Cholécystite aiguë

La cholécystite aiguë (code CIM 10 - K 81.0) est une maladie affectant la vésicule biliaire. La cholécystite aiguë se développe souvent en raison de la défaite des voies biliaires par des calculs. Dans certains cas, la maladie survient lorsqu'elle est exposée à des microbes et à E. coli. Si le traitement est effectué à temps, les complications ne surviendront pas. Une forme bénigne de cholécystite nécessite un traitement, sinon la maladie progressera: les symptômes s'intensifieront et deviendront chroniques à l'avenir.

Caractéristiques de la forme aiguë et complications

Ils surviennent dans la cholécystite chronique. Dans 20% des cas, gangrène, perforation, empyème de la vésicule biliaire se développent: ces troubles sont mortels. Si indiqué, l'ablation de la vésicule biliaire est nécessaire: c'est le seul moyen de sauver le patient. Après la chirurgie (cholécystectomie), le foie produit également de la bile, mais cette bile est envoyée vers le duodénum. Certaines personnes développent un syndrome postcholécystectomie, qui provoque des selles fréquentes.

Au fil du temps, le corps récupère. La diarrhée persistante est une complication rare de la cholécystectomie. Des complications se développent si l'infection ne disparaît pas. Ils peuvent apparaître en raison de l'accumulation de gaz dans les conduits de la bulle. Parfois, une cholécystite aiguë entraîne une perforation de la vésicule biliaire: une complication est une lésion de la cavité abdominale. Certaines personnes développent une fistule vésico-intestinale.

Compte tenu de toutes ces affections, il est nécessaire d'effectuer un traitement en temps opportun. Un traitement conservateur et chirurgical aide à normaliser l'écoulement de la bile et à surmonter les symptômes désagréables. Si l'inflammation de la vésicule biliaire se manifeste à plusieurs reprises par des attaques, on peut juger de la forme chronique de la maladie. Les femmes sont plus sujettes à la cholécystite: la maladie est détectée chez les jeunes et les personnes âgées. Les médecins pensent que la cholécystite chez la femme est associée à un déséquilibre hormonal.

La forme aiguë de la maladie est:

  • catarrhal;
  • destructeur.

La cholécystite destructrice est subdivisée en:

  • phlegmoneux;
  • flegmique et ulcéreuse;
  • gangreneux;
  • perforé.

En savoir plus sur la maladie dans l'article général sur la cholécystite.

Les causes

La cause de la cholécystite aiguë est un traumatisme de la vésicule biliaire: elle survient le plus souvent en raison de l'impact d'une pierre située dans les voies biliaires. Les causes de la pathologie comprennent également le blocage des voies biliaires, une infection microbienne. Le pancréas peut projeter des enzymes alimentaires dans la vésicule biliaire: dans le contexte d'un tel problème, le fonctionnement de l'organe est perturbé, entraînant une cholécystite. Les parois de la vésicule biliaire deviennent enflammées en raison du rétrécissement de la lumière. La bile stagne et s'épaissit: avec le temps, elle devient du sable et du sable - des pierres.

Pour les raisons de l'exacerbation de la cholécystite, regardez cette vidéo, qui montrera clairement ce qui se passe à l'intérieur des organes.

Symptômes cliniques

  1. Un signe important de la maladie est une douleur lancinante dans l'hypochondre; l'inconfort peut être donné au dos. Certaines personnes ressentent de la douleur sous l'omoplate droite, tandis que d'autres la douleur va du côté gauche du corps.
  2. Le symptôme s'intensifie lors de la prise d'alcool, lors de la consommation d'aliments épicés, salés et gras.
  3. Dans la cholécystite aiguë, des nausées sont observées.
  4. Des vomissements avec des fragments de bile peuvent apparaître.
  5. Quant à la température, elle monte à des valeurs subfébriles (jusqu'à 37,5 degrés).
  6. S'il n'y a pas de calculs dans le canal biliaire, la cholécystite aiguë dure plusieurs jours, puis la personne récupère.
  7. Si une infection bactérienne se joint, une cholécystite purulente se développe: une maladie avec une immunité affaiblie se transforme en gangrène.
  8. Dans des cas exceptionnels, les parois de la vessie traversent: avec une telle pathologie, une opération urgente est nécessaire, sinon elle sera fatale.

Comment la cholécystite aiguë est-elle détectée??

  • Le médecin demande à la personne si elle a rompu le régime alimentaire, a subi un stress sévère.
  • Toutes les plaintes sont clarifiées, la palpation des reins et du foie est effectuée.
  • Le médecin peut suspecter une inflammation aiguë de la vésicule biliaire: dans ce cas, une échographie, un test sanguin est nécessaire (avec une cholécystite aiguë, la bilirubine monte dans le sang, la vésicule biliaire devient volumineuse).
  • L'examen échographique révèle des calculs.
  • Dans la cholécystite aiguë, il y a une expansion des voies biliaires. Si la sonde à ultrasons agit sur la vésicule biliaire, l'organe grossit.
  • Pour déterminer l'état des organes abdominaux, vous devez prescrire un scanner.
  • Il est important de réaliser un diagnostic différentiel qui aidera à distinguer la cholécystite des maladies inflammatoires associées à d'autres systèmes. La cholécystite doit être distinguée de l'appendicite, de l'abcès hépatique.
  • La dernière étape du diagnostic différentiel est le diagnostic fonctionnel.

Comment traiter la maladie

Si le médecin n'a pas identifié de calculs dans les voies biliaires, la cholécystite est facilement tolérée, en règle générale, elle ne donne pas de complications. Le gastro-entérologue est engagé dans le traitement de la maladie. Tout d'abord, des méthodes conservatrices sont utilisées: si elles ne donnent pas de résultat, une opération est prescrite.

  • Les antibiotiques doivent être utilisés pour supprimer les bactéries. Le médecin prescrit des médicaments pour prévenir l'infection et l'infection de la bile. Les antispasmodiques aident à soulager la douleur, à rétrécir les voies biliaires.
  • En cas d'intoxication, un spécialiste prescrit des médicaments pour éliminer ce symptôme.
  • Si la maladie progresse, une cholécystite destructrice se développe: le médecin prescrit une opération cholécystectomie.
  • S'il y a plusieurs calculs dans la vésicule biliaire, l'organe doit être retiré (pour que les crises ne se reproduisent pas).
  • Les patients atteints de cholécystite aiguë doivent suivre un régime.
  • Dans les deux premiers jours après l'attaque, vous devez boire beaucoup de liquide. Vous pouvez boire du thé, de l'eau. Le médecin prescrit le régime 5a. Avec un tel régime, vous devez manger de la vapeur, des aliments cuits. Vous devez refuser les plats gras, épicés et épicés. Il est important de limiter les sucreries, d'exclure les aliments frits et fumés de l'alimentation..
  • Pour assurer la prévention de la constipation, vous devez manger des fruits et légumes cuits à la vapeur, crus - non recommandés, car ils irritent les parois intestinales et ont un effet néfaste sur la digestion. Les noix et les boissons alcoolisées sont interdites.

