Test sanguin anti-HCV qu'est-ce que cela signifie, norme et écarts

Tout au long de la vie, le corps humain est attaqué par toutes sortes de virus. Le virus de l'hépatite C, qui affecte le foie, est dangereux. Au cours des 10 dernières années, la mortalité par cirrhose et autres complications a atteint des niveaux critiques.

Cependant, un appel en temps opportun à un établissement médical et un test anti-VHC vous permet de diagnostiquer la pathologie à un stade précoce et de commencer le traitement en temps opportun. Si une personne est infectée, son anti-VHC est positif, ce qui signifie que le système de défense du corps tente de résister au virus.

Que vais-je découvrir? Le contenu de l'article.

Qu'est-ce que l'anti-VHC?

Après l'infection, la personne infectée commence à multiplier les cellules, à propager le virus dans tout le corps et à former des anticorps. Les ressources propres du corps ne suffisent pas pour résister à la maladie et le médecin élabore un schéma de mesures thérapeutiques. La présence d'anticorps est détectée par ELISA. Tous les anticorps sont marqués anti-VHC. Si le test du VHC est positif, la personne est malade, est porteuse du virus ou a eu une infection.

Types d'anticorps

VHC: сore, NS3, NS4, NS5 - sont déterminés à compiler une image de la charge virale, de l'activité des cellules virales, du degré de dommage aux hépatocytes, afin de déterminer les risques possibles.

Les anticorps anti-hépatite C sont classés comme suit:

  • G positif (désigné IgG dans les tests). Ils apparaissent 2 à 3 mois après l'infection et augmentent le plus grand volume de 5 à 6 mois. Après récupération, le titre diminue jusque-là. Jusqu'à ce que sa concentration redevienne normale.
  • M positif (indiqué par IgM). Ils sont déterminés un mois après l'infection et atteignent rapidement leur concentration maximale. Au repos ou après une récession de la période aiguë, le niveau diminue, mais avec une exacerbation, il remonte. La détection de ces anticorps reflète le niveau d'infection, l'activité des cellules virales. Les IgM dans le sang peuvent signifier l'évolution d'une pathologie chronique.

La somme des IgG et des IgM est appelée total anti-VHC. Un test pour déterminer la présence de ces marqueurs est effectué lorsqu'une infection est suspectée. Un mois et demi après l'infection, ainsi que sous forme chronique, l'anti-VHC est détecté. Pendant 4 ans ou plus après la guérison, le marqueur total anti-VHC est retrouvé chez les personnes récupérées. C'est la norme.

Protéines non structurales (NS - non structurelles):

  • NS3 - déterminé au stade initial de la maladie. Ses titres élevés indiquent le développement d'une forme aiguë. Une teneur élevée en anti-NS3 indique une charge virale importante;
  • NS4 et NS5 - déterminés à une date ultérieure, indiquent un processus viral prolongé, des lésions hépatiques. Au stade aigu, indique le développement d'une forme chronique.

Important! Les anticorps ne protègent pas contre le développement du virus, n'offrent pas une forte immunité contre la réinfection.

Qui a besoin d'être testé?

Déjà quelques semaines après l'infection, des anticorps anti-hépatite C sont détectés dans le sang du patient. Au moins trois tests sont prescrits dans de telles situations:

  1. Relation intime occasionnelle sans utilisation de contraception barrière.
  2. Vie sexuelle promiscuité et non protégée avec des partenaires inconnus.
  3. Contact avec un infecté.
  4. Toxicomanie (injection).
  5. Planifier une grossesse (les bébés infectés naissent d'une mère infectée dans 20% des cas).
  6. Infection à VIH détectée.
  7. Vivre dans des conditions insalubres, incapacité à maintenir une hygiène personnelle.
  8. Opération, tatouage, manipulations cosmétiques ont été effectuées.
  9. Avant la chirurgie, transfusion sanguine (pour les donneurs et les patients).
  10. Le patient lui-même se tourne vers le miel. institution pour réussir l'analyse, si manifesté:
  • jaunissement de la peau, des muqueuses;
  • faiblesse, fatigue;
  • manque d'appétit;
  • douleurs musculaires;
  • nausées, parfois vomissements.

Pour le diagnostic final, un test ne suffit pas, l'analyse est donc soumise trois fois. Si une infection est suspectée, des études plus détaillées sont prescrites. Cela vous permet de garder l'état du patient sous contrôle, d'effectuer son traitement.

Important! Pour obtenir un résultat précis, vous devez arrêter de fumer, de boire de l'alcool et des aliments gras 24 heures avant le prélèvement sanguin. La procédure est effectuée le matin à jeun. Si le patient prend des médicaments, informez-en le médecin traitant.

Anti-HCV positif: ce que cela signifie?

Si l'anti-VHC est positif, cela ne signifie pas que la personne est infectée. Dans les maladies chroniques, les anticorps sont détectés régulièrement et, après le traitement, ils persistent longtemps. Un anti-VHC positif n'est donc pas un argument décisif pour déterminer le diagnostic final.

Décoder les résultats

Le tableau montre les valeurs probables de la combinaison de marqueurs dans une analyse positive:

IgM anti-VHCIgG de base anti-VHCIgG anti-HCV NSARN HCV
++-+Évolution aiguë de l'hépatite C.
++++Évolution chronique, période de réactivation
-++-Période latente de forme chronique
-+-/+-Reconvalescent guéri de l'hépatite C aiguë ou de la phase latente de l'hépatite C chronique

Les résultats du test sont insuffisants pour confirmer le diagnostic. Pour confirmer le diagnostic présumé, le médecin prescrit un examen plus détaillé..

Que faire si votre test anti-VHC est positif?

Parfois, un anti-VHC positif, confirmant l'infection, est détecté par accident lors d'un examen de routine, d'une préparation à l'accouchement ou d'une intervention chirurgicale. Les faux résultats positifs se produisent lorsque la personne est en bonne santé. Cela devient clair après un nouveau test. Cette analyse n'étant pas suffisante pour poser un diagnostic définitif, le demandeur subit un examen complémentaire..

À l'aide d'un test sanguin (biochimie), la concentration de transaminases et de bilirubine est déterminée. Un mois après le premier test, l'analyse des anticorps anti-hépatite C est répétée. Si l'ARN du virus est détecté, son taux dans le sang est déterminé. Si tous les résultats sont positifs, le patient reçoit un diagnostic d'hépatite C, le traitement est prescrit par un médecin spécialiste des maladies infectieuses.

Test total positif et négatif anti-VHC: ce que cela signifie?

Test sanguin anti-VHC: interprétation des résultats, indications pour la recherche

AgHBs positif ou négatif sur un test sanguin

Test sanguin HBsAg et HCV: qu'est-ce que c'est, indications, décodage

Hépatite B et hépatite C: prise de sang, comme indiqué, interprétation des résultats

Anticorps anti-VHC détectés: qu'est-ce que cela signifie?

L'hépatite virale C reste aujourd'hui l'une des maladies les plus dangereuses. Cette maladie, surnommée le «tueur silencieux», est souvent chronique. Cela signifie que la condition douloureuse ne se manifeste d'aucune façon et que le patient peut même ne pas être conscient de sa situation dangereuse. Le foie est rapidement détruit et l'état du patient devient critique.

Souvent, le VHC n'est détecté que pendant les tests. Mais si des anticorps anti-VHC sont détectés, qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie-t-il que l'infection s'est produite? Existe-t-il des anticorps faux positifs pour l'hépatite C? Vous trouverez des réponses à toutes ces questions dans notre article..

Quels sont les anticorps contre l'hépatite C?

Une fois que des micro-organismes et des virus étrangers ont pénétré dans le corps humain, le système immunitaire commence à produire des enzymes protéiques spéciales - les immunoglobulines. L'apparition de fractions protéiques spécifiques indique une réponse immunitaire aux stimuli externes. Ce sont ces fractions qui sont des antagonistes vis-à-vis des antigènes pathogènes. Leur présence est un marqueur d'infection par un virus particulier.

Mais que sont les anticorps anti-hépatite C? Ce sont des immunoglobulines qui s'opposent précisément aux antigènes du VHC. Des anticorps anti-hépatite (anticorps anti-VHC) sont présents dans le sang du patient. C'est pourquoi la principale méthode de diagnostic de l'hépatovirus est la livraison d'échantillons de sang pour un examen spécifique. Les résultats des tests sont déchiffrés par les travailleurs des laboratoires médicaux et l'hépatologue traitant.

Que disent les anticorps positifs contre l'hépatite C??

Un test positif aux anticorps anti-hépatite C provoque la panique chez de nombreux patients. Il leur semble que le terrible diagnostic a déjà été confirmé et qu'un traitement à long terme avec des médicaments puissants les attend. Par contre, ce n'est pas toujours le cas..

Si le résultat du test des anticorps anti-hépatite C est positif, qu'est-ce que cela signifie? Le résultat du décryptage dépend des groupes d'immunoglobulines détectés:

  • Anti-HVC IgG - sont parmi les premiers à apparaître lorsqu'ils sont infectés par un hépatovirus. Fractions protéiques indiquant une infection du patient;
  • Anti-HCV core IgM - le deuxième type d'anticorps anti-hépatite C, indiquant une infection du corps à un stade précoce. Il reste dans le sang jusqu'à ce que le patient soit complètement rétabli;
  • Protéine NS3 - AT en HCV, dont la présence dans le plasma du liquide principal du corps humain indique une transition possible d'une forme aiguë de la maladie vers une forme chronique;
  • Les fractions protéiques NS4 et NS5 sont des composés indiquant le développement de complications graves de la maladie actuelle. Ceux-ci peuvent être une fibrose, une cirrhose du foie et même une tumeur oncologique..

Si le test des anticorps anti-hépatite C est positif, ce n'est pas une condamnation à mort. Habituellement, des examens supplémentaires sont effectués pour un diagnostic sans ambiguïté..

Dans le cas contraire, la question se pose: si les anticorps anti-virus de l'hépatite C ne sont pas détectés, qu'est-ce que cela signifie? Malheureusement, cela ne garantit pas l'absence d'hépatovirus dans le sang. Peut-être que la concentration de l'agent pathogène est si faible qu'il est tout simplement impossible de l'identifier pour le moment..

Que faire si les anticorps anti-hépatite C sont positifs?

Après avoir reçu un document contenant les résultats du test entre leurs mains, les patients peuvent se poser la question suivante: «Des anticorps contre l'hépatite C ont été trouvés - qu'est-ce que c'est et que dois-je faire maintenant? La chose la plus correcte qu'il puisse faire dans une telle situation est de consulter un médecin expérimenté..

Très probablement, l'hépatologue donnera des références pour des examens supplémentaires. Ceux-ci sont:

  • Analyse supplémentaire du sang veineux du patient pour déterminer le génotype du virus;
  • Examen échographique (échographie) de l'organe endommagé par la maladie afin d'obtenir l'image la plus détaillée de l'étendue des lésions hépatiques causées par le virus.

Tous ces examens sont nécessaires pour développer un futur mécanisme de traitement des hépatovirus et un schéma thérapeutique approprié. En outre, la durée du traitement et les médicaments qui seront utilisés dans ce cas dépendent directement des résultats du test..

Schémas thérapeutiques pour l'hépatovirus

S'il n'y a aucun doute sur la présence d'un diagnostic tel que le VHC, le patient se voit attribuer un schéma thérapeutique spécifique, qui dépend des facteurs suivants:

  • L'âge du patient (par exemple, les antiviraux ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 12 ans);
  • L'état général du corps du patient, la présence d'autres maladies chroniques;
  • L'évolution de la maladie, la présence de complications.

Jusqu'à récemment, un seul schéma thérapeutique contre l'hépatovirus était utilisé: la ribavirine en association avec l'interféron alpha. Cette méthode présente de nombreux inconvénients, notamment de nombreux effets secondaires graves et une faible efficacité. De plus, en raison de la durée du traitement, une insuffisance rénale peut survenir et la combinaison de médicaments elle-même affecte négativement la biochimie du sang. Si le taux de leucocytes augmente fortement, le traitement doit être interrompu.

Le régime interféron + ribavirine est considérablement dépassé et n'est utilisé que dans les cas où le traitement avec d'autres médicaments n'est pas autorisé. Le plus souvent, dans le traitement d'une maladie virale de ce type, des médicaments antiviraux innovants de production indienne basés sur la formulation américaine d'origine sont utilisés..

Dans les schémas thérapeutiques antiviraux modernes, le sofosbuvir, un inhibiteur de l'ARN polymérase virale, et une substance qui inhibe la protéine NS5A pathogène, selon le génotype du VHC, doivent être présents:

  • Ledipasvir - avec 1, 4, 5 et 6 génotypes d'hépatovirus;
  • Daclatasvir - utilisé pour les génotypes 1, 2, 3 et 4. Le plus efficace dans la thérapie de génération 3;
  • Le velpatasvir est une substance universelle qui est utilisée dans le traitement d'absolument tous les génotypes de l'agent pathogène.

Le cours du traitement dépend de la gravité de la maladie. Si l'évolution de la maladie est standard, le cours thérapeutique ne dure pas plus de 12 semaines. Avec un traitement répété, ainsi qu'en présence de complications graves, un schéma thérapeutique de 24 semaines peut être prescrit. Dans ce cas, la ribavirine et divers hépatoprotecteurs peuvent être ajoutés aux principaux médicaments..

Y a-t-il de faux résultats positifs??

Lors de la réception d'un résultat de test positif pour les immunoglobulines, il faut également tenir compte du fait que le résultat peut être faux positif. Un phénomène similaire est observé dans les cas suivants:

  • Grossesse à tout moment en raison de défaillances immunitaires caractéristiques d'une période donnée de la vie d'une femme;
  • Formation de néoplasmes malins et bénins dans le foie et d'autres organes du patient;
  • Suppression de la fonction hépatique avec une diminution significative de l'AST et de l'ALAT;
  • La présence d'autres maladies infectieuses virales (par exemple, infection par le VIH);
  • Traitement avec des médicaments des groupes des interférons et des immunosuppresseurs;
  • Préparation inadéquate des tests de détection des anticorps anti-hépatite C dans le sang.

Ainsi, si les marqueurs protéiques du VHC sont positifs, cela ne signifie pas toujours qu'une personne est atteinte du VHC. Pour confirmer le diagnostic, vous devez subir un certain nombre d'examens supplémentaires.

Quelle analyse doit être effectuée pour les anticorps anti-hépatite?

Donc, la réponse à la question "Anticorps anti-hépatite C - qu'est-ce que cela signifie?" déjà trouvé. Mais quel type de test devez-vous réussir pour découvrir la présence ou l'absence de ces marqueurs de la maladie? Pour le moment, l'examen le plus objectif est la PCR. L'étude de l'échantillon sanguin d'un patient est réalisée sur un équipement spécifique dans des conditions de laboratoire. La PCR comprend 2 méthodes pour étudier des échantillons de fluides biologiques:

  • Qualitatif - vous permet d'identifier la présence ou l'absence d'immunoglobulines de différents types. Dans ce cas, si des anticorps anti-VHC sont détectés, dans la plupart des cas, on peut parler d'infection de cette personne par hépatovirus;
  • Quantitatif - un test qui vous permet de connaître le niveau de charge virale sur le corps du patient. Ce test est effectué si le pathogène a déjà été détecté..

L'analyse des marqueurs protéiques de l'hépatovirus nécessite le respect de nuances spéciales, en particulier:

  • Refus complet d'aliments gras et hépatiques surchargés 24 heures avant l'examen;
  • S'abstenir de consommer de l'alcool et de fumer du tabac un jour avant le test;
  • Aucune nourriture ne doit être prise 8 heures avant l'arrivée au laboratoire;
  • Le meilleur moment pour donner des échantillons de sang est 8 heures du matin..

L'inconvénient de l'analyse PCR pour les anticorps anti-VHC est l'incapacité de déterminer les immunoglobulines avec une charge virale trop faible. Mais si les anticorps contre le virus de l'hépatite C ne sont pas détectés, qu'est-ce que cela signifie? Cela peut signifier que la personne est en parfaite santé. Cependant, l'absence de résultat de test pour les marqueurs protéiques positifs pour le VHC ne signifie pas l'absence de l'agent pathogène dans l'organisme. Peut-être que sa concentration est trop faible, ce qui est souvent observé aux stades initiaux de la maladie ou au cours de l'évolution chronique de la maladie.

Les marqueurs du VHC sont-ils détectables après le traitement??

Les traitements modernes contre le VHC sont très efficaces. Mais si, après un traitement complet, des anticorps anti-hépatite C se retrouvent dans le sang - qu'est-ce que cela signifie? La présence d'immunoglobulines n'indique pas toujours la futilité des manipulations thérapeutiques effectuées..

Après un cours de médicament dans le sang d'un patient, les anticorps anti-hépatite C IgG sont normaux. Ces marqueurs de la maladie peuvent rester dans le corps du patient pendant plusieurs années. De plus, chaque cas est individuel. Le patient doit subir des tests sanguins réguliers et surveiller la quantité d'immunoglobulines. Si les IgM de base anti-VHC n'apparaissent pas et que le niveau d'IgG de base anti-VHC commence à diminuer progressivement, la maladie peut être considérée comme vaincue.

Mais si une longue période de traitement s'est écoulée et que le résultat d'un test d'anticorps pour l'hépatite C est positif, qu'est-ce que cela signifie? Dans ce cas, la probabilité d'un retour récurrent de la maladie est élevée..