatique est un complexe de symptômes caractéristique des troubles d'une ou plusieurs fonctions vitales du foie.

La première étape est caractérisée par les symptômes suivants:

  1. Diminution de l'appétit. Les patients se plaignent de l'apparition d'habitudes alimentaires inhabituelles. Parfois, l'appétit disparaît sur fond de nausées constantes ou périodiques, jusqu'à un dégoût complet pour tout aliment.
  2. Baisse des performances en tandem avec une faiblesse générale.
  3. Changement dans la sphère émotionnelle: dépression, apathie, découragement.

La deuxième étape se manifeste:

  • l'apparition d'une jaunisse de la sclérotique et des muqueuses visibles (les paumes et les pieds sont les premières zones où l'ictère de la peau devient visible, puis il capture toute la surface du corps);
  • les zones de diathèse hémorragique sont visualisées;
  • dans la cavité abdominale, le volume de liquide libre augmente progressivement (dans ce cas, les médecins parlent d'ascite);
  • faiblesse qui apparaît même après un effort mineur;
  • à la suite d'une violation du métabolisme des protéines, un œdème local est enregistré, à partir des membres inférieurs, puis ils recouvrent la moitié supérieure du corps;
  • souffrez de troubles dyspeptiques (diarrhée débilitante, moins souvent - alternance de périodes de selles molles et de constipation).

Dans le troisième stade final de la maladie, la dystrophie des organes internes augmente, une baisse du poids corporel jusqu'au développement de la cachexie. Des modifications sévères des processus métaboliques sont observées, allant jusqu'à un coma. Le coma hépatique, avec la fourniture intempestive de mesures de réanimation, se termine par la mort. Les patients atteints d'insuffisance hépatique sont des candidats à la transplantation.

Encéphalopathie hépatique

Dans l'insuffisance hépatique, les signes d'encéphalopathie - troubles réversibles de la conscience et des fonctions cognitives - apparaissent. La maladie se manifeste par une somnolence pendant la journée et un manque de sommeil la nuit, une altération de la coordination des mouvements, des tremblements des membres.

Avec l'encéphalopathie hépatique, les capacités mentales en souffrent: la mémoire se détériore, la capacité à travailler avec de grandes quantités d'informations disparaît. La parole devient monotone, la rapidité de réponse aux questions simples posées ralentit. La personnalité se dégrade progressivement, la personne devient désordonnée, agressive ou inhibée, auparavant peu de gestes adéquats spontanés inhabituels apparaissent.

Cirrhose

La cirrhose du foie associée au VHC est une maladie chronique dans laquelle le parenchyme de l'organe est remplacé par un stroma ou un tissu conjonctif fibreux. Les hommes tombent malades 3 fois plus souvent que les femmes. Souvent, la cirrhose se développe avec l'hépatite C chronique non traitée, lorsqu'il y a une réplication active du virus en tandem avec de mauvaises habitudes malveillantes, l'obésité et la présence de co-infections.

Le foie acquiert de la tubérosité et de la nodularité, la consistance se compacte anormalement, le bord s'affine, la taille change plus ou moins. Chez la moitié des patients, une hypertrophie des ganglions lymphatiques régionaux est palpable.

Aux stades avancés, lorsque le tableau clinique se déplie, des symptômes d'insuffisance hépatocellulaire et les conséquences de l'hypertension portale apparaissent. Ce n'est qu'au stade de développement que les médicaments sont capables de restaurer le tissu hépatique cirrhotique. Actuellement, le seul traitement radical de la maladie est la transplantation d'un donneur d'organe..

Le carcinome hépatocellulaire est une transformation maligne (tumeur maligne) des hépatocytes, le cancer hépatocellulaire primitif le plus courant. Il s'agit de la complication la plus grave du VHC chez les patients de différents groupes d'âge. L'oncologie se caractérise par un cours agressif qui ne répond pas bien aux méthodes modernes de traitement anticancéreux. Le cancer métastase rapidement vers les organes internes éloignés et proches.

Selon l'OMS, plus de 600 000 patients reçoivent ce diagnostic dans le monde chaque année. Même avec un diagnostic précoce, le taux de survie à cinq ans reste faible. Une mortalité élevée est plus souvent observée chez les personnes aux stades avancés du processus oncologique, en présence de métastases et d'une réponse insuffisante du corps au traitement de l'hépatite C.

Diagnostiquer en laboratoire: si la quantité d'α-foetoprotéine est> 15 ng / ml, un examen matériel supplémentaire est prescrit. Cela peut inclure une échographie, une IRM, une tomodensitométrie du foie, une tomographie par émission de positons, etc..

Conséquences de l'hépatite C chez les hommes

Si l'hépatite C est diagnostiquée, les conséquences de la maladie pour un homme peuvent se propager à divers systèmes organiques. Aux stades avancés de la cirrhose et d'autres complications graves du VHC, la racine des cheveux subit des changements: les cheveux tombent sur la tête, dans la poitrine et d'autres parties du corps et s'usent au niveau des aisselles. L'homme prend du poids involontairement.

Les conséquences de l'hépatite C chez l'homme affectent également la région génitale. Des changements sont également perceptibles dans le sperme: la viabilité, la qualité et la mobilité des spermatozoïdes se détériorent, jusqu'à l'apparition de l'infertilité. Une hypertrophie mammaire soudaine et significative et une augmentation du dysfonctionnement sexuel peuvent être les causes profondes de la dépression et d'une faible estime de soi.

Presque tous les hommes atteints d'hépatite C sévère se plaignent d'une perte d'attraction pour le sexe opposé. Les relations intimes n'apportent pas de sensations vives. L'éjaculation douloureuse et les problèmes de synchronisation de l'éjaculation interfèrent avec les rapports sexuels normaux.

Complications après le transfert du virus chez les femmes

Les effets négatifs de l'hépatite C chez les femmes se développent souvent dans le contexte d'une augmentation des œstrogènes.

Cette condition conduit à:

  • syndrome prémenstruel prononcé: sautes d'humeur déraisonnables importantes, bleus, sensibilité des seins;
  • la formation de tumeurs kystiques bénignes ou malignes dans la glande mammaire et le tissu endométrial dans l'utérus;
  • l'absence de saignement menstruel cyclique: soit le cycle s'allonge, soit des périodes «non programmées» apparaissent;
  • manque d'ovulation pendant un ou plusieurs cycles, ce qui est semé d'embûches pour concevoir un bébé même en âge de procréer;
  • altération de la fertilité.

Les complications extrahépatiques après l'hépatite C peuvent affecter la glande thyroïde, provoquer des troubles affectifs, la triade de Malzer, etc..

Pronostic pour un enfant né de parents infectés

Une grossesse avec l'hépatite C devrait-elle être une préoccupation??

C'est une question générale, et la réponse dépend de plusieurs facteurs:

  1. Si le père de l'enfant à naître est malade et que la conception a eu lieu chez une mère en bonne santé, la grossesse ne devrait pas causer de peur inutile.
  2. Si la mère est infectée pendant la conception, le risque d'infection verticale demeure pour le fœtus (in utero ou pendant l'accouchement).

Le mécanisme de transmission du virus de la mère au fœtus n'est pas entièrement compris. On pense qu'une infection verticale peut survenir pendant l'accouchement et dans une situation où le sang de la mère se mélange au sang du bébé lors d'un traumatisme placentaire et d'autres conditions pathologiques. Chez une femme atteinte d'hépatite C, le risque d'avortement spontané augmente de 2,5%. L'insuffisance placentaire est plus fréquente, ce qui peut devenir la cause fondamentale de la formation de pathologies intra-utérines.

Si une femme reçoit un diagnostic d'hépatite C pendant la grossesse, les conséquences pour le bébé ne sont pas toujours probables. Un nouveau-né ne tombe malade que dans 5% des cas. Les mères refusent le traitement antiviral, le traitement est commencé immédiatement après l'accouchement. De cette façon, l'effet tératogène sur l'organisme en développement est minimisé.

Il n'a pas été prouvé que l'accouchement contribue à l'infection de l'enfant, car une césarienne n'est généralement pas prescrite. L'accouchement a lieu sous contrôle médical dans le respect des règles d'asepsie et des antiseptiques.

Après le traitement

Un traitement insuffisant de l'hépatite C peut entraîner une rechute. Mais ici, les opinions des principaux hépatologues diffèrent. Ils parlent de rechute si le corps continue de reproduire le génotype du virus contre lequel le cours antiviral était ciblé. Habituellement, dans ce cas, le retour des symptômes de la maladie ou des tests de laboratoire positifs apparaissent au plus tard 2 ans après la fin du dernier cours thérapeutique. Si un génotype différent est identifié, une réinfection est suspectée.

Les conséquences du traitement antiviral de l'hépatite C par la ribavirine sont négligeables. Le médicament quitte le corps quelques jours après la dernière injection.

Il existe de nombreux autres effets secondaires des interférons:

  1. Syndrome pseudo-grippal. Elle survient chez près de 90% des patients. Pour le combat, le traitement symptomatique, l'alitement, l'introduction de l'interféron uniquement le soir est indiquée;
  2. Perte de force, diminution des performances. La situation sera facilitée par un régime quotidien strict, où suffisamment de temps est alloué pour les promenades, le sommeil de jour et de nuit, le stress physique et mental est minimisé.
  3. Troubles dépressifs. Si la situation est allée trop loin, une psychothérapie individuelle ou la nomination d'antidépresseurs est indiquée.
  4. Peau sèche et démangeaisons, souvent en tandem avec divers types d'éruptions cutanées. Ces symptômes peuvent aider à soulager les antihistaminiques.
  5. Détérioration ou manque total d'appétit sur fond de sensation persistante de nausée et d'amertume dans la bouche. Un régime amaigrissant aide à minimiser ces symptômes.
  6. Perte de poids.
  7. Calvitie due à une chute de cheveux active.

Tous les effets secondaires ci-dessus sont réversibles..

Les conséquences de la thérapie antivirale chez la femme enceinte ne sont pas incluses dans les statistiques. La grossesse est une contre-indication directe à l'utilisation des médicaments de ce groupe. Et si la conception a eu lieu au cours d'un cours thérapeutique, les médecins insistent sur un avortement médicamenteux, car il existe un risque de pathologies intra-utérines chez le fœtus.

Mais s'il est enregistré avec l'hépatite C, les conséquences peuvent ne pas être aussi graves que celles décrites dans divers forums. L'utilisation de médicaments antiviraux modernes permet de guérir dans presque 100% des cas. Cependant, des mesures préventives strictes doivent être suivies. Il existe de nombreux cas où, lorsque le VHC a été détecté chez un partenaire, le conjoint était en parfaite santé.

Le respect des recommandations du médecin atténuera les conséquences du traitement de l'hépatite C, et l'absence de charge virale dans l'année suivant la fin du traitement sert d'indication pour supprimer le diagnostic.

Il ne faut pas oublier qu'un diagnostic rapide aide à se rétablir complètement. Si vous ne commencez pas la maladie, cela n'affectera pas la santé humaine..

QUE PEUT CAUSER L'HÉPATITE C?

À quoi peut conduire l'hépatite C, les conséquences de l'hépatite C?

L'hépatite C peut-elle disparaître d'elle-même sans traitement??

La probabilité de contracter l'hépatite C sous forme aiguë et de guérir est, selon diverses sources, jusqu'à 10-30%. L'hépatite C aiguë n'est pratiquement pas diagnostiquée et dans la plupart des cas devient chronique.
L'hépatite C chronique ne disparaît pas d'elle-même et nécessite un traitement.

Est-il possible de laisser l'hépatite C sans traitement et de ne pas aller chez le médecin?

En règle générale, l'infection entraînera le développement d'une hépatite chronique C. Dans la plupart des cas, l'évolution de l'hépatite C chronique est bénigne: sous la forme d'un porteur sans symptômes ou d'une hépatite légère. Cependant, dans ce cas, la personne a besoin d'une surveillance médicale..

Cela est nécessaire car le risque d'activation de la maladie (et le développement de résultats dangereux) persiste tout ce temps. Si l'hépatite C chronique entraîne des modifications importantes des tests de la fonction hépatique, ces patients ont besoin d'un traitement antiviral, car ils présentent un risque élevé de développer une cirrhose hépatique..

Qui est le plus difficile à tolérer l'hépatite C?

Les abuseurs d'alcool. Ils développent une cirrhose dans les 5-8 ans..
Les personnes âgées et les enfants sont également plus gravement malades. De plus, ils sont souvent contre-indiqués en traitement antiviral complet..
Les personnes âgées semblent plus susceptibles de développer une hépatite C chronique et ses effets indésirables (cirrhose) que les personnes plus jeunes..

Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse pendant la grossesse??

Les femmes infectées mènent généralement une grossesse normalement. La plupart des bébés naissent en bonne santé, bien qu'il existe un risque de transmission verticale de l'hépatite C par la mère.

L'évolution de l'hépatite C

L'hépatite C peut être aiguë ou chronique.
L'hépatite C aiguë est diagnostiquée très rarement et plus souvent par accident. Il existe trois scénarios - variantes d'événements survenant après une hépatite C aiguë:

  • rétablissement en 6 à 12 mois avec disparition des marqueurs de l'hépatite C. C'est environ 20% des personnes exposées à l'infection.
  • la transition de l'infection vers le soi-disant porteur du virus de l'hépatite C, lorsque les symptômes et les signes biologiques de maladie du foie disparaissent et que les tests montrent la présence du virus dans le sang (persistance). De tels cas (jusqu'à 20%) peuvent être détectés pour la première fois lors de l'examen «non spécial», «aléatoire».
    L'incidence des effets indésirables dans cette variante de l'évolution de l'hépatite C n'a pas été entièrement établie. Même en l'absence de preuves de laboratoire de lésions hépatiques, l'hépatite C peut progresser.
  • le développement d'une hépatite chronique avec toute manifestation clinique et biologique de lésions hépatiques. Cela représente jusqu'à 60 à 70% de toutes les personnes qui ont eu une hépatite aiguë.

Le passage de l'hépatite C aiguë à l'hépatite C chronique se produit progressivement et ne dépend pas du degré de manifestation de la phase aiguë. Au cours de plusieurs années, les dommages aux cellules hépatiques augmentent et la fibrose se développe. Dans ce cas, la fonction hépatique peut être préservée pendant longtemps..

La maladie progresse lentement, par conséquent, l'humanité sera confrontée au problème des effets indésirables de l'hépatite C dans une ou plusieurs décennies, lorsque l'expérience d'observation de nombreuses personnes malades à l'heure actuelle sera analysée..

Durée de l'infection à l'hépatite C

La guérison de l'hépatite C aiguë peut survenir en un an.
L'hépatite C chronique peut durer des décennies.

Résultats de l'hépatite C chronique

Chez les patients atteints d'hépatite active, c'est-à-dire avec une activité constamment accrue des transaminases, le risque de transformation en cirrhose dans les 20 ans atteint 20%. 5% des patients atteints de cirrhose peuvent développer un cancer primitif du foie.
La probabilité de développer un cancer du foie est plus élevée avec l'évolution simultanée de deux infections - l'hépatite B et l'hépatite C. La consommation d'alcool à long terme est également associée à un risque plus élevé de développer un cancer du foie..

Les statistiques générales des issues de l'hépatite C sont les suivantes. Pour 100 personnes infectées par le virus de l'hépatite C,

  • 55 à 85 personnes auront une infection chronique (hépatite chronique ou portage sans symptômes)
  • 70 personnes auront une maladie hépatique chronique
  • 5 à 20 personnes développeront une cirrhose du foie dans les 20 à 30 ans
  • 1 à 5 personnes mourront des conséquences de l'hépatite C chronique (cirrhose ou cancer du foie)

Pour prévenir ces conséquences de l'hépatite C chronique, vous devez suivre un traitement.

Autres conséquences de l'hépatite C chronique

Il existe des manifestations dites extrahépatiques de l'hépatite C chronique, probablement causées par des processus auto-immuns. Au cours de l'hépatite, les cellules du système immunitaire «s'habituent» à lutter contre les tissus de leur propre corps. Les manifestations extrahépatiques de l'hépatite C comprennent la glomérulonéphrite (lésion des tubules rénaux), la cryoglobulinémie mixte, la porphyrie cutanée tardive et certaines autres maladies. Ils peuvent suivre un cours assez lourd.

L'hépatite C peut-elle entraîner la mort??

Il existe un risque de mourir d'une cirrhose associée au VHC. Il s'agit le plus souvent de patients atteints d'hépatite C qui consomment de l'alcool.
Le taux de survie à dix ans des patients atteints de cirrhose hépatique est d'environ 50%. Cela signifie que la moitié des patients meurent dans les 10 ans..

Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse??

Sans traitement, l'hépatite C progresse, la condition s'aggrave et des complications se développent. Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse? Et comment éviter les complications de cette maladie?

Qu'est-ce que l'hépatite C

La maladie est causée par le virus de l'hépatite C (VHC, virus de l'hépatite C). Ce virus à ARN pénètre dans l'organisme principalement par le sang. Les dommages à la peau et aux muqueuses agissent comme une porte d'entrée pour le virus. Hépatite Avec ce qui est dangereux et comment se transmet-il? Voici les principaux moyens:

  • Effectuer des procédures médicales et des interventions chirurgicales.
  • Administration de drogues injectables.
  • Mesures cosmétiques - tatouages, piercings, manucure, pédicure à l'aide d'instruments contaminés.
  • Utilisation domestique de ciseaux, rasoirs, aiguilles et autres objets coupants.
  • Rapports sexuels, accompagnés de microtraumatismes des muqueuses des organes génitaux.
  • In utero, de la mère à l'enfant.
  • Pendant l'accouchement, lorsque l'enfant passe dans le canal génital saignant endommagé de la mère.

Une fois dans le corps, le virus de l'hépatite C pénètre dans les cellules des organes et des tissus. Le VHC a la plus grande affinité pour les cellules hépatiques, les hépatocytes. Dans les hépatocytes, la synthèse des protéines, du glycogène, des hormones, la formation de la bile, la neutralisation des toxines et d'autres fonctions du foie sont effectuées.

Une fois que la particule virale ou le virion du VHC entre dans la cellule, un seul brin de VHC est libéré. Puis sa copie multiple, la réplication commence. Des organites viraux sont formés autour de chacune des répliques filles formées - une capsule (capside) et une coque externe.

C'est ainsi que de nouveaux virions se forment, qui sortent et peuplent de nouvelles cellules. Les protéines NS5A NS5B jouent un rôle important dans tous ces processus. Ces protéines ne sont pas incluses dans la structure des virions, mais assurent leur reproduction. La réplication de l'ARN du virus et l'achèvement des virions s'accompagnent de la consommation de substances organiques. Le virus extrait ces substances de l'hépatocyte. En conséquence, le métabolisme (métabolisme) à l'intérieur de la cellule hépatique est perturbé, les toxines s'accumulent et meurent.

Les hépatocytes sont regroupés en lobules. Le tissu hépatique, le parenchyme, se compose de ces formations prismatiques hexagonales d'environ 2 mm. Les dommages à un grand nombre d'hépatocytes s'accompagnent d'une modification de la structure du parenchyme et d'une altération de la fonction hépatique.

Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse?

Le foie affecté ne peut pas faire son travail. Cela se reflète dans l'état de santé. Il y a des plaintes concernant:

  • faiblesse générale
  • nausées, vomissements associés à la prise alimentaire
  • ballonnements
  • flatulence
  • la diarrhée
  • une augmentation de la température corporelle à des nombres subfébriles
  • ictère, décoloration ictérique de la peau et de la sclérotique.

Le système immunitaire neutralise le VHC et tue un grand nombre de virions. Et les hépatocytes eux-mêmes sont capables de générer - de nouveaux sont formés au lieu de cellules mortes et endommagées. Avec une coïncidence réussie, le virus est complètement détruit, le parenchyme endommagé est renouvelé et la récupération se produit. Mais seulement 15% des cas d'hépatite C se terminent de cette façon.

Fondamentalement, malgré l'opposition de l'immunité, le virus parvient à s'implanter dans le tissu hépatique. Dans le même temps, le taux de mort des cellules hépatiques est faible. Pour cette raison, le tableau clinique de la période aiguë est effacé et la jaunisse est observée chez environ un tiers des patients. Dans le reste, la maladie évolue sous une forme antictérique et son apparition passe souvent inaperçue..

D'une part, c'est bien - il n'y a pas de début violent et avec une évolution anictérique asymptomatique, il n'y a presque pas de plaintes et l'état du patient est stable. D'autre part, la maladie dans la période aiguë n'est pas détectée, progresse et est reconnue même dans une évolution chronique compliquée.

Les complications du virus de l'hépatite C sont directement liées aux changements structurels du parenchyme. La présence ou la persistance constante du VHC dans le parenchyme déclenche un processus inflammatoire local. Dans le contexte d'une inflammation chronique du parenchyme, le métabolisme des graisses est perturbé, une stéatohépatose ou une dégénérescence graisseuse se développe.

Une partie des cellules hépatiques contenant le virus est détruite par le système immunitaire. Moins il y a d'hépatocytes, plus le volume du parenchyme est petit. En conséquence, le tissu conjonctif fibreux se développe à sa place..

À l'avenir, la fibrose progresse et se transforme en cirrhose. Presque tout le parenchyme dans la cirrhose perd sa structure lobulaire et est remplacé par du tissu conjonctif. Le foie ne peut plus fonctionner, une insuffisance hépatique se développe.

Il est à noter que des dizaines d'années s'écoulent entre le début de la maladie et le développement de la cirrhose. Dans ce cas, l'hépatite C met-elle la vie en danger? Malheureusement oui. L'insuffisance hépatique s'accompagne d'une encéphalopathie toxique, lorsque des composés toxiques non rendus inoffensifs par le foie empoisonnent le cerveau. Avec l'encéphalopathie, les patients tombent souvent dans le coma, d'où, malgré le traitement, ils ne quittent pas.

En raison de la redistribution du flux sanguin veineux dans la cirrhose, les veines du plexus hémorroïdaire du tiers inférieur de l'œsophage augmentent. Le foie affecté synthétise les facteurs de coagulation sanguine en quantités insuffisantes. Ceci est lourd de saignements. Le saignement des varices de l'œsophage est une cause fréquente de décès dans l'hépatite C avec cirrhose. Il y a un autre danger. Les cellules atypiquement modifiées dans le tissu cirrhotique donnent parfois lieu à un carcinome hépatocellulaire, un cancer du foie.

L'hépatite C n'est pas seulement le foie. Le virus, entrant en confrontation avec les cellules immunitaires, modifie leurs propriétés. Des réactions auto-immunes se développent lorsque des anticorps libérés en réponse à des antigènes viraux endommagent leurs propres tissus. Au cours de réactions auto-immunes dans l'hépatite C, la peau, les articulations, le cerveau, le myocarde, la rate et les reins sont endommagés.

La persistance prolongée du VHC dans le plasma sanguin entraîne une cryoglobulinémie, la formation de protéines plasmatiques anormales de cryoglobulines. Ces protéines précipitent, obstruent la lumière vasculaire et perturbent la circulation sanguine dans les organes internes..

La cryoglobulinémie provoque une insuffisance rénale, aggrave l'insuffisance hépatique dans l'hépatite C.Dommages viraux directs, intoxication, réactions auto-immunes, cryoglobulinémie - tous ces facteurs négatifs contribuent au développement de tumeurs malignes non seulement dans le foie, mais également dans d'autres organes.

L'hépatite C est-elle dangereuse pour les autres?

Un patient infecté est a priori épidémiologiquement dangereux. Il constitue une menace potentielle pour les autres en termes de propagation de l'infection. Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse pour les autres? Le virus étant transmis uniquement par le sang, le danger épidémiologique n'est pas le patient lui-même, mais les objets contaminés par son sang.

Mais si vous suivez toutes les règles de protection, même en étant à l'hôpital au stade aigu, un patient atteint d'hépatite C n'est pas dangereux. Après tout, le VHC ne se transmet pas avec la salive, puis. Par conséquent, vous ne pouvez pas être infecté en toussant, en éternuant ou en serrant la main. Le virus n'est pas transmis par la nourriture, l'eau. La vaisselle et les ustensiles utilisés par le patient ne sont pas non plus dangereux. Pour cette raison, l'infection est impossible dans les établissements de restauration - cafés, cantines, restaurants.

Bien que le VHC soit transmis par le sang, aucun cas de transmission du VHC par des insectes suceurs de sang n'a encore été signalé. Il existe un risque de transmission sexuelle. Mais cela peut être facilement évité si les rapports sexuels sont protégés..

Ce qui est plus dangereux - hépatite C ou B

Le virus de l'hépatite B contenant de l'ADN, le VHB, le virus de l'hépatite B, est transmis par voie sanguine ou transplacentaire. Il est impossible d'être infecté dans la vie de tous les jours par la nourriture, l'eau et les objets courants, s'ils ne sont pas contaminés par du sang. Le virus se multiplie à l'intérieur des hépatocytes, ce qui entraîne des changements structurels et des troubles fonctionnels dans le foie.

En cela, le VHB est similaire au VHC. Un grand nombre de cas de co-infection sont causés par des méthodes d'infection similaires et le mécanisme de développement des maladies, lorsque les deux virus sont présents dans le corps du patient et que l'hépatite B s'accompagne d'une hépatite C.

Mais malgré les similitudes, les deux maladies présentent des différences. Ainsi, le stade aigu de l'hépatite se déroule avec une faiblesse sévère, des troubles digestifs, une jaunisse, une coloration foncée des urines et une décoloration des matières fécales. Une telle symptomatologie violente vous permet de suspecter une hépatite à temps et de commencer le traitement..

Les interférons synthétiques et la ribavirine jouent un rôle important dans le traitement. Ces médicaments stimulent le système immunitaire et contribuent indirectement à la destruction du virus. Bien qu'avec une immunité initialement forte, une guérison spontanée de l'hépatite B se produit également.

Avec une immunité faible, un traitement inopportun, l'hépatite B devient chronique, suivie de la fibrose et de la cirrhose. Mais la probabilité de chronicité de l'hépatite B est bien inférieure à celle de l'hépatite C, seulement 10 à 30%. Par conséquent, à la question de savoir laquelle est la plus dangereuse, l'hépatite B ou C, on pourrait répondre: l'hépatite B. Mais parmi les personnes infectées par le VHB, il existe également un nombre considérable de porteurs de virus asymptomatiques. Selon des recherches d'experts, il y a environ 5% de la population mondiale.

De plus, l'hépatite B prend parfois une évolution fulminante ou fulminante, lorsque l'agression virale sur une période relativement courte conduit à une insuffisance hépatique et à la mort. L'hépatite C fulminante est extrêmement rare.

Ce qui est plus dangereux - l'hépatite C ou le VIH?

Une co-infection par le VHC et le VIH a souvent été signalée chez des individus après des transfusions sanguines et des greffes d'organes internes. Après la découverte du VHC en 1989, tout le matériel du donneur est testé non seulement pour le VIH, mais également pour l'hépatite C. Par conséquent, la combinaison de ces maladies après le traitement n'est plus trouvée. Mais l'infection par le VIH et l'hépatite C est répandue parmi les toxicomanes.

L'hépatite C a peu d'effet sur l'évolution de l'infection par le VIH. Même en l'absence de VHC, le VIH est difficile. Si la cible principale du VHC est les hépatocytes, alors le représentant de la famille des rétrovirus du VIH a choisi les T-helpers. Ce type de lymphocyte est l'un des éléments du système immunitaire. La défaite de ces cellules rend le corps sans défense contre une infection pathogène. En conséquence, la phase finale de l'infection par le VIH, le SIDA, se déroule avec une pneumonie atypique, une croissance tumorale maligne et entraîne la mort.

Le VIH aggrave l'évolution de l'hépatite C. La défaite des T-helpers, la suppression du système immunitaire réduit la probabilité de guérison spontanée à zéro. Le VHC, non inhibé par l'immunité, se multiplie rapidement. La fibrose progresse rapidement dans le foie et la cirrhose se développe après une courte période. De plus, le risque de carcinome hépatocellulaire augmente avec la confection du VIH et du VHC..

Par conséquent, la réponse à la question de savoir ce qui est le plus dangereux, l'hépatite C ou le VIH, est évidente. Bien sûr, le VIH. Pour traiter cette maladie, un groupe de médicaments a été créé. Ces médicaments inhibent les principales phases de la reproduction du VIH. Ils ont été inclus dans le schéma HAART, une thérapie antirétrovirale hautement active..

Avec le bon traitement, le développement du SIDA peut être reporté de plusieurs décennies. Mais même le HAART ne peut pas débarrasser complètement le patient du VIH. Il n’existe pas encore de médicaments de ce type capables de faire face au VIH. Mais des médicaments ont été créés pour détruire complètement le VHC.

Comment traiter l'hépatite C

L'hépatite C ne peut être traitée et guérie qu'avec des antiviraux directs (AAD). Ce sont des pilules. Ils contiennent du sofosbuvir comme substances actives en association avec le Daklatasvir, le Velpatasvir, le Ledipasvir. Ces agents inhibent les protéines virales non structurales NS5A NS5B et inhibent la reproduction intracellulaire du VHC¸

Les AAD sont produits par des sociétés indiennes sous forme de génériques, des copies des médicaments américains originaux. Ces fonds agissent sur tous les génotypes et sont capables de détruire le virus même avec une évolution compliquée de l'hépatite C. La guérison se produit dans 95% des cas ou plus..

Voulez-vous récupérer et oublier l'hépatite C pour toujours? Contactez GepatitaNet et nous vous aiderons.

Pourquoi l'hépatite C est dangereuse: complications de la maladie

Une fois le diagnostic d'hépatite C posé, il est important que le patient apprenne non seulement tout sur la maladie, mais également les conséquences qu'elle peut entraîner. Le virus du VHC a un effet dévastateur sur le foie, car il ne peut être traité sans laisser de trace, ce qui change complètement la vie d'une personne. La gravité des complications dépend de l'état d'immunité, de l'âge et de la présence d'autres pathologies. Dans environ 10 à 15%, une auto-guérison complète est observée, tandis que dans 20%, la phase aiguë se transforme presque immédiatement en une phase chronique et se transforme doucement en cirrhose.

Brève description de la maladie

L'hépatite C est une maladie infectieuse aiguë affectant principalement le foie ou d'autres organes vitaux. Son agent causal est le virus du VHC, qui est sujet à une mutation constante, il est donc impossible de créer un vaccin contre lui. Les principales voies de distribution sont:

  1. National. Vous pouvez être infecté par un être cher ou une connaissance, par ses articles d'hygiène personnelle ou en autorisant les siens à utiliser. Cela est particulièrement vrai pour les brosses à dents, les rasoirs, les ciseaux à ongles et les pinces à épiler..
  2. Sexuel. L'agent causal du virus se trouve dans presque tous les fluides biologiques humains. Par conséquent, des relations occasionnelles sans préservatif peuvent entraîner une infection..
  3. De mère en enfant. Le virus peut être transmis au fœtus par une femme pendant la gestation ou pendant l'accouchement.
  4. Transfusion. Le don de sang est toujours un facteur de risque, bien qu'il soit vérifié avant l'intervention.

Le plus souvent, la pathologie est diagnostiquée chez des personnes d'âge moyen. Pendant les six premiers mois, la maladie peut ne pas se manifester de quelque manière que ce soit, après quoi des symptômes tels que le jaunissement de la peau, une augmentation de la température corporelle, un changement de couleur de l'urine, une fatigue et une faiblesse constantes, des douleurs dans l'hypochondre droit, un éclaircissement des matières fécales, des douleurs articulaires, des nausées et une perte complète appétit. Lorsque les premiers signes apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin.

Complications possibles

Tous les patients ne comprennent pas parfaitement pourquoi l'hépatite C est dangereuse, car dans les premiers mois, il ne se donne pratiquement pas. Mais si vous ne prenez pas de mesures à temps pour le traitement complet de la pathologie, cela entraînera le développement d'une cirrhose primaire, des violations de l'écoulement de la bile, un dysfonctionnement d'autres organes (cœur, estomac).

La première complication est le passage à une forme chronique, si la maladie n'a pas été détectée à temps. Cette condition aggrave considérablement la qualité de la vie humaine, nécessite une surveillance constante et un traitement d'entretien. De plus, il peut y avoir d'autres conséquences de l'hépatite C. La maladie présente un danger par le développement des pathologies suivantes.

Hépatose graisseuse

L'une des complications les plus courantes de la maladie est la stéatose hépatique. Comme la pathologie elle-même, elle se déroule presque imperceptiblement pour le patient, ne provoque pas de déviations graves de l'état. Mais à mesure qu'il se développe, le processus affecte de plus en plus de cellules saines et des symptômes caractéristiques apparaissent..

Une personne note l'apparition de tels signes:

  • épisodes de nausée;
  • détérioration significative de l'état;
  • baisse de performance;
  • perte temporaire de coordination ou autres troubles neurologiques.

Avec une dégénérescence massive des cellules, il y a un jaunissement de la peau, une diminution de la vision et des éruptions cutanées caractéristiques sur la peau. La tomodensitométrie aidera à identifier la pathologie. Le traitement est effectué de manière globale, avec l'utilisation de médicaments, des changements de régime et de mode de vie.

Cirrhose du foie

Lorsqu'on pose une question à un médecin pour savoir si l'hépatite C est dangereuse, la réponse est presque toujours effrayante. En effet, avec la chronicité du processus, le risque de développer une cirrhose est élevé. Il s'agit de modifications irréversibles des cellules de l'organe, dans lesquelles le tissu sain est remplacé par du tissu fibreux, ce qui entraîne de nombreux dysfonctionnements et une détérioration significative de la qualité de vie..

Cette complication de l'hépatite C se manifeste par les signes suivants:

  • Perte de poids rapide en peu de temps.
  • Augmentation du volume abdominal.
  • Jaunissement de la peau.
  • Augmentation de la taille du foie.
  • Nausées et perte d'appétit.
  • Température corporelle supérieure à 37,5.
  • Éruption cutanée ou démangeaisons.
  • Se sentir dépassé et faible.

Les complications de l'hépatite C sont diagnostiquées simultanément à l'identification de l'agent pathogène. Le traitement prescrit est ajusté en tenant compte de la gravité des symptômes, du génotype spécifique du virus et de l'état de santé général du patient.

Insuffisance hépatique

Surcharger un organe, des dommages massifs aux tissus sains entraînent la perte de la capacité du foie à effectuer les tâches qui lui sont assignées. Cela se développe progressivement en échec, qui devient souvent la cause de la mort si les mesures ne sont pas prises à temps. Cette condition est considérée comme l'une des conséquences les plus dangereuses de l'hépatite C. À chaque stade, le patient présente différents symptômes:

  1. Première étape. Il n'y a aucun signe, ou ils sont trop insignifiants et sont radiés par le patient pour un malaise général. Mais le corps est déjà plus difficile à tolérer l'alcool ou les effets toxiques.
  2. Deuxième étape. Le patient remarque déjà une faiblesse sévère, une augmentation du volume de l'abdomen, un jaunissement de la peau.
  3. Troisième étape. Des troubles métaboliques graves sont visibles, des phénomènes dystrophiques dans le foie sont prononcés.
  4. Cachexie. L'étape la plus dangereuse est celle où le corps est déjà épuisé et que le foie ne fonctionne presque plus. Cela se termine généralement par un coma, dont le patient ne sort pas..

Il est important de savoir! Cette conséquence peut être évitée en référant à un médecin, en effectuant des diagnostics et un traitement complexe de l'hépatite virale. Dans les cas particulièrement avancés, la médecine moderne ne fait qu'atténuer la maladie et prolonge légèrement la vie..

Carcinome

Chez 3 à 5% des patients atteints d'hépatite C, en plus de l'agent causal du virus, l'apparition d'un cancer est diagnostiquée. L'hépatocarcinome se développe après la progression de la cirrhose. Dès qu'il y a trop de tissu affecté, l'organe, essayant de se régénérer, forme de nombreuses nouvelles cellules, qui sont à l'origine du développement de la tumeur.

Les principales manifestations de la maladie sont:

  • Troubles sévères du système digestif.
  • Augmentation de la fatigue et sensation de dépassement.
  • Jaunissement de la peau et des yeux.
  • Une sensation de lourdeur dans l'hypocondre droit.
  • Somnolence.

Un diagnostic précis à un stade précoce peut améliorer considérablement la qualité de vie du patient et la prolonger de plusieurs années. La thérapie complexe, qui utilise des médicaments antiviraux modernes de la nouvelle génération, tels que le sofosbuvir, le daklatasvir (ou des génériques indiens plus abordables), ajoute des médicaments pour renforcer l'immunité humaine et soutenir le foie. Il est également important que le patient suive un régime alimentaire strict et des changements de mode de vie. Les conséquences du traitement contre l'hépatite C dépendent directement de l'âge du patient, de son état de santé général et de la présence de maladies concomitantes.

Danger pour les femmes enceintes et les enfants

Les conséquences de l'hépatite C chez les femmes pendant la période de procréation peuvent être les plus imprévisibles. Il existe toujours un risque d'infection intra-utérine, d'hypoxie fœtale et d'avortement spontané. L'infection affaiblit gravement le corps de la femme et le foie ne peut pas remplir pleinement sa fonction. Cela affecte invariablement l'état de la mère et du fœtus..

Par conséquent, pendant la période de planification de la grossesse, il est recommandé à un homme et à une femme de subir un test de dépistage de l'hépatite C et du VIH, afin de subir un examen complet. L'infection est souvent inactive, mais cela ne signifie pas qu'elle n'a pas besoin d'être traitée.

Attention! La maladie affecte négativement la grossesse, par conséquent, une surveillance régulière de la charge virale est nécessaire.

Risques pour les êtres chers

Chaque patient doit savoir à quel point l'hépatite C est dangereuse pour les autres afin de prévenir la propagation de l'infection. L'agent causal du virus se trouve dans presque tous les fluides biologiques, il est donc dangereux pour une personne en bonne santé de les contacter. L'infection dans la vie de tous les jours est extrêmement rare, mais elle survient lors de l'utilisation de certains produits d'hygiène personnelle ou de la présence de sang sur des plaies ouvertes. Les poignées de main, les câlins, les baisers et le fait de vivre sous le même toit ne représentent pas un danger pour les autres, mais vous ne pouvez pas oublier les mesures préventives même à la maison..

Actions préventives

Vous pouvez prévenir le développement de l'hépatite virale en suivant un certain nombre de règles simples. Cela est particulièrement vrai pour les personnes à risque. Il s'agit notamment du personnel médical, des personnes qui s'injectent des drogues, des donneurs (sang, organes). Les principales mesures préventives à observer sont:

  • Présence obligatoire d'un préservatif lors des rapports sexuels avec un partenaire peu connu.
  • Nelya donne ses effets personnels à l'usage et ne prend pas ceux de quelqu'un d'autre (brosses à dents, rasoirs, ciseaux à ongles).
  • Ne placer que des cliniques de cosmétologie spécialisées, utiliser les services de maîtres de confiance, surveiller la qualité du traitement des outils de travail.
  • N'utilisez pas de seringues jetables après une autre personne, arrêtez de prendre des drogues injectables.
  • Utilisez des gants en latex lorsque vous entrez en contact avec le sang d'une personne infectée.

Le virus de l'hépatite C est hautement mutagène, il est donc impossible de créer un vaccin contre lui. Mais de simples mesures préventives vous aideront à vous protéger et à protéger vos proches contre l'infection. Si le contact avec du sang infecté ne peut être évité, des mesures d'urgence doivent être prises. Ils comprennent la livraison urgente de tests de PCR, ainsi que la prise d'interféron alpha et de ribavérine pendant un mois. Le schéma thérapeutique avec des médicaments antiviraux et la posologie sont déterminés par le médecin.


L'hépatite C est une maladie grave qui n'entraîne pas toujours un rétablissement complet. Dans la plupart des cas, la maladie est très compliquée et déborde de pathologies plus graves. Si le combat n'est pas commencé à temps, l'espérance de vie du patient ne dépassera pas 15-20 ans.

Pourquoi l'hépatite C fait-elle peur à une personne malade et à d'autres?

L'hépatite virale C est dangereuse pour son évolution asymptomatique. La pathologie est difficile à diagnostiquer à un stade précoce, ce qui entraîne de graves complications. Sous l'influence de l'infection, les cellules hépatiques se désintègrent, le processus devient chronique. La thérapie n'aide pas toujours à faire face à la maladie, surtout si l'hépatite se trouve à un stade avancé. S'il est diagnostiqué tôt, les chances d'un pronostic positif sont élevées..

La propagation du virus

150 millions - Ce chiffre indique le nombre de personnes dans le monde qui, en 2016, avaient reçu un diagnostic du virus de l'hépatite C (VHC). Chaque année, 600 000 personnes meurent des complications de la maladie. Des taux élevés indiquent la gravité et le caractère de masse de cette pathologie. Et si nous prenons en compte les porteurs du virus qui ne le savent pas, les chiffres seront encore plus élevés..

L'hépatite C est une pathologie hépatique dangereuse causée par une infection virale. L'agent causal de la maladie est le virus du VHC, qui contient de l'acide ribonucléique (ARN). Il existe 6 types différents de virus (génotypes) avec leur propre sous-espèce (environ 30).

L'infection par le VHC est caractérisée par une mutation permanente qui empêche le corps de produire des anticorps protecteurs efficaces. Les cellules pathologiques se multiplient rapidement, capturent les hépatocytes et les détruisent. L'hépatite devient chronique.

Il est difficile de trouver une thérapie pour traiter avec succès une maladie. Encore plus dangereux que l'hépatite C, de sorte qu'il n'y a pas de vaccin universel pour détruire le virus. De plus, ceux qui ont surmonté la maladie peuvent contracter à nouveau le virus. Le corps n'acquiert pas d'immunité contre le VHC.

Si l'hépatite n'est pas traitée, des complications graves se développent. La forme avancée de la maladie devient la cause du décès du patient en raison d'une cirrhose ou d'un cancer du foie.

Symptômes d'infection

Le virus HCV, lorsqu'il pénètre dans le corps humain, dirige son action sur les hépatocytes (cellules hépatiques). Il détruit leur structure, les changements, ce qui devient la cause de la mutation. Le corps commence à produire des anticorps contre les cellules mutées. Cette phase de l'hépatite est appelée aiguë. Un grand nombre de transaminases sont libérées, qui sont des marqueurs spécifiques de l'hépatite.

Les anticorps ne sont pas capables de lutter seuls contre l'inflammation, le système immunitaire n'est pas suffisamment préparé pour une telle attaque. De plus, le traitement à ce stade est rarement effectué en raison du manque de plaintes caractéristiques et d'un diagnostic rapide. Par conséquent, l'hépatite devient chronique..

La pathologie progresse, tandis que la personne infectée ne présente pas de changements visibles ni de symptômes désagréables particuliers. Le tissu hépatique meurt progressivement, l'infection se propage à d'autres zones, cédant à leur nécrose. La période d'incubation asymptomatique dure de 1 mois à 6 mois après l'apparition du virus dans le sang. Dans ce cas, le porteur du virus, ignorant sa maladie, peut infecter d'autres personnes.

À un stade ultérieur de la pathologie, lorsque le processus devient chronique, les symptômes suivants de l'hépatite C peuvent apparaître chez les femmes et les hommes (15 à 20% du total):

  • affaiblissement général du corps, malaise;
  • incapacité à travailler activement;
  • diminution de la coagulation sanguine (les plaies mettent plus de temps à guérir, les écoulements augmentent pendant la menstruation chez les femmes);
  • troubles digestifs (diarrhée, constipation, vomissements);
  • sensations douloureuses sous la côte droite;
  • perte d'appétit;
  • perte de poids brutale;
  • éclaircissement des selles, assombrissement de l'urine;
  • état fébrile, température corporelle constamment élevée;
  • douleur articulaire.

Certains patients infectés par le virus vont chez le médecin en cas de suspicion de SRAS ou de grippe. Après des tests spéciaux, il est possible de faire le bon diagnostic.

Les conséquences de la pathologie

Les symptômes de l'hépatite apparaissent souvent déjà au stade de la maladie lorsqu'elle devient chronique. Les diagnostics montrent de graves changements dans le foie dus à l'agent causal de l'infection. Le traitement ne fonctionne pas toujours. Si vous n'effectuez pas de thérapie complexe, les chances de développer des conséquences désagréables augmentent..

Complications de l'hépatite C:

  • hépatose;
  • cirrhose du foie;
  • insuffisance hépatique;
  • carcinome.

Sans traitement de l'hépatite C chronique, les chances de développer une cirrhose sont de 20% sur 15 ans. Environ 5% des patients infectés sans traitement approprié développent une complication du cancer du foie.

La dynamique de la maladie dépend du génotype du virus HCV. Les formes 1b et 3a se développent particulièrement rapidement..

Au premier stade des complications de la pathologie, la nécrose (mort) du tissu hépatique se produit en raison de processus inflammatoires. La structure de l'organe change, sa fonctionnalité diminue. Différents types d'hépatose se développent. Avec la stéatose (hépatose graisseuse), le tissu fonctionnel est remplacé par du tissu adipeux. La fibrose se caractérise par la prolifération de tissu épithélial à la place des cellules hépatiques mortes.

La progression de l'infection par le VHC dans une évolution chronique sans traitement entraîne des complications plus graves. La fibrose se transforme en cirrhose du foie. Cette pathologie ne se prête plus au traitement. Après tout, des changements irréversibles se sont produits dans toute la structure de la glande.

  1. La prolifération du tissu conjonctif et adipeux au site du parenchyme (principales fibres fonctionnelles) du foie.
  2. Déformation des artères hépatiques, ainsi que des veines gastriques. Sous l'influence d'une glande hypertrophiée, ils changent de structure, de taille.
  3. Violation de l'approvisionnement en sang en raison d'un rétrécissement de la lumière des artères, thrombose.
  4. Ascite. En raison d'échecs métaboliques et de problèmes de circulation sanguine, du liquide s'accumule dans la cavité abdominale.

La cirrhose provoque des saignements internes, une intoxication du corps, une encéphalopathie hépatique. Ces changements sont dangereux pour la vie humaine..

Les complications particulièrement graves sont les formations malignes causées par l'hépatite C chronique sans traitement. À ce stade, un carcinome hépatocellulaire (chez 5% des patients) et un lymphome cellulaire (chez 1% des patients) se développent.

Le cancer du foie se développe très rapidement et propage des métastases à d'autres organes proches du foie (poumons, estomac). Il est possible de guérir la pathologie oncologique avec des méthodes thérapeutiques opportunes. Les médecins utilisent la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie. Dans les cas avancés, une transplantation d'organe est nécessaire.

Les complications du développement du virus du VHC peuvent constituer des violations du travail d'autres systèmes corporels:

  • diminution de la fonction rénale (glomérulonévrite);
  • inflammation vasculaire (vascularite);
  • pathologie du système digestif;
  • maladies endocriniennes.

Les conséquences de l'hépatite C chez les hommes et les femmes sous la forme de stades pathologiques graves avec une issue fatale ne se développent pas si le traitement est commencé à temps. Il est important de respecter le déroulement du traitement et les recommandations de style de vie du médecin pour assurer un pronostic positif.

Pourquoi l'hépatite C est-elle dangereuse pour les autres?

Beaucoup sont intéressés par la question: est-il possible d'être près d'une personne infectée et de ne pas tomber malade? Il est important de savoir dans quels cas il existe un risque pour une personne en bonne santé de contracter une infection.

Modes de transmission de l'hépatite virale C:

  1. Utilisation d'instruments non stériles. De cette façon, vous pouvez être infecté dans les salons de beauté, les cabinets dentaires, les cliniques si les règles d'utilisation et de traitement des instruments ne sont pas respectées.
  2. Contact sexuel avec un partenaire infecté. Il y a de meilleures chances de transmettre le virus si aucun équipement de protection n'est utilisé.
  3. Lors d'une transfusion sanguine. Il y a des situations où le sang d'un donneur est requis de toute urgence et il n'y a aucun moyen de le vérifier pour les infections virales.
  4. Seringues d'injection. Plusieurs personnes utilisant la même seringue augmentent le risque d'infection..
  5. Pendant l'accouchement. Si la mère est infectée par le virus de l'hépatite, il y a 5 à 10% de chances que le bébé soit infecté pendant la naissance.
  6. Utilisation des objets personnels d'une personne infectée. Il y a des traces de sang sur le rasoir, les ciseaux de manucure et la brosse à dents. Ainsi, l'infection pénètre dans le corps d'une personne en bonne santé..

La question de savoir si l'hépatite est dangereuse pour les membres de la famille d'un porteur du virus dépend de l'hygiène. L'infection est possible si vous utilisez les effets personnels du patient. Ce virus n'est pas transmis par l'air et par contact cutané..

Mesures diagnostiques et thérapeutiques

Le traitement de la maladie est basé sur les résultats des tests diagnostiques. Pour éviter que les conséquences de l'hépatite C n'entraînent la mort, un diagnostic doit être effectué le plus tôt possible. Les médecins rencontrent des difficultés dans ce domaine. Les symptômes ne sont pas spéciaux, ils sont similaires à de nombreuses autres pathologies. Pour cela, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic différentiel..

La première étape consiste à vérifier le taux sanguin de marqueurs spéciaux indiquant la présence du virus du VHC. Ce sont des anticorps produits par l'organisme pour résister aux antigènes de l'hépatite C. Ils ont une composition protéique spéciale qui est différente des autres anticorps. Des marqueurs apparaissent dans le sang un mois et demi après l'entrée de l'infection dans le corps.

L'analyse ne donne pas toujours un résultat à 100%, de plus, les anticorps n'indiquent que la présence d'un virus. Quel type d'hépatite - aiguë ou chronique, ainsi que son stade, une telle analyse ne peut pas déterminer.

Un test plus sensible est la méthode de réaction en chaîne par polymérase, qui peut détecter le virus à ARN dans le corps. Il détermine également le nombre d'organismes pathologiques, ce qu'il est important de connaître pour un traitement efficace. L'établissement du génotype du virus vous permet de choisir la bonne thérapie.

En plus des tests de laboratoire, les médecins utilisent des diagnostics instrumentaux. En particulier, l'échographie (examen échographique) de l'abdomen est largement utilisée. La procédure montre l'état du foie, sa taille, sa structure, les écarts dans un sens ou dans l'autre. L'échographie montre les changements survenant dans l'organe, les artères sanguines, des symptômes de cirrhose peuvent également être observés.

Pour clarifier le diagnostic et déterminer à quel point l'hépatite est dangereuse pour le patient, à quel stade elle se trouve, une biopsie hépatique est effectuée. Pour ce faire, à l'aide d'une ponction, une partie microscopique de la glande est prélevée, une étude est réalisée dans un laboratoire spécial. Les résultats de la procédure permettent au médecin de prescrire un traitement qui correspond au degré de développement de la pathologie, sûr et efficace..

Plus le traitement est commencé tôt, plus le pronostic sera optimiste. Pour lutter avec succès contre l'hépatite, vous devez être sous la surveillance d'un médecin.

Le choix des médicaments est fait individuellement pour chaque patient. Le médecin prend en compte les particularités de l'évolution de la maladie, le génotype du VHC. Il est également important de choisir la posologie en fonction du poids du patient..

Composantes de la thérapie complexe:

  • agents antiviraux (Ribavirin, Daklatasvir, Arviron);
  • les interférons (Pegasys);
  • médicaments pour normaliser le foie;
  • médicaments immunostimulants;
  • complexes de vitamines;
  • aliments diététiques spéciaux;
  • activité physique minimale;
  • atmosphère calme, longue période de repos.

Si les méthodes de traitement n'améliorent pas l'état du patient, la situation s'aggrave, une décision est prise sur une transplantation hépatique. La transplantation est une opération coûteuse et tout le monde ne peut pas se le permettre. Mais même après une greffe réussie, il est nécessaire de poursuivre le traitement..

L'utilisation à long terme d'interféron au cours du traitement peut entraîner des effets secondaires chez les patients:

  • allergies (démangeaisons, éruptions cutanées);
  • somnolence, troubles dépressifs;
  • incapacité à se concentrer pendant une longue période;
  • fièvre, maux de tête;
  • ongles cassants, perte de cheveux.

Si elle n'est pas traitée, la maladie progresse, l'hépatite C entraîne de graves complications qui réduisent la qualité de vie et entraînent la mort..

Prévision et prévention

Le danger de la maladie réside dans le fait qu'il est impossible de faire une quelconque prédiction concernant l'amélioration de la condition. Le résultat du traitement dépend de nombreux facteurs. L'efficacité du traitement est influencée par le taux de développement, les complications de l'hépatite, les caractéristiques individuelles du corps et le mode de vie du patient..

Selon les statistiques, 45 à 75% des patients qui ont suivi un traitement complet se sentent bien et vivent sans complications. Pour ce faire, vous devez suivre strictement les recommandations du médecin..

Pour assurer un pronostic favorable, en plus d'un traitement de soutien, il est nécessaire de suivre les principes d'un mode de vie correct:

  1. Normalisation du régime. Il est nécessaire d'exclure les aliments gras, frits et épicés.
  2. Rejet des mauvaises habitudes. Les toxines trouvées dans l'alcool, la nicotine, les drogues, augmentent la charge sur le foie, le détruisent.
  3. Améliorer l'état émotionnel. Il est nécessaire d'apprendre à résister au stress, à minimiser les expériences nerveuses. Ils affectent négativement le fonctionnement de l'organisme dans son ensemble, réduisent l'immunité, ralentissent les processus métaboliques.
  4. Examens réguliers par des spécialistes spécialisés. La prise de tests pour les tests de la fonction hépatique, les examens instrumentaux, l'examen médical aidera à détecter une exacerbation d'une forme chronique dans le temps, à démarrer le traitement et à éviter les complications de l'hépatite.

Le coût de la thérapie ne contribue pas à une guérison complète, il est assez élevé. Par conséquent, tous les patients ne peuvent pas se permettre de suivre un traitement complet avec des médicaments efficaces..

Si vous refusez les soins médicaux ou ignorez les recommandations du médecin concernant le mode de vie, les chances d'un pronostic favorable sont réduites. L'hépatite a des conséquences graves sans traitement, elles raccourcissent l'espérance de vie du patient.

Pour vous protéger contre l'infection par un virus pathologique, vous devez respecter les règles de prévention de l'hépatite C:

  • utiliser des instruments stériles lors de l'exécution des procédures dans les hôpitaux, les salons de beauté;
  • adhérez aux règles d'assainissement, n'utilisez pas d'articles d'hygiène personnelle d'autres personnes;
  • protégez-vous pendant les rapports sexuels.

Tout le monde est en danger. Selon les statistiques, la moitié des personnes infectées par l'hépatite C ignoraient l'existence du virus dans le corps jusqu'à ce que la maladie commence à progresser.

Cette forme de pathologie est dangereuse par l'absence de symptômes pendant la période d'incubation. Mais avec une détection, un diagnostic et un traitement appropriés en temps opportun, il est possible de guérir l'hépatite à un stade précoce. En cas de maladie grave, une greffe du foie peut être nécessaire.