Thérapie à domicile et prévention

  • Vous pouvez soulager les symptômes de la cholécystite avec les médicaments suivants. Il est nécessaire de prendre un verre de racines de raifort et de mélanger avec 1,2 litre d'eau. L'outil est infusé pendant une journée, puis il est filtré et réchauffé. Vous devez prendre 2 cuillères à soupe. l. 20 minutes avant les repas. La durée du traitement est de 5 jours.
  • Vous devez prendre 500 ml de jus de betterave, mélanger avec la même quantité de jus d'aloès (de préférence une jeune plante), de jus de carotte et de radis noir. La même quantité de miel et de vodka est ajoutée aux ingrédients. Le médicament est agité, versé dans un flacon, bien fermé avec un couvercle. Conserver dans un endroit sombre pendant 2 semaines, prendre une demi-heure avant les repas.
  • La phytothérapie contient de la chélidoine, de la menthe poivrée, des racines de pissenlit, des fleurs de tanaisie, des rhizomes de potentille (une grande cuillerée du mélange dans un verre d'eau). Le médicament est perfusé pendant 30 minutes, filtré, pris une demi-heure avant les repas. Le cours d'admission est de 20 jours. La phytothérapie neutralise la douleur dans la cholécystite.

La prévention de la maladie est une bonne nutrition, le rejet des mauvaises habitudes et un mode de vie actif. Si une personne est hypodynamique, la bile stagnera dans le corps, ce qui entraînera des maladies. Vous devriez manger souvent, mais en petites portions! Après avoir retiré la vésicule biliaire, vous devez suivre le régime 5a: il comprend des plats cuits à la vapeur. Pour tout problème de foie, buvez beaucoup de liquide: vous pouvez boire 1 cuillère à soupe d'eau. 1 fois en 2 heures.

Douleur avec cholécystite comme premier symptôme de la maladie

La douleur dans la cholécystite est directement liée à la gravité de la maladie, à la gravité des symptômes et à la nature du processus inflammatoire. Avec l'inflammation de la vésicule biliaire, la bile s'accumule dans sa cavité et son écoulement est perturbé. Cette pathologie s'accompagne de sensations douloureuses de nature différente..

Quelle que soit l'intensité du syndrome douloureux, il est très important de ne pas commencer un traitement indépendant, mais de consulter un spécialiste qui vous prescrira les mesures thérapeutiques correctes, les doses correctes de médicaments dans chaque cas.

Caractéristiques du symptôme dans le développement d'un type de maladie calculatrice

Le type calculable de la maladie se développe généralement lentement, sur une longue période de temps. La cholécystite calculeuse est caractérisée par des périodes d'épidémies et de rémissions. Les spécialistes distinguent deux étapes clés d'une telle cholécystite - la phase d'exacerbation et la phase chronique. Ils ont leur propre tableau clinique..

Avec une exacerbation de la cholécystite calculeuse, les symptômes suivants apparaissent:

  • douleur aiguë dans l'hypochondre droit, elle peut irradier vers le dos ou vers la ceinture scapulaire,
  • épisodes périodiques de nausées ou de vomissements, le contenu contient des impuretés de bile,
  • température corporelle fébrile,
  • baisse de la pression artérielle,
  • faiblesse générale et apparition de sueurs moites.

Avec cette forme de cholécystite, le syndrome douloureux est paroxystique (ressemble à des douleurs du travail), irradiant souvent dans le dos, dans le cou ou dans l'épaule de la main droite. Si des coliques biliaires se développent, cela s'accompagne d'une forte tension des parois abdominales, lors de la palpation, la douleur dans le côté droit devient très intense.

Le type chronique de cholécystite calculeuse se manifeste par les symptômes suivants:

  • douleur constante dans l'abdomen à droite, elle fait mal dans la nature,
  • une légère nausée apparaît, des éructations amères ou aigres sont constamment présentes,
  • le mal de tête apparaît.

L'apparition de tels symptômes nécessite une visite chez un médecin. Lui seul peut déterminer la cause de l'inconfort, distinguer une attaque de cholécystite d'autres maladies.

Caractéristiques de la douleur lors de l'exacerbation de la maladie

Le type de processus pathologique dans la vésicule biliaire affecte directement l'intensité, la durée et l'emplacement de la douleur. Pour déterminer si la douleur est un symptôme de cholécystite aiguë, ou une manifestation de problèmes d'intestins ou d'estomac, il est important de considérer en parallèle les autres symptômes qui l'accompagnent..

La nature aiguë de la cholécystite est caractérisée par l'apparition d'un tel symptôme brusquement, sans aucun précurseur. Parfois, cette condition peut survenir après un effort physique intense, après avoir sauté ou tremblé (par exemple, après un voyage en voiture, après une promenade à cheval), ainsi qu'après avoir mangé des aliments trop gras ou après avoir trop mangé.

Dans ce cas, la maladie des calculs biliaires s'accompagne de douleur, qui a le caractère suivant:

  • En bas à droite sous la côte.
  • Dans la région épigastrique.
  • Dans l'hypochondre droit devant.
  • À gauche sous la côte, irradiant vers l'épigastre (dans le cas où le pancréas serait également enflammé).
  • Irradie vers l'épaule droite, le côté gauche, la clavicule, la mâchoire ou le cou.

Parfois, l'exacerbation est de nature atypique des symptômes:

  • Dans certains cas, la douleur ne se produit pas dans l'abdomen, mais dans le dos - à droite ou entre les omoplates, donne au bas du dos.
  • Si le syndrome cholécystocardique se développe, une douleur avec cholécystite apparaît derrière la poitrine, il est donc facile de la confondre avec une crise cardiaque, car les substances toxiques avec une exacerbation du processus inflammatoire affectent négativement l'appareil musculaire du cœur.

La nature de la douleur dans la cholécystite aiguë peut être différente: vive, douloureuse, poignardante, paroxystique, pressante. Pendant une courte période, un tel symptôme peut réduire sa gravité à lui seul si une personne utilise un anesthésique, mais après un certain temps, après la fin de l'action du médicament, il commence à faire si mal que la personne ne peut pas le supporter, elle panique, jusqu'à un choc douloureux. L'évolution aiguë d'une telle attaque dure généralement de plusieurs heures à deux semaines..

Caractéristique du symptôme lors de l'examen

Lors de la palpation, lors d'un examen médical, une tension excessive des muscles de la cavité abdominale est clairement déterminée, la douleur augmente considérablement, tandis que sa localisation est plus souvent à droite sous la côte et dans la région épigastrique. Habituellement, le médecin, afin de diagnostiquer correctement, provoque une augmentation de la douleur - lorsque le patient inhale, il appuie dans la zone biliaire, auquel cas le symptôme devient beaucoup plus fort.

Il existe d'autres méthodes pour déterminer le diagnostic. Mais les plaintes du patient sont les plus informatives avec l'échographie ou l'échographie..

Caractéristiques des signes cliniques en évolution chronique

La douleur dans la cholécystite chronique diffère par sa gravité et son caractère. Si une cholécystite chronique se développe, les symptômes suivants apparaissent:

  • là où ça fait mal - à droite dans la région iliaque, sensations paroxystiques, réduisent la gravité par elles-mêmes ou après la prise de médicaments,
  • l'estomac peut faire mal à droite, dans la région épigastrique, tandis que la nature du symptôme n'est pas envahissante, non prononcée, douloureuse (de tels signes sont inhérents au développement d'un type de maladie chronique non calcul),
  • parfois les sensations douloureuses sont complètement absentes, le patient ne ressent qu'une sensation de pression ou de compression dans le côté droit sous la côte. Cette condition est due à l'accumulation de sécrétion biliaire dans la vessie, une violation de son écoulement.

Dans certains cas, la forme chronique de la maladie peut se manifester par des signes atypiques:

  • Le syndrome cardiologique se caractérise par une douleur au cœur qui irradie vers la zone située derrière la poitrine. Le patient peut penser à tort que son cœur lui fait mal. La douleur est sourde, il est difficile de déterminer où elle se situe précisément, et où elle donne. Ces symptômes sont complétés par une fréquence cardiaque accrue, une arythmie instable, principalement après le repas principal..
  • Syndrome solaire. Dans ce cas, l'évolution inflammatoire de la maladie passe à la zone du plexus solaire, par conséquent, cette section commence également à réagir de manière intensive - une crise de douleur intensément prononcée se produit autour du nombril, dans l'estomac. Il peut être localisé à un endroit ou irradier vers le dos, entre les omoplates.
  • Le syndrome oesophalgique se traduit par l'apparition d'une douleur sourde pressante, localisée au milieu de la poitrine, le patient a l'impression que quelque chose le gêne dans la poitrine ou dans l'œsophage, en plus il y a des brûlures d'estomac prolongées, une boule dans la gorge est ressentie en avalant de la nourriture et du liquide salivaire.

L'évolution chronique d'une maladie de la vésicule biliaire ou des voies biliaires s'accompagne souvent d'autres manifestations cliniques graves:

  • éructations fréquentes d'air, avec de l'acide ou de l'amertume,
  • nausées fréquentes, dans certains cas, il y a des épisodes de vomissements avec des impuretés de sécrétion biliaire,
  • goût amer fréquent dans la bouche,
  • l'estomac semble éclater, pressant, surtout dans la zone à droite sous les côtes,
  • des maux de tête sourds apparaissent, ils sont souvent prononcés et ne peuvent pas être soulagés par les médicaments anesthésiques,
  • il y a un revêtement épais sur la surface de la langue de couleur jaunâtre,
  • parfois la peau devient légèrement jaune,
  • le foie est agrandi en diamètre, il est facilement détecté lors de la palpation,
  • il y a une démangeaison constante de l'épiderme.

Que faire en cas de douleur

Comment soulager la douleur, que faire lorsqu'une telle condition apparaît, comment la soulager? Les médicaments qui seront prescrits par le médecin sont directement liés au type et au type de maladie, à la gravité des manifestations cliniques. De plus, les mesures thérapeutiques dépendent directement de l'existence de complications.

Si le canal biliaire et ses canaux deviennent enflammés, alors que la forme est aiguë, mais qu'il n'y a pas de calculs dans les canaux biliaires, le traitement peut être effectué de manière conservatrice.

Pour cela, le patient doit être hospitalisé. En présence d'une nature aiguë ou chronique de la maladie, les antispasmodiques, les médicaments antibactériens prescrits par un médecin peuvent soulager la douleur. L'administration de médicaments prescrits est également effectuée à l'aide de solutions pour injections intraveineuses..

Une compresse froide est appliquée sur la zone de la vésicule biliaire. Avec un traitement prescrit et correct en temps opportun, vous pouvez éliminer rapidement les symptômes d'une crise ou réduire considérablement leur gravité.

S'il y a un gros concret ou plusieurs concrétions dans la cavité de l'organe, alors qu'il y a diverses complications, la douleur n'est soulagée par aucun médicament. Dans cette situation, seul un traitement chirurgical d'urgence est indiqué, dans lequel la vésicule biliaire doit être complètement retirée et la perméabilité des voies biliaires est restaurée chirurgicalement.

Le traitement conservateur n'est prescrit par des spécialistes que si la nature de la cholécystite est sans pierre (aiguë ou chronique). Dans le même temps, l'approche du traitement doit être complète, le processus inflammatoire peut être éliminé, l'écoulement du liquide sanguin s'améliorera considérablement, c'est une excellente mesure préventive contre la formation de calculs dans la cavité de la bile ou ses canaux..

Pour se débarrasser d'une crise de douleur, le médecin prescrit les médicaments suivants: agents antibactériens, antispasmodiques, médicaments cholérétiques, enzymes pour améliorer la digestion. Après ce traitement, les symptômes diminuent ou s'arrêtent complètement..

Pour que le médecin prescrive le traitement correct, il est important de déterminer la localisation des sensations de douleur, d'utiliser des méthodes de diagnostic supplémentaires.

Comment soulager une attaque de cholécystite et des symptômes d'inflammation aiguë

Souvent, pendant une longue période, l'inflammation de la vésicule biliaire (cholécystite) se déroule sous une forme latente et ne se fait sentir que lors d'une exacerbation. Une attaque de cholécystite se manifeste par une douleur, une dyspepsie, une jaunisse, qui en termes de gravité peut être de très faible à sévère avec une intoxication générale.

De plus, les symptômes sont souvent «déguisés» en maladies du cœur et d'autres organes internes, ce qui amène les patients à mal évaluer leur état et indique la nécessité d'une attention médicale urgente..

Caractéristiques de la maladie

L'inflammation de la vésicule biliaire se développe dans une grande partie de la population des pays développés. Selon les statistiques, une femme sur cinq et un homme sur quinze de plus de 20 ans souffre de cholécystite, qui s'accompagne généralement de troubles fonctionnels (dyskinésie), de cholélithiase.

La cause du développement du processus inflammatoire est une lésion des cellules de la membrane muqueuse de l'organe, ce qui provoque:

  • l'apparition de calculs dans la vésicule biliaire, leur mouvement;
  • stagnation prolongée de la bile;
  • boues biliaires;
  • microorganismes pathogènes pénétrant dans la lumière de la vésicule biliaire depuis l'intestin ou par les vaisseaux sanguins.

Il existe plusieurs formes de cholécystite. La maladie peut être calculatrice, si des calculs se sont formés dans la vésicule biliaire, et acalculeuse, lorsqu'une personne n'a pas de maladie de calculs biliaires. L'inflammation aseptique est appelée catarrhale; lorsque le pus apparaît dans la cavité vésicale, il est phlegmoneux. En l'absence de traitement en temps opportun, la forme purulente est remplacée par une forme gangreneuse, dans laquelle le site meurt avec une perforation supplémentaire de la paroi de l'organe.

Une cholécystite aiguë et chronique survient le long du parcours. La dernière longue période peut être asymptomatique avec des crises périodiques d'exacerbation de la cholécystite. La maladie sous forme aiguë est une complication fréquente de la maladie des calculs biliaires et dans la plupart des cas devient une indication pour les soins d'urgence. Le diagnostic est généralement simple, mais parfois l'attaque est accompagnée de symptômes atypiques.

Causes d'exacerbation de la cholécystite

L'évolution aiguë de la cholécystite chronique provoque:

  • consommation de malbouffe grasse, le plus souvent en grande quantité;
  • violation du régime alimentaire;
  • l'utilisation de boissons alcoolisées, quelle que soit leur teneur;
  • activité physique intense;
  • choc de stress sévère.
En présence de calculs dans la vésicule biliaire, une exacerbation se produit lors de la migration des calculs. Le mouvement des formations solides entraîne des lésions de la membrane muqueuse de la vésicule biliaire, ce qui augmente la production d'enzymes inflammatoires. Quand une pierre quitte la bile et un blocage du conduit, l'écoulement de la bile est perturbé et une inflammation aiguë se produit.

Le mouvement des calculs biliaires provoque:

  • course intense, saut et autres entraînements sportifs associés à des secousses corporelles;
  • fortes secousses pendant la conduite;
  • soulever des poids;
  • travail long en position inclinée;
  • prendre des médicaments qui améliorent la production et la circulation de la bile;
  • nettoyer la vésicule biliaire avec un tube (sondage aveugle).
En plus d'une pierre, le blocage de la lumière du canal biliaire, suivi d'une stagnation de la bile et d'une inflammation aiguë, peut provoquer un gonflement du col de la vésicule biliaire, son blocage par des parasites ou une tumeur.

Exacerbation des troubles fonctionnels des voies biliaires de type hypermoteur et hypomoteur, altération de la motilité des parois de la vésicule biliaire.

Symptômes de cholécystite

Le tableau clinique de l'inflammation dépend de la forme et de l'évolution de la maladie. La cholécystite chronique en rémission (hors crise) est asymptomatique. Parfois, les patients se plaignent de sensations douloureuses dans l'hypochondre droit, de nausées, d'amertume dans la bouche avec des erreurs de nutrition.

Une violation grave du régime alimentaire associée à une suralimentation entraîne la phase aiguë de la maladie, qui s'accompagne de l'apparition des symptômes suivants:

  • crampes douloureuses dans l'hypochondre droit;
  • faiblesse, fatigue déraisonnable;
  • attaques de nausées, vomissements avec bile;
  • éructations avec un arrière-goût amer;
  • trouble du sommeil;
  • augmentation du travail des glandes sudoripares;
  • augmentation de la température corporelle, frissons.

Signes d'exacerbation

Syndrome douloureux

Avec le blocage des voies biliaires, une crise de colique biliaire se développe:

  • il y a une douleur soudaine et aiguë;
  • la nature du syndrome - coupure, coup de couteau, crampes, déchirure, dans de rares cas - terne, pressant;
  • localisation - abdomen supérieur et hypochondre droit;
  • irradiation vers le bas du dos, omoplate dans la moitié droite du dos et avant-bras.
Un symptôme caractéristique accompagnant une crise de douleur dans la cholécystite est la jaunisse, qui se développe après quelques heures. La peau prend une couleur citron inhabituelle, l'urine s'assombrit fortement et les matières fécales deviennent claires, jusqu'à la blancheur.

Syndrome cholécystocardique

L'un des signes atypiques d'une attaque de cholécystite est la douleur cardiaque. Les symptômes sont concentrés dans la région du cœur, souvent observés lorsque le calcul biliaire se déplace le long du canal cystique. Le patient se plaint de douleurs derrière le sternum, dans la région du cœur, qui s'accompagnent d'un grave manque d'air, d'un essoufflement. Le rythme cardiaque est perturbé, le pouls devient plus rapide ou moins fréquent.

L'exacerbation de la cholécystite est "masquée" sous forme d'infarctus du myocarde ou d'angine de poitrine. La durée du syndrome douloureux atteint 10 heures. Après plusieurs crises, le patient devient soudainement jaune, ce qui est caractéristique de la jaunisse obstructive. Parfois, la douleur cardiaque est la seule manifestation d'une crise d'une forme aiguë de cholécystite, mais contrairement à la véritable angine de poitrine, le syndrome douloureux pendant l'inflammation n'est pas arrêté par la nitroglycérine.

Troubles dyspeptiques

La dyspepsie est un compagnon de toutes les maladies du système digestif, y compris l'inflammation de la vésicule biliaire. Leur apparition est provoquée par divers troubles concomitants: altération de la fonctionnalité des voies biliaires, dysfonctionnement du sphincter d'Oddi, atonie biliaire, reflux duodénogastrique.

Une attaque d'une forme aiguë de cholécystite s'accompagne de:

  • nausées, vomissements, souvent accompagnés de bile;
  • sécheresse et amertume en bouche;
  • goût métallique dans la bouche le matin;
  • ballonnements, flatulences;
  • brûlures d'estomac persistantes, éructations;
  • problèmes intestinaux (constipation ou diarrhée).
Certaines patientes éprouvent des difficultés à avaler de la nourriture, une sensation de «cola» derrière le sternum, surtout après avoir mangé. Lorsque de tels signes apparaissent, une cholécystite aiguë peut être confondue avec une œsophagite (inflammation de l'œsophage).

Symptômes neurologiques

Une douleur intense dans un processus inflammatoire aigu complète souvent les signes d'un trouble du système nerveux:

  • étourdissements, augmentation de la salivation;
  • tremblement dans le corps, démarche bancale;
  • sensation d'essoufflement, pieds et mains froids;
  • troubles du sommeil, transpiration;
  • vomissements abondants avec bile;
  • "Migraine hépatique" - douleur intense dans la tête du côté droit.
Dans de rares cas, une crise de cholécystite «simule» une douleur rhumatoïde dans l'articulation du genou et de l'épaule droite.

Intoxication générale

Comment éliminer une crise de cholécystite à la maison: premiers soins

Une crise de douleur aiguë avec dyspepsie sévère sur fond de température élevée nécessite une attention particulière. Pas besoin de deviner et d'essayer de vous diagnostiquer. La condition peut mettre la vie en danger, il est donc nécessaire d'appeler immédiatement une ambulance.

Avant l'arrivée du médecin à la maison avec une crise de cholécystite, vous pouvez:

  • calmer le patient et le mettre en position horizontale;
  • déboutonnez les vêtements serrés;
  • fournir un afflux d'air frais (ouvrir une fenêtre);
  • en cas de douleur intense, un antispasmodique est utilisé (No-Shpu, Drotaverin, Platifillin);
  • pour étouffer les nausées, vous pouvez donner quelques gorgées de thé à la menthe;
  • buvez de l'eau minérale chaude sans gaz après avoir vomi pour rétablir l'équilibre eau-électrolyte.

Si vous suspectez le développement d'une crise de cholécystite aiguë, vous ne pouvez pas nourrir le patient, donner des analgésiques (analgésiques), des laxatifs ou faire un lavement. Médicaments cholérétiques interdits, chauffant le foie et la vésicule biliaire.

Il est possible d'éliminer les symptômes et de soulager la douleur lors d'une attaque de cholécystite en appliquant un objet froid sur la zone de l'hypochondre droit - un sac de boule de neige hypothermique, une bouillotte avec de la glace ou de la nourriture du congélateur. Le froid doit d'abord être enveloppé dans un chiffon fin pour éviter les engelures. La durée de la compresse froide ne doit pas dépasser 10-15 minutes, après quoi vous devez faire une courte pause.

Complications de la cholécystite aiguë

Intoxication du corps par la bilirubine, qui pénètre dans la circulation sanguine avec un blocage total du canal biliaire. La condition se manifeste par une coloration jaune de la peau et de la sclérotique, un assombrissement de l'urine et un éclaircissement des matières fécales.

En l'absence d'assistance rapide, la cholécystite catarrhale passe dans la phase d'inflammation purulente. La vessie se remplit de bile et de pus, une nécrose de la paroi se produit, suivie d'une perforation (formation d'un trou traversant). En conséquence, le contenu de la vésicule biliaire pénètre dans la cavité abdominale et provoque le développement d'une péritonite - inflammation du péritoine.

Suppuration des parois et des tissus de la vésicule biliaire, qui sont autour de l'organe. Le processus purulent s'accompagne d'une température corporelle élevée, d'une augmentation significative de la taille de l'organe et d'une douleur perçante.

La condition est caractérisée par le remplissage de l'organe de pus. La condition est compliquée si un exsudat purulent apparaît avec une cholécystite calculeuse, lorsqu'il y a des calculs dans la cavité vésicale. La complication conduit à une intoxication sévère avec douleur et tension sévères de la paroi abdominale antérieure.

Lorsqu'il est impliqué dans le processus pathologique du pancréas. La réaction inflammatoire s'accompagne de douleurs à la ceinture, de vomissements indomptables avec de la bile.

Diagnostic d'exacerbation

Avec le tableau clinique classique d'une attaque de cholécystite aiguë, le chirurgien établit un diagnostic préliminaire lors de la première consultation. Dans la plupart des cas, l'examen est effectué en collaboration avec un gastro-entérologue. Le diagnostic commence par l'écoute des plaintes, la collecte de l'anamnèse avec la clarification des maladies héréditaires et chroniques, le moment de l'apparition des premières manifestations de l'inflammation de la vésicule biliaire, le type d'activité et le mode de vie du patient.

Pour clarifier le diagnostic, le médecin aura besoin des résultats:

  • intubation duodénale fractionnée - cette procédure permet d'évaluer les capacités fonctionnelles de la vésicule biliaire et des sphincters, ainsi que d'obtenir un prélèvement de bile à différents stades de sa transformation pour des recherches ultérieures;
  • dépistage par ultrasons de la vésicule biliaire - en raison des propriétés uniques de l'échographie, il est possible de déterminer avec précision la taille d'un organe, les modifications de sa structure, l'épaisseur de la paroi, la présence de calculs, les anomalies du développement;
  • cholécystocholangiographie - une méthode utilisant des rayons X et un agent de contraste est nécessaire pour identifier le degré de perméabilité des canaux, la présence de calculs, la fonctionnalité des voies biliaires en dynamique;
  • test sanguin de laboratoire - vous permet d'évaluer la gravité du processus inflammatoire, les modifications des valeurs de la bilirubine, des enzymes hépatiques et d'autres indicateurs.
Pour le diagnostic différentiel, il peut en outre nécessiter un électrocardiogramme, la consultation de spécialistes restreints: un cardiologue, un endocrinologue, un neurologue et parfois un gynécologue pour les femmes.

En cas de résultats d'examen contradictoires, désigner:

  • hépatobiliscintigraphie;
  • gastroscopie;
  • IRM ou CT;
  • laparoscopie diagnostique.
Avant de poser le diagnostic final, le médecin exclut l'appendicite, l'estomac perforé et l'ulcère duodénal, la pancréatite aiguë, la pyélonéphrite. La clinique de l'exacerbation de la cholécystite peut ressembler à la colique rénale, à la pneumonie du côté droit, à une attaque d'angine de poitrine et à un infarctus du myocarde. Un examen détaillé aidera à prendre en compte toutes les nuances, ce qu'il faut comprendre, quoi faire en cas d'attaque de cholécystite, laquelle des méthodes de traitement appliquer.

Douleur avec divers types de cholécystite

La cholécystite est une maladie dans laquelle les parois de la vésicule biliaire deviennent enflammées. Le développement du processus pathologique est basé sur un retard dans la sortie de la bile. En raison du fait que la sécrétion de bile s'accumule dans l'organe, des douleurs apparaissent et des agents infectieux se développent. L'emplacement exact et la nature de la douleur décrite par le patient aideront à poser un diagnostic précis..

En savoir plus sur la maladie

Chez une personne en bonne santé, la bile est excrétée par le gros intestin, mais avec un processus pathologique, elle commence à s'accumuler dans la vésicule biliaire, provoquant une crise de douleur. Les symptômes de la cholécystite deviennent prononcés et nécessitent une visite obligatoire chez un spécialiste.

La cholécystite peut être aiguë ou chronique. Selon le type de maladie, la douleur dans la cholécystite diffère par sa gravité, sa durée et sa localisation. Comme le montre la pratique, la maladie survient souvent après les vacances. Abus d'alcool, boissons gazeuses, aliments gras - tout cela peut provoquer une crise de douleur.

En fonction de la nature de l'évolution de la maladie, la cholécystite est divisée en aiguë et chronique. Dans le cas où la forme chronique de cholécystite s'accompagne de la formation de calculs dans la vésicule biliaire, on l'appelle la forme calculatrice. Les symptômes de la cholécystite diffèrent les uns des autres et dépendent de la forme de la maladie..

Douleur avec cholécystite calculeuse

Cette maladie peut se développer sur une longue période, changeant les périodes d'exacerbation en accalmie. Dans la pratique médicale, on distingue deux formes de cholécystite calculeuse - aiguë et chronique, chacune présentant des symptômes différents.

  • Avec une cholécystite aiguë calculeuse, une crise de colique biliaire et les symptômes suivants sont notés:
  • Douleur aiguë dans le quadrant supérieur droit, qui peut se refléter dans l'épaule ou le dos;
  • Attaque périodique de nausées et de vomissements, tandis que le vomi contient un mélange de bile;
  • Température corporelle élevée;
  • Pression artérielle faible;
  • Affaiblissement du corps et apparition de sueurs froides.

Dans la cholécystite aiguë, la douleur est souvent des crampes et peut affecter le cou, le dos et le bras droit. Avec les coliques biliaires, des symptômes d'irritation péritonéale se développent, c'est-à-dire que l'examen de l'abdomen s'accompagne d'une douleur aiguë et d'un état tendu des parois du péritoine.

Les formes destructrices de cholécystite calculeuse s'accompagnent du fait que la douleur survient beaucoup plus intensément et en même temps une tachycardie, des vomissements constants, une hypotension et des signes de péritonite sont notés.

Douleur lors de l'exacerbation de la maladie

L'apparition d'une attaque peut être brutale, sans précurseurs, parfois après un effort physique, des sauts, des vibrations (balades en voiture, équitation), après un repas copieux.

Les douleurs indépendantes typiques sont généralement localisées:

  • sous la nervure du côté droit;
  • dans l'épigastre - "plexus solaire" (triangle sous le processus xiphoïde);
  • autour du nombril;
  • à gauche sous les côtes et autour de la ceinture, si le processus va au pancréas;
  • avec irradiation (recul), une douleur survient dans l'épaule droite, l'articulation de la clavicule, la mâchoire, le cou.
  1. Parfois, avec une cholécystite, une douleur dans le dos se manifeste - dans le côté droit du bas du dos, sous l'omoplate.
  2. Avec le développement du syndrome cholécystocardique, une douleur survient derrière le sternum, où se trouve le cœur, avec des symptômes de contractions myocardiques altérées - un échec du rythme et de la fréquence, associé à l'action des toxines sur le tissu cardiaque.

La nature des douleurs selon des appréciations subjectives: vives, douloureuses, poignardées, crampes, pressions. Temporairement, la douleur peut diminuer d'elle-même, avec l'utilisation d'analgésiques, mais alors une augmentation se produit à un point tel que les patients crient et se précipitent.

La maladie aiguë dure généralement de 6 heures à 10-14 jours.

Dans la cholécystite chronique calculeuse, les symptômes de la maladie ne sont pas très prononcés et présentent des différences significatives:

  • l'apparition de douleurs incessantes dans l'hypochondre droit;
  • le résultat de la consommation d'aliments gras, salés et frits est une crise de douleur;
  • des erreurs nutritionnelles mineures se terminent par une crise de douleur aiguë qui disparaît progressivement.
  • nausées et éructations désagréables;
  • maux de tête souvent et sévères;
  • vomissements mélangés à de la bile.

Douleur dans la cholécystite chronique

Dans la cholécystite chronique, les micro-organismes pénètrent dans la vésicule biliaire à partir de l'intestin et lorsque le sang et la lymphe s'écoulent de tout autre foyer chronique d'inflammation. Cette maladie est progressive. Initialement, la membrane muqueuse de la vésicule biliaire devient enflammée, progressivement l'inflammation atteint des couches plus profondes et les signes de la maladie s'intensifient.

Les symptômes qui se développent avec une cholécystite chronique se manifestent par une douleur ressentie dans l'hypochondre droit. Dans ce cas, il y a une irradiation de fortes sensations douloureuses vers la région lombaire droite, l'omoplate et l'épaule droite.

Cette maladie est caractérisée par une longue évolution de la cholécystite, de nature progressive avec des périodes d'exacerbations et de rémissions:

  • Avec un tonus accru des muscles de la vésicule biliaire, une douleur paroxystique est notée pendant une courte période, ressemblant à une attaque de colique biliaire avec maladie de calculs biliaires;
  • Pour un tonus musculaire réduit de la vésicule biliaire, une douleur apparaît, qui est douloureuse et non intense. Dans certains cas, il y a une absence totale de syndrome douloureux, et la place principale appartient à une sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit.

De tels symptômes dans la cholécystite chronique se développent lorsque l'écoulement de la bile d'une vésicule biliaire distendue est altéré.

Ces signes vifs d'une maladie chronique peuvent être accompagnés de plaintes concernant les symptômes suivants:

  • augmentation de la température corporelle;
  • amertume désagréable en bouche;
  • maux de tête récurrents
  • démangeaisons de la peau sur les bras, le dos et l'abdomen;
  • problèmes digestifs;
  • violation de l'appétit;
  • signes d'allergies alimentaires.

Dans l'évolution chronique, les sensations de douleur diffèrent par leur nature et leur intensité..

Manifestations typiques du syndrome douloureux dans la cholécystite chronique

Où est localiséPersonnageQuelle condition se manifeste-t-il
Sous la côte droiteBref, paroxystique, auto-subsistant (ou après un traitement).

Dans ce cas, il y a un recul dans la région lombaire, l'articulation de l'épaule et l'omoplate du côté droit.

Caractérisé par une tonicité accrue de la vésicule biliaire
Dans le côté supérieur droit de l'abdomen, dans l'estomacDouloureux, terne, pas fort, obsessionnelTypique de la diminution du tonus musculaire de l'organe et de la forme acalculeuse (non calculeuse) de cholécystite. Apparaissent généralement dans l'heure qui suit les aliments gras et frits, l'alcool et les sodas, les plats froids tels que la crème glacée, les secousses, le transport d'objets lourds (très souvent chez les femmes - sacs de nourriture), l'hypothermie. La douleur augmente si le patient est assis et se calme en position couchée
Absence complète de symptôme de douleurSur fond de sensation persistante de pesanteur sous la côte droiteExpliqué par une violation de l'écoulement de la bile avec des parois étirées et un travail lent de l'organe

Manifestations atypiques avec pathologie à long terme:

  • Avec le syndrome cardiaque, le cœur peut faire mal. Des douleurs sourdes et non concentrées derrière le sternum à gauche sont accompagnées d'arythmie, d'une augmentation du rythme cardiaque, généralement après avoir mangé.
  • «Syndrome solaire», lorsque les organes du «plexus solaire» sont impliqués dans une inflammation pathologique et qu'il y a une douleur intense dans l'estomac et autour du nombril, en outre - irradiant vers l'omoplate, le bas du dos.
  • Le syndrome œsophalgique est représenté par une douleur sourde et douloureuse au centre du sternum, une sensation d'objet interférant dans l'œsophage, des brûlures d'estomac persistantes, une difficulté temporaire à avaler.

Cholécystite catarrhale

La cholécystite catarrhale est caractérisée par l'apparition de douleurs constantes et assez intenses, concentrées dans l'hypochondre droit et l'épigastre. Il y a une propagation de la douleur à l'omoplate droite, au bas du dos, au cou et à la ceinture scapulaire.

L'apparition de la maladie sous cette forme peut se manifester sous la forme de douleurs paroxystiques résultant d'une contraction accrue des parois de l'organe affecté. Des vomissements sont également souvent notés, après quoi les patients ne ressentent pas de soulagement. Initialement, le vomi ne comprend que le contenu gastrique, après - et duodénal.

La température monte à des niveaux subfébriles, la tachycardie est caractérisée par des manifestations modérées (environ 100 battements / min.), Dans certains cas, la pression peut augmenter. La langue des patients devient humide, une couche blanchâtre apparaît dessus. L'acte de respirer est perturbé, l'estomac y participe.

La sensation de l'abdomen révèle une douleur aiguë dans l'hypochondre droit, en particulier dans la vésicule biliaire. Des syndromes d'Ortner et de Murphy apparaissent également, qui impliquent l'apparition de douleurs lors du tapotement le long de l'arc costal droit avec le bord de la paume et une augmentation de la douleur lors du sondage de la région de la vésicule biliaire avec une respiration profonde. Une douleur apparaît également dans la zone au-dessus de la clavicule droite (syndrome de Mussey-Georgievsky).

Cholécystite phlegmoneuse

Cette forme de la maladie est un peu plus grave que dans le cas de la forme précédente. Ainsi, les symptômes de la cholécystite phlegmoneuse sont l'apparition de douleurs intenses dans l'hypochondre droit, une faiblesse sévère, une température élevée (jusqu'à 39 ° C), une perte d'appétit, des frissons. Des tests sanguins déterminent un nombre élevé de globules blancs.

La douleur émergente est plus intense que dans la forme de cholécystite précédemment considérée, son intensification est notée lors de la toux et de la respiration, ainsi que lors du changement de position du corps.

Les nausées se produisent beaucoup plus souvent, les vomissements se répètent. L'état général s'aggrave également. Encore une fois, lors du sondage, il y a une douleur prononcée. Les symptômes de Murphy, Ortner et Mussey-Georgievsky, considérés plus haut, sont également pertinents..

La vésicule biliaire augmente de taille, lors de l'examen à ce stade, un épaississement de sa paroi, la présence d'exsudat purulent dans la lumière sont notés. Dans certains cas, la paroi de la vésicule biliaire peut être caractérisée par l'apparition d'abcès..

Cholécystite gangréneuse

Cette forme de cholécystite, en règle générale, se développe dans le contexte de la forme précédente, c'est-à-dire la forme de phlegmoneux. Dans ce cas, l'impossibilité pour un organisme épuisé de lutter contre les micro-organismes est déterminée, dont l'effet accompagne le déroulement du processus pathologique.

La cholécystite gangréneuse s'accompagne de la gravité des symptômes d'intoxication, qui, encore une fois, se manifestent sous la forme de faiblesse générale, de fièvre, de transpiration. Il existe également des manifestations caractéristiques de la péritonite générale ou locale (sa forme purulente).

En règle générale, la cholécystite gangréneuse apparaît chez les personnes âgées, ce qui s'explique par la détérioration des propriétés protectrices inhérentes au corps, ainsi que par des troubles notés dans les particularités de l'apport sanguin aux parois de la vésicule biliaire, survenant dans le contexte de l'athérosclérose.

Avec le passage du processus inflammatoire à la forme considérée de l'évolution de la maladie, les douleurs abdominales peuvent diminuer quelque peu, c'est pourquoi une hypothèse erronée apparaît concernant l'amélioration de son propre état (le soi-disant bien-être imaginaire). En réalité, l'affaiblissement de ce symptôme est le résultat de la mort des terminaisons nerveuses de l'organe affecté..

Après un certain temps, après une période de bien-être imaginaire, les symptômes d'intoxication exacerbent à nouveau, en plus de cela, des symptômes de péritonite généralisée apparaissent également. Cette condition s'accompagne d'une augmentation de la fréquence des contractions cardiaques (environ 120 battements / min.), D'une augmentation de la température.

L'examen détermine la sécheresse de la langue. En raison de la pertinence de la parésie intestinale, des ballonnements se produisent, ses parties droites ne participent pas à la respiration. En général, la respiration est caractérisée par la rapidité et la superficialité..

La sensation révèle la sévérité de la tension musculaire protectrice dans la paroi abdominale antérieure.

Douleur à la palpation

Lorsque le médecin sonde les muscles abdominaux, la raideur des parois péritonéales et une douleur notable sont révélées:

  • juste en dessous des côtes;
  • dans le segment supérieur de l'estomac (épigastre).

En règle générale, des méthodes de provocation de la douleur sont utilisées pour confirmer le diagnostic. Dans ces cas, une réponse positive (douleur) dans le processus aigu est observée:

  • dans la région de la vésicule biliaire en essayant d'inhaler pendant une légère pression (symptôme de Kera);
  • dans le segment supérieur droit de l'abdomen lors de légers coups avec les doigts ou le bord de la paume sur l'os de la côte inférieure à droite - symptôme d'Ortner;
  • dans l'abdomen lors de l'inhalation, lorsque le pouce est appuyé sur la vésicule biliaire - symptôme de Murphy;
  • au-dessus de la clavicule droite - dans la fosse formée par les branches du muscle sternoclaviculaire - symptôme de Georgievsky-Mussey;
  • sous le processus xiphoïde avec pression dessus - symptôme de Pekarsky.

Symptômes chez les enfants

La cholécystite peut se développer non seulement chez un adulte. Les enfants sont également exposés à cette pathologie..

Les parents peuvent facilement identifier la maladie et ses premiers signes s'ils en connaissent les manifestations:

  1. Un revêtement jaune se forme sur la langue de l'enfant.
  2. Les enfants commencent à refuser la nourriture et se plaignent de nausées légères fréquentes.
  3. De temps en temps, il y a des selles dérangées, une diarrhée apparaît, qui se transforme en constipation.
  4. L'enfant se plaint de douleurs et d'inconfort dans le foie.
  5. Les symptômes décrits sont courants et peuvent indiquer d'autres troubles associés au système digestif.
  6. Pendant un certain temps, les parents doivent surveiller l'état général afin de ne pas manquer les manifestations exactes de la cholécystite:
  7. Douleur lors de la palpation.
  8. Diminution complète de l'appétit et développement d'une éructation fréquente des œufs.
  9. Ballonnements, flatulences.
  10. Les enfants ont rarement de la fièvre, mais des douleurs aiguës peuvent se développer, comme un adulte..

Les douleurs aiguës peuvent indiquer non pas une cholécystite, mais une exacerbation de l'appendicite, que les parents doivent connaître pour un traitement rapide.

Toutes les plaintes d'enfants doivent être diagnostiquées par un médecin et il est préférable d'exclure un traitement indépendant.

Aider à une crise de douleur

La nature de l'évolution de la cholécystite, les symptômes et les caractéristiques de ses complications déterminent le type de soins médicaux qui seront fournis pour une crise douloureuse de cholécystite:

Lors d'une crise aiguë de lithiase biliaire, où il n'y a pas de calculs dans les conduits, le patient peut être traité de manière conservatrice. Pour cela, le patient est hospitalisé dans un hôpital d'un établissement médical, où un traitement approprié est prescrit. Dans la cholécystite aiguë et chronique, une crise douloureuse peut être soulagée à l'aide d'antispasmodiques, d'antibiotiques, de traitement par perfusion et d'imposition de froid sur la région de la vésicule biliaire. Un traitement opportun et correct conduit au fait que les symptômes du syndrome douloureux s'affaiblissent ou disparaissent complètement.

Dans le cas où il y a une grosse pierre ou plusieurs calculs dans la vésicule biliaire et diverses complications se développent, une intervention chirurgicale d'urgence est réalisée avec ablation de la vésicule biliaire et restauration de la perméabilité des canaux.

Le traitement conservateur est utilisé dans le développement de la cholécystite acalculeuse chronique. Il est de nature complexe et vous permet d'éliminer l'inflammation, d'améliorer la circulation sanguine et de prévenir la formation de calculs. Afin de soulager une crise de douleur, ils ont recours à des antibiotiques, des antispasmodiques, des médicaments cholérétiques et des enzymes digestives. Les procédures médicales prescrites et la prise de médicaments entraînent un affaiblissement notable des symptômes de la douleur.

Comment soulager une attaque?

La première chose à faire lors d'une attaque est d'appeler une ambulance. Il est strictement interdit d'utiliser un coussin chauffant. La prise d'analgésiques peut brouiller le tableau clinique et rendre difficile l'établissement d'un diagnostic précis..

L'aide lors d'une crise douloureuse est largement déterminée par la nature de la douleur et la particularité de l'évolution du processus pathologique. Lors d'une crise aiguë de cholélithiase, les experts ont recours à des méthodes conservatrices. Les patients sont hospitalisés dans un établissement spécialisé.

Pour lutter contre la douleur, des analgésiques, des antispasmodiques, des antibiotiques sont utilisés (souvent les médecins prescrivent de l'ampicilline). Pour soulager les symptômes cliniques, une thérapie par perfusion est utilisée, ainsi qu'une application de froid sur le site de projection de la vésicule biliaire.

Si un chameau de grande taille ou plusieurs calculs se sont formés dans la vésicule biliaire à la fois, vous aurez très probablement besoin d'une assistance chirurgicale d'urgence. L'essence de l'opération est de retirer l'organe et de restaurer la perméabilité des conduits.

La cholécystite chronique non calculeuse est éliminée à l'aide d'un traitement complexe visant à éliminer le processus inflammatoire, à améliorer la circulation sanguine et à prévenir la formation de calculs. Vous aurez également besoin d'antispasmodiques, d'antibiotiques, de médicaments cholérétiques et d'agents enzymatiques.

Remèdes populaires pour soulager une crise de douleur

L'absence de calculs dans la période aiguë et la période de rémission est autorisée à prendre des herbes et préparations cholérétiques, qui améliorent l'écoulement de la bile et ont un effet anti-inflammatoire.

Parmi la variété d'herbes, l'absinthe, le chardon-Marie, la tanaisie et l'immortelle ont un effet cholérétique. La cuisson et la prise d'infusions de ces herbes accélèrent le processus de guérison, tandis que les symptômes de la maladie deviendront moins prononcés.

Le tubage donne un bon effet, qui peut être utilisé en l'absence de calculs sans exacerbation. Grâce à son utilisation, le tonus des muscles lisses augmente et la sortie de la bile s'améliore. La procédure consiste à prendre une solution avec du sulfate de magnésium, de l'eau minérale et du sorbitol. Après cela, il est recommandé au patient de s'allonger sur le côté droit pendant une heure avec un coussin chauffant chaud.

Les premiers signes de cholécystite nécessitent une visite obligatoire chez un médecin, ce qui évitera de graves complications à l'avenir. Un bon moyen de prévenir la maladie est l'organisation d'une bonne nutrition et d'un régime alimentaire spécial, ainsi que la limitation des repas riches en cholestérol..

Traitement des maladies chroniques

L'objectif principal dans ce cas est axé sur la thérapie utilisant des médicaments anti-inflammatoires. Afin d'éliminer l'infection des voies biliaires avec une cholécystite, des antibiotiques sont utilisés. Mais avant cela, la tolérance individuelle du médicament et sa sensibilité sont déterminées. Une fois les tests nécessaires collectés, la correction des méthodes thérapeutiques est effectuée.

Le traitement de la cholécystite est effectué avec des agents antimicrobiens du groupe des fluoroquinolones, des tétracyclines semi-synthétiques ou des pénicillines. Si le cas est grave, des céphalosporines seront nécessaires. Il est préférable de prendre des antibiotiques par voie orale. En règle générale, le cours de traitement est conçu pour une semaine. Après quelques jours, d'autres médicaments ayant un effet similaire sont prescrits..

En présence de douleur intense, des médicaments antispasmodiques sont prescrits pour éliminer le spasme. Les antispasmodiques sont de plusieurs types. Mais, par exemple, l'utilisation de Metacin, Gastrocepin, Buscopan, Platyphyllin peut entraîner des réactions secondaires du corps. Autrement dit, des symptômes désagréables seront observés..

Ces médicaments ont une faible efficacité et il y a trop de manifestations indésirables. Ceux-ci incluent la bouche sèche, les problèmes urinaires, les problèmes de vision, la tachycardie et la constipation. Par conséquent, les fonds répertoriés pour la cholécystite sont utilisés dans de rares cas..

La papavérine, la drotavérine sont des antispasmodiques à effet direct. Ils se sont avérés efficaces pour lutter contre les spasmes. Mais en raison du manque de sélectivité, leur effet s'étend à tous les tissus musculaires lisses. La Duspatalin est préférée. Procurant un effet direct, il provoque la relaxation des muscles désirés, c'est-à-dire les muscles du tractus gastro-intestinal (tractus gastro-intestinal).

L'effet est durable, il est donc prescrit deux fois par jour. Le patient prend tous les antispasmodiques prescrits dans un cours qui peut durer 2-3 semaines. Si le médecin le juge nécessaire, leur utilisation peut être répétée, mais seulement après un certain temps. La douleur aiguë sera éliminée avec une seule utilisation d'un agent antispasmodique ou un cours de courte durée.

Traitement de la maladie chronique sans pierre

L'essence de la thérapie est de supprimer l'infection, de soulager l'inflammation, de renforcer le corps et d'éliminer les troubles métaboliques et dyskinétiques. Vous pouvez vous débarrasser de la douleur avec l'aide de No-shpa, Papaverin, Galidor. Si la douleur est prononcée, Baralgin aidera. Il ne faut généralement pas plus de 14 jours pour éliminer la douleur. L'admission au cours ne doit pas dépasser 4 semaines.

Plus la dyskinésie se manifeste et plus l'inflammation est intense, plus le syndrome douloureux se manifestera. Pour soulager les symptômes, une thérapie antibactérienne est indispensable. Vous aurez besoin d'antibiotiques à large spectre. La durée d'admission est d'environ 10 jours. Ensuite, vous devez faire une pause, après quoi le traitement est répété pendant une semaine..