5 principales erreurs après avoir retiré la vésicule biliaire

Essayons de comprendre ce qui est le plus souvent négligé par les patients après une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire.

# 1 Élimination complète des graisses de l'alimentation

À la sortie, les chirurgiens donnent un certain nombre de recommandations: repas fractionnés et fréquents, régime numéro 5. Rares sont ceux qui expliquent l'essence du régime lui-même, et plus encore, les aliments autorisés et interdits.

Par conséquent, en utilisant les services d'Internet, le patient arrive à la conclusion - la base de base du cinquième tableau - PAS de gras, épicé, salé, fumé.

En effet, seuls quelques produits sont interdits (oie réfractaire, graisse d'agneau, bacon). Restriction - sur les viandes grasses et les poissons. Et puis, les six premiers mois après l'opération. Le volume du plat mangé est plus important. Un morceau de maquereau sain mais gras cuit à la vapeur un an après la cholécystectomie est normal! Mais les pâtés frits sont vraiment nocifs pour votre foie..

Clarifions à nouveau: sans graisse, de graves pannes se produisent dans le corps. Les processus métaboliques sont perturbés, les vitamines basiques ne sont pas absorbées. Et le plus triste, c'est que sans graisses, la bile à la suite d'un dysfonctionnement du cholestérol commence (ou continue de former des calculs, comme avec la maladie des calculs biliaires). Le tartre peut être déposé dans les voies biliaires.

GRAISSES SATURÉES (huile de palme, huile de coco, aliments frits, viandes fumées, produits laitiers riches en matières grasses)

GRAISSES TRANSGÉNIQUES (margarine, pâtisseries et confiseries)

La vie après l'ablation de la vésicule biliaire

La maladie biliaire (GSD) amène souvent les patients à la table d'opération chez le chirurgien. Après une opération pour enlever une vésicule biliaire avec des calculs (cholécystectomie), les patients ont souvent de nombreuses questions sur leur mode de vie, leur nutrition et leur soutien médical. Dans cet article, nous avons essayé de couvrir tous les aspects possibles de ce problème..

L'opération résout-elle le problème de la formation de pierres?

Tout d'abord, il est nécessaire de divulguer l'idée fausse courante selon laquelle la chirurgie est l'une des options pour traiter les calculs biliaires. En fait, l'essence de la maladie est une modification des propriétés physico-chimiques de la bile produite par le foie. La bile devient plus épaisse, visqueuse, trouble. Les soi-disant «flocons» se forment, se déposant dans la vésicule biliaire, se transformant éventuellement en pierres, qui, à leur tour, peuvent endommager la surface interne de la vésicule biliaire ou bloquer les voies biliaires, ce qui est déjà une indication pour une intervention chirurgicale urgente..

Le problème des calculs biliaires étant initialement une modification de la composition de la bile, l'opération d'élimination de la vessie ne résout pas le problème de la formation de calculs..

Environ 30% des patients opérés présentent des symptômes tels que:

  • douleur à la ceinture
  • lourdeur à droite et à gauche
  • la nausée
  • amertume dans la bouche
  • décoloration de l'urine et des selles.

La réémergence des symptômes peut indiquer le développement de complications après la chirurgie - syndrome postcholécystectomie (PCES). Ce syndrome est corrigé par une thérapie diététique et des médicaments, qui sont prescrits par un gastro-entérologue..

En cas de manifestations graves, telles que fièvre, vomissements, douleur aiguë, il est nécessaire d'appeler d'urgence une ambulance, car ce sont les signes les plus probables qu'une deuxième opération sera nécessaire.

Les 70% restants peuvent penser qu'ils sont libérés du besoin de contrôler leur santé, et c'est l'illusion principale et la plus dangereuse..

Dans les nouvelles conditions anatomiques (sans la vésicule biliaire), il est nécessaire de surveiller régulièrement l'état des voies biliaires par échographie et observation par un gastro-entérologue. Sinon, le risque est élevé:

  • formation de calculs dans le conduit avec tous les symptômes concomitants de calculs biliaires
  • réopération pour extraire la pierre du conduit
  • cicatrices sur le site de la chirurgie, exacerbant les troubles du flux biliaire.

Les patients qui ignorent la maladie peuvent devenir des visiteurs réguliers des salles d'opération. À l'avenir, il peut même nécessiter une intervention chirurgicale répétée sous forme de pose de stent, de drainage, de drainage externe (excrétion percutanée de la bile à l'aide d'un tube).

Suivi médical après chirurgie

Après une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire, le chirurgien ne fait souvent aucune recommandation à long terme. Cependant, afin d'éviter des opérations répétées, des complications et la récurrence des symptômes de la maladie biliaire, il est nécessaire:

  • 1 à 2 fois par an - consultez un gastro-entérologue pour évaluer l'état de la zone hépatobiliaire
  • 1 à 2 fois par an - échographie des organes abdominaux, en particulier échographie du canal cholédoque (canal cholédoque)
  • administration constante ou progressive de médicaments pour fluidifier la bile (acide ursodésoxycholique - UDCA) et d'antispasmodiques selon les recommandations du gastro-entérologue traitant.

Après avoir retiré la vésicule biliaire, assurez-vous de consulter régulièrement un gastro-entérologue et de convenir avec lui de la liste des médicaments approuvés pour la digestion, tels que l'allochol, le mezim, le créon, le festal, etc. Discutez également de la prise d'antibiotiques et de vitamines à l'avenir. Il n'est pas recommandé de prendre des médicaments par vous-même - consultez votre médecin.

Le travail d'autres organes après l'ablation de la vésicule biliaire

L'observation par un gastro-entérologue est nécessaire pour une autre raison. Dans de nouvelles conditions anatomiques, dans lesquelles il n'y a pas de vésicule biliaire, des changements se produisent souvent dans le travail des organes restants du tractus gastro-intestinal. Le foie, le pancréas, les intestins, l'estomac, les voies biliaires elles-mêmes après ablation de la vésicule biliaire fonctionnent différemment.

Lors du retrait de la vésicule biliaire:

  • Il existe une carence relative en hormones spéciales du système entéro-hormonal, qui régulent le tonus de l'anneau musculaire (sphincter d'Oddi), qui entoure les canaux biliaires et pancréatiques (Wirsung). Dans cette situation, un spasme du sphincter persistant peut se développer, ce qui peut entraîner des douleurs dans l'hypocondrie droite et gauche, ainsi que des douleurs aux ceintures qui imitent la pancréatite..
  • La bile ne peut plus s'accumuler dans le «sac», qui est la vésicule biliaire, elle s'écoule donc non concentrée. Cela interfère avec l'activation normale des enzymes pancréatiques dans le duodénum, ​​perturbant une phase intestinale importante de la digestion. En conséquence, une diarrhée ou une constipation peuvent survenir, des troubles de la microflore intestinale.
  • Si le sphincter d'Oddi est dans un état relâché, la microflore du duodénum peut être colonisée dans les voies biliaires non protégées. Cela forme des processus inflammatoires dans les parois des canaux - cholangite.
  • Il existe une opinion dans la communauté médicale selon laquelle l'ablation de la vésicule biliaire est un risque supplémentaire de développement de la stéatose hépatique en raison d'une violation de la production d'hormones gastro-intestinales et de la malnutrition, mais pour le moment, cela n'a pas été confirmé de manière concluante par des études..

Certains patients se demandent si le foie a besoin d'un soutien supplémentaire après l'ablation de la vésicule biliaire. La réponse dépend de l'existence d'une maladie hépatique établie, de lésions de ses tissus (fibrose ou cirrhose), de modifications des tests sanguins biochimiques, etc. La réponse exacte sera donnée par un gastro-entérologue-hépatologue sur la base d'un examen, d'une analyse des plaintes et d'un historique de la maladie. Si nécessaire, le médecin prescrira un traitement spécial pour le foie et les hépatoprotecteurs. Il est dangereux de prescrire des médicaments vous-même.

Mode de vie et nutrition après l'ablation de la vésicule biliaire

Parmi les facteurs menant à la maladie de calculs biliaires et à l'ablation de la vésicule biliaire, une place importante est occupée par une mauvaise alimentation et un mode de vie sédentaire. Une fois supprimés, ces deux aspects nécessiteront bien entendu une surveillance du patient..

Nutrition

La règle la plus importante à suivre est les repas réguliers en petites portions toutes les 2 à 4 heures (repas fractionnés).

Vous devez adhérer à un régime thérapeutique (tableau numéro 5), qui exclut les aliments lourds et nocifs: frits, gras, salés, fumés. L'exception comprend également les boissons alcoolisées, la pâte au beurre, les viandes et poissons gras et d'autres produits..

Mode de vie et activité physique

L'exercice et un mode de vie actif sont essentiels au bon fonctionnement du système digestif. Si l'opération a réussi et que vous ne ressentez plus de douleur, de lourdeur, de nausée et d'autres symptômes, vous pouvez augmenter progressivement l'activité physique après 3-6 mois..

Est-il possible de faire du sport après avoir retiré la vésicule biliaire?

La cholécystectomie, comme toute autre opération, nécessite une période de récupération, au cours de laquelle il ne faut pas pratiquer activement de sport. Vous pouvez reprendre l'entraînement sportif standard 6 semaines après la chirurgie. Cependant, les activités les moins traumatisantes, comme la marche, peuvent être recommandées par le médecin traitant dans la première semaine de la période postopératoire. Les sports qui n'impliquent pas de levage de charges lourdes et d'exercice intense sont généralement relativement bien tolérés par les personnes qui ont réussi à se remettre d'une cholécystectomie. Il est optimal de reprendre progressivement et soigneusement les sports que vous faisiez avant l'opération.

Les sports avec une musculation importante (haltérophilie, dynamophilie, etc.), ainsi que divers domaines des arts martiaux ne font pas partie des types de sports recommandés par les médecins après une cholécystectomie. Après tout, ces sports posent parfois des problèmes, même pour les personnes fortes et résilientes. Dans de rares cas, des exceptions peuvent être faites, sous réserve d'une bonne santé et d'une surveillance constante par le médecin traitant.

FAQ

Donnez-vous une invalidité après l'ablation de la vésicule biliaire?

Selon les critères établis par la communauté médicale, l'absence de vésicule biliaire en elle-même n'est pas une indication d'attribution d'un handicap, car il n'interfère pas avec le travail et l'activité mentale. Dans le cas où le travail du patient est associé à un travail physique intense ou à un stress mental et émotionnel élevé, il peut être recommandé pour faciliter les conditions de travail.

L'invalidité après l'ablation de la cholécystectomie peut être attribuée si des complications apparaissent pendant ou après la chirurgie.

Pour obtenir un groupe de handicap, vous devez demander un examen médical et social (UIT).

Le foie peut-il faire mal après l'ablation de la vésicule biliaire?

Le foie lui-même ne fait pas mal - il n'y a pas de terminaisons nerveuses responsables de la douleur. Si vous ressentez de la douleur et de l'inconfort dans l'hypochondre droit, il s'agit probablement des séquelles d'une chirurgie de la vésicule biliaire, qui devrait disparaître dans une semaine..

Si les symptômes persistent, cela peut indiquer le développement d'un syndrome postcholécystectomie (PCES), avec lequel il est recommandé de consulter un gastro-entérologue.

Est-ce bien d'avoir des relations sexuelles?

L'activité sexuelle, comme le sport, est caractérisée par un large éventail de stress physique et physiologique possible. Une fois la récupération postopératoire terminée, les patients peuvent reprendre une vie sexuelle normale. Cependant, il ne faut pas oublier que certaines positions pendant les rapports sexuels, consistant à soulever un partenaire ou à serrer la région abdominale, doivent être utilisées avec précaution et dans des limites raisonnables..

Est-il possible de porter une grossesse après avoir retiré la vésicule biliaire?

La grossesse doit être planifiée au plus tôt 3 à 6 mois après une opération réussie. Pendant cette période, le corps retrouvera sa force et il deviendra clair s'il y a des conséquences négatives après l'intervention.

Dans tous les cas, la grossesse, l'accouchement, les changements hormonaux sont des facteurs de risque de formation de nouvelles pierres. Pendant et après la gestation, il est nécessaire de porter une attention particulière à la nutrition de la femme enceinte, il est conseillé d'être sous la supervision d'un gastro-entérologue et d'un nutritionniste, pour faire une échographie préventive des voies biliaires.

Est-il acceptable de soulever des poids?

Cela dépend principalement du type d'opération effectuée. Avec une ablation laparoscopique moins invasive de la vésicule biliaire, les restrictions sur l'haltérophilie en période postopératoire sont moins importantes: ne soulevez pas de poids au-dessus de 9-10 kg dans les 4-6 premières semaines. Pour une chirurgie ouverte pour enlever la vésicule biliaire, la limite de poids est de 5 à 6 kg.

Après la fin de la période de récupération, vous pouvez essayer de soulever des poids plus importants, mais vous devez écouter votre bien-être. Si vous ressentez des sensations désagréables dans l'abdomen, vous devez arrêter de soulever des poids et consulter un médecin.

Un rhume immédiatement après la chirurgie est-il dangereux?

Un rhume, des infections respiratoires aiguës ou des infections virales respiratoires aiguës peuvent affecter n'importe quelle personne, et le corps du patient après l'ablation de la vésicule biliaire est particulièrement vulnérable, car son immunité est réduite dans les premières semaines après la chirurgie et l'anesthésie générale. C'est pourquoi, pour la prévention du rhume, il est important d'éviter l'hypothermie, les courants d'air et de suivre le régime prescrit par le médecin..

Le danger est que certaines personnes peuvent développer une pneumonie postopératoire après la chirurgie. Les symptômes de cette maladie dans les premiers stades ressemblent au rhume. Si des symptômes similaires à un rhume apparaissent après l'opération, mais que la température augmente considérablement (au-dessus de 38 ° C), vous devez immédiatement consulter votre médecin..

La même chose doit être faite dans les cas où la température de 37,1 à 38 ° C dure plusieurs jours ou où les symptômes du rhume s'aggravent progressivement.

Est-il possible de prendre des bains chauds, d'aller aux bains et quand?

Une augmentation de la température corporelle dans un bain chaud ou un bain de vapeur augmente le flux sanguin et l'inflammation, le cas échéant. Vous pouvez laver à l'eau tiède et chaude 3-4 semaines après avoir enlevé les points - avec précaution, ne pas être exposé à des températures élevées plus longtemps que nécessaire.

Tu dois être prudent:

  • se prélasser seulement jusqu'à la première transpiration
  • contrôlez votre santé
  • préférez un bain humide à un sauna sec.

Puis-je fumer et boire de l'alcool après avoir retiré la vésicule biliaire??

Essayez d'abandonner les cigarettes ou au moins d'en réduire le nombre autant que possible. La nicotine est l'un des facteurs de formation de nouveaux calculs dans les voies biliaires. De plus, l'immunité est affaiblie après toute opération et le risque de complications augmente. Pour éviter une pneumonie postopératoire, il est conseillé aux fumeurs d'arrêter d'utiliser des produits à base de nicotine, y compris du chewing-gum et des patchs de nicotine, au moins deux semaines avant la chirurgie..

Il en va de même pour la consommation de boissons alcoolisées. Boire de l'alcool pendant la période de récupération postopératoire peut entraîner un risque accru de complications telles que la diarrhée, une augmentation des enzymes hépatiques dans le sang et une récupération plus lente..

Comment le mode de vie change après l'ablation de la vésicule biliaire?

Le mode de vie ne change pas radicalement après la période de récupération, donc après 1 mois, ainsi qu'après 2, 3, 4, 5, 6 mois, après un an ou deux, l'essentiel est de respecter les recommandations générales.

Les principaux changements après la cholécystectomie se concentrent sur l'alimentation et l'exercice. Ils doivent être doux et introduits progressivement et soigneusement. En cas de manifestations alarmantes, vous devez immédiatement consulter votre médecin. C'est une bonne idée de tenir un journal, qui peut être utilisé pour suivre la réponse du corps à des innovations spécifiques..

Il est important de ne pas stimuler le corps, mais d'introduire progressivement et soigneusement de nouveaux éléments dans votre routine qui guérissent et renforcent le corps dans de nouvelles réalités. Il est utile de pratiquer activement les sports les plus doux et harmonieux qui améliorent le métabolisme et réduisent les niveaux de stress (yoga, marche nordique, natation). Le système digestif est sensible aux niveaux de stress, il est donc important d'éviter un stress émotionnel extrême, de maîtriser diverses méthodes de protection contre le surmenage (entraînement autogène, techniques de respiration) ou de demander l'aide d'un psychothérapeute.

Résumons

L'ablation de la vésicule biliaire ne résout pas le problème de l'épaississement de la bile et de la formation de calculs. De plus, la chirurgie peut entraîner une mauvaise digestion et même la réémergence de la douleur et d'autres symptômes avec le PCES.

Par conséquent, après le retrait de la vésicule biliaire, chaque patient doit être surveillé, notamment:

  • visiter un gastro-entérologue qualifié 1 à 2 fois par an, qui peut aider à maintenir une santé retrouvée et à prévenir la re-formation de calculs et la réopération
  • échographie périodique (une fois tous les 6 mois) des voies biliaires et, si nécessaire, pour évaluer l'état du sphincter d'Oddi - examen échographique dynamique des canaux
  • prise en charge des médicaments (si nécessaire)
  • thérapie diététique
  • prudence avec l'activité physique et le sport
  • arrêter de fumer et de boire de l'alcool ou au moins une réduction significative de la consommation.

Si après une chirurgie de la vésicule biliaire vous êtes laissé sans assistance médicale, les médecins du gastro-hépatocentre EXPERT pourront vous aider à maintenir un niveau de santé élevé..

Ablation de la vésicule biliaire - conséquences et vie après la chirurgie

La douleur abdominale et la dyspepsie restent les compagnons d'un patient sur 4 après l'ablation de la vésicule biliaire. Tout est dû à la violation des processus physiologiques qui se développent en réponse à l'exclusion d'un organe éloigné de la chaîne biliaire. Malgré les conséquences désagréables, la cholécystectomie reste le seul moyen de se débarrasser des calculs biliaires. Pour rester en bonne santé, il suffit de changer de mode de vie après la chirurgie.

Pourquoi éliminer la bile

Plus de 2,5 millions de cholécystectomies sont pratiquées dans le monde chaque année. La plus forte tendance de l'activité chirurgicale est observée dans les pays développés. Un taux d'incidence élevé est associé à une dépendance massive à la restauration rapide et aux collations sur le pouce, un mode de vie sédentaire. Si vous continuez à vivre selon ces principes, cela conduira à la stagnation de la bile et à la formation de calculs..

La maladie s'accompagne de la formation de calculs dans la vésicule biliaire. Ils sont différents en composition, forme et quantité. En l'absence de contre-indications, les calculs sont dissous et excrétés dans la bile. Mais l'élimination chimique ou mécanique des pierres ne garantit pas l'absence de récidive. Si le processus métabolique pathologique est démarré, les calculs réapparaissent. Par conséquent, l'ectomie de la vésicule biliaire est le principal moyen de prévenir les conséquences de la maladie des calculs biliaires, qui sont dangereuses pour la vie du patient..

Changements dans le corps après la chirurgie

La chirurgie n'affecte pas le processus de formation de la bile. Même si la bile est éliminée, elle continue d'être produite par les cellules hépatiques. Seulement maintenant, le secret ne reste pas dans la vésicule biliaire, mais va directement au duodénum. La première fois après la cholécystectomie, jusqu'à ce que le foie s'adapte et qu'il commence à synthétiser un volume limité de bile, la personne présentera des symptômes d'indigestion (selles molles, flatulences, nausées).

Si la vessie est découpée, l'anatomie et la physiologie de tout le tube digestif changent:

  • changements dans la structure du pancréas - détectés à l'échographie, comme une augmentation de l'échogénicité;
  • le pancréas produit plus d'enzyme trypsine et moins de lipase;
  • la pression à l'intérieur de l'estomac et de l'espace duodénal augmente;
  • l'écoulement du suc pancréatique est perturbé;
  • la quantité d'Helicobacter pylori sur la muqueuse gastrique augmente;
  • expansion des voies hépatiques et biliaires (jusqu'à 10 mm par ultrasons);
  • la concentration des acides biliaires change;
  • le ton du sphincter d'Oddi est perturbé.

Après cholécystectomie, la bile reste lithogène, la qualité de sa composition chimique ne s'améliore pas. Avec l'élimination de la vésicule biliaire, la possibilité de sa concentration et de sa libération portionnelle dans l'espace duodénal est perdue. En conséquence, il y a une perturbation de l'écoulement de la bile dans l'intestin grêle et une indigestion.

L'écoulement incontrôlé de la bile dans le duodénum et le déséquilibre de ses composants entraînent une digestion et une absorption altérées des composés gras. C'est pourquoi les propriétés antimicrobiennes de la sécrétion se détériorent, ce qui entraîne une augmentation de la valeur numérique des bactéries sur la muqueuse duodénale, une violation de la microflore intestinale, une détérioration de la circulation cyclique des acides biliaires dans le tube digestif..

Complications possibles

Malgré le caractère peu invasif des méthodes chirurgicales modernes, les complications après une intervention chirurgicale pour l'ablation de la vésicule biliaire se produisent assez souvent. La chirurgie abdominale a longtemps été une sauvegarde, la cholécystectomie laparoscopique est la méthode préférée en chirurgie.

La spécificité de la technique réside dans la nécessité de réaliser une résection sous contrôle endoscopique, en observant le processus à l'aide d'une image bidimensionnelle. Le chirurgien est privé de contact tactile avec les tissus, l'organe est prélevé sans pouvoir évaluer objectivement leur état au moment de la chirurgie.

La vessie est excisée par manipulation avec de longs instruments chirurgicaux. Cela rend difficile la chirurgie en cas d'inflammation ou de formation de cicatrices. La palpation instrumentale «aveuglément» menace de percer la paroi de la vessie ou du canal, quelle que soit l'expérience du chirurgien.

Complications après cholécystectomie dues à des erreurs iatrogènes:

  • perforation (ponction) du canal hépatique commun;
  • violation de l'intégrité de la paroi du duodénum;
  • infection des tissus opérés;
  • saignement interne du foie.

Au moment du coincement des instruments et de la ponction de la paroi de la vessie, une fuite de bile dans la cavité abdominale se produit, ce qui menace le développement de la péritonite. En cas de complications opérationnelles, la tactique de prise en charge chirurgicale du patient change radicalement et une laparotomie d'urgence (ablation abdominale) est réalisée.

Dans les premiers jours après la chirurgie

La laparoscopie est réalisée sous anesthésie générale. Au moment de la convalescence de l'anesthésie, le patient reste dans un état léthargique, ses lèvres se dessèchent, il a très soif, des nausées peuvent apparaître, dans de rares cas des vomissements. À l'avenir, les femmes et les hommes opérés présentent les symptômes suivants:

  • douleur dans le côté droit;
  • bouche sèche et démangeaisons, hoquet;
  • sensation de faim terrible;
  • manifestations allergiques - urticaire, œdème de Quincke, choc anaphylactique, qui met la vie en danger;
  • l'apparition de symptômes neurologiques - engourdissement, brûlure, picotements sur la peau.

L'anesthésie après une ectomie de la vésicule biliaire a un effet déprimant sur la thermorégulation. C'est pourquoi certains patients connaissent une forte augmentation ou diminution de la température corporelle..

Complications postopératoires

Les 7 premiers jours, le patient est sous la surveillance constante du médecin traitant. Cette période est appelée période postopératoire précoce, au cours de laquelle une personne peut développer des complications dangereuses:

  • péritonite - inflammation du péritoine, à la suite d'une blessure à la vessie lors de son retrait;
  • fistule biliaire externe - une ouverture non cicatrisante à travers laquelle la bile s'écoule des canaux vers l'extérieur;
  • abcès de la cavité abdominale - suppuration de la paroi abdominale (peut précéder la péritonite);
  • hématome de la plaie postopératoire - accumulation de sang dans la zone de la zone opérée;
  • infiltration - un sceau inflammatoire;
  • pleurésie du côté droit avec production d'exsudat - inflammation des feuilles pleurales du poumon droit avec accumulation de liquide dans la cavité;
  • obstruction adhésive précoce - une diminution de la lumière des voies biliaires due à des excroissances cicatricielles peut entraîner une jaunisse obstructive.

En l'absence de mesures préventives, après une cavité ou une cholécystectomie laparoscopique, une complication grave peut se développer - thromboembolie pulmonaire.

Il s'agit d'une maladie dans laquelle les caillots sanguins formés dans les veines des membres inférieurs lors de la stase sanguine pendant la chirurgie sont transportés avec le flux sanguin vers les artères pulmonaires. Cela menace de blocage des navires et de mort..

Les conséquences de la suppression

Malgré le fait que la vésicule biliaire n'est pas un organe vital, son absence entraîne de graves changements dans la physiologie de tous les composants du tube digestif. De telles conclusions ont été tirées par des spécialistes de la médecine étrangère et nationale, sur la base des résultats de nombreuses années de recherche, qui sont régulièrement publiés dans des articles sur un site Web médical faisant autorité..

Syndrome de postcholécystectomie

Si la vésicule biliaire est retirée, la conséquence la plus fréquente est un dysfonctionnement du sphincter d'Oddi (deuxième nom du syndrome postcholécystectomie). Elle survient chez 40% des patients et peut développer:

  • pour l'hypertonicité - le muscle articulaire est toujours en tension;
  • par hypotonie - lorsque le sphincter est constamment détendu.

Les problèmes sont causés par l'absence de la vésicule biliaire, qui simule le travail du sphincter des voies biliaires en transmettant un signal sous forme d'influx nerveux et en stimulant la production de cholécystokinine. Le manque de communication avec la vésicule biliaire provoque une discoordination du sphincter d'Oddi, qui se heurte aux symptômes suivants:

  • douleur dans la région de la vessie retirée;
  • lourdeur et inconfort dans l'estomac;
  • nausées Vomissements;
  • brûlures d'estomac, flatulences;
  • éructations, diarrhée.

La correction de toute conséquence après le retrait consiste en un traitement médicamenteux, le respect des recommandations du médecin concernant l'alimentation, l'alimentation, le mode de vie. En cas de violations graves, la fonction du sphincter est restaurée par une intervention chirurgicale.

Cholédocholithiase

Les troubles métaboliques et la lithogénicité de la bile persistent après une ectomie de la vésicule biliaire, de sorte que même après quelques années, des calculs peuvent se former à nouveau. Mais cette fois, leur localisation est le canal cholédoque (canal cholédoque). Les concrétions obstruent l'écoulement de la bile et conduisent aux signes typiques de formation de calculs:

  • cholangite - une lésion inflammatoire des parois des canaux;
  • jaunisse obstructive - due à une augmentation de la concentration de bilirubine dans le sang;
  • colique hépatique - douleur aiguë paroxystique sous la côte droite.

Avec le développement de processus inflammatoires, des nausées, des vomissements, de la fièvre avec une forte augmentation de la température corporelle jusqu'à 39 degrés et une transpiration accrue rejoignent le syndrome de la douleur. Si la pierre bloque le conduit, des signes de jaunisse apparaissent - jaunissement de la peau et de la sclérotique. Dans ce cas, la dissolution ou l'élimination des calculs est indiquée pour normaliser la condition..

Pancréatite biliaire

La vie après la chirurgie, à savoir l'ectomie de la vésicule biliaire, est assombrie par des problèmes de pancréas. Violation du mécanisme de production d'enzymes, le suc pancréatique retardé conduit à une inflammation des organes. La maladie peut progresser pendant de nombreuses années et se manifeste:

  • des accès de douleur dans l'abdomen droit et gauche;
  • parfois le syndrome de la douleur peut être un zona;
  • une attaque provoque la consommation d'aliments gras, épicés et frits;
  • chez certains patients, un syndrome douloureux peut apparaître la nuit;
  • lors d'une exacerbation, il y a une légère augmentation de la température corporelle.

La nutrition joue un rôle majeur dans le traitement de la pancréatite biliaire, ce qui réduit la charge sur le système biliaire et favorise le repos du pancréas.

Pendant une période d'exacerbation sévère, les hommes et les femmes se voient prescrire une faim thérapeutique de 3 jours et l'utilisation d'eau minérale sans gaz. À l'avenir, des recommandations sont données sur le respect du régime n ° 5 avec une restriction stricte des graisses. Les conséquences après l'ablation de la vésicule biliaire dépendent directement de la nutrition, il est donc important de suivre un régime.

Reflux duodénogastrique

Après le retrait de la vésicule biliaire, dans le contexte d'une violation du mécanisme du sphincter d'Oddi, le contenu du duodénum est jeté dans l'estomac. Le phénomène pathologique s'accompagne des symptômes suivants:

  • douleur qui se propage dans tout l'abdomen;
  • la langue est recouverte d'un revêtement jaune;
  • éructations, brûlures d'estomac.

Le reflux est confirmé par un examen échographique des organes abdominaux, il est traité avec des médicaments, dans les cas graves, chirurgicalement. Un long cours de reflux duodénogastrique conduit au développement d'ulcères gastriques et duodénaux en raison de l'effet agressif de la bile sur la muqueuse gastro-intestinale.

Gastrite et œsophagite

L'inflammation de l'estomac et de l'œsophage est fréquente après l'ablation de la vésicule biliaire. L'injection régulière de bile caustique irrite les parois du tractus gastro-intestinal supérieur, détruit la couche protectrice de mucus et provoque une réaction inflammatoire. Avec des dommages à l'œsophage, une personne apparaît:

  • sensation de boule dans la gorge;
  • douleur en avalant;
  • brûlure, brûlures d'estomac.

Dans les cas compliqués, la voix devient rauque, des ulcères buccaux se forment, une mauvaise haleine, la douleur se propage derrière le sternum et irradie vers le dos. Habituellement, si la vésicule biliaire a été retirée, une conséquence telle qu'une ésopharyngite est associée à une gastrite. Ceci est lourd de l'apparence:

  • douleur sourde et douloureuse dans la région épigastrique;
  • lourdeur dans le haut de l'abdomen;
  • brûlures d'estomac, éructations;
  • vomissements avec bile et mucus;
  • fleur grise sur la langue;
  • perte d'appétit.

Le processus pathologique s'étend au service intestinal, provoquant un grondement dans l'abdomen, des flatulences, des selles dérangées - alternant constipation et diarrhée. Pour améliorer l'état après avoir retiré la vésicule biliaire, il est conseillé à une personne de suivre un régime. Un conseil important est la nécessité de mener une vie saine, en évitant l'alcool et d'autres mauvaises habitudes..

Kystes

Après une intervention chirurgicale pour enlever la vésicule biliaire, une hypertrophie kystique du canal biliaire est souvent détectée. Il ressemble à un petit sac et apparaît:

  • Douleur d'estomac;
  • coloration jaune de la peau;
  • une augmentation de la température corporelle jusqu'à 38,5 degrés;
  • malaise général, faiblesse;
  • perte de poids.

Chez un patient sur trois, les kystes sont palpés à la palpation. Ces complications sont traitées après le retrait de la vésicule biliaire avec une opération, les formations sont supprimées. En l'absence de traitement adéquat, ils peuvent dégénérer en tumeurs oncologiques, ce qui est dangereux pour la santé et la vie du patient..

Hernie postopératoire

Malgré le faible traumatisme après la laparoscopie, des saillies ressemblant à une hernie dans la zone de suture sont observées assez souvent. Le risque de divergence partielle de la cicatrice postopératoire apparaît si les recommandations du médecin concernant l'activité physique et la nécessité de porter un bandage ne sont pas suivies.

Il est impossible de vivre avec une hernie, elle est lourde d'atteinte au sac herniaire, de nécrose de son contenu et du développement ultérieur d'une péritonite.

Les problèmes peuvent être évités si vous écoutez les conseils du médecin - pour soutenir la paroi abdominale antérieure avec une ceinture postopératoire, prévenir la constipation et doser l'activité physique.

Prévention des complications

Dans la plupart des cas, la qualité de vie s'améliore après une cholécystectomie. Chez les patients, les coliques, les nausées, les brûlures d'estomac, l'amertume dans la bouche disparaissent. Afin de se sentir bien, il est important d'éviter d'éventuelles conséquences indésirables avant même l'opération:

  • diagnostic préopératoire complet (échographie) pour identifier les pathologies chroniques pouvant affecter la santé en période postopératoire;
  • arrêt des anticoagulants;
  • passer à un régime modéré en 3 jours.

Pour éviter les conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire, deux mois après l'opération, vous devez vivre, en évitant l'effort physique, sans ignorer les conseils importants sur le respect du régime alimentaire. Si la vésicule biliaire était coupée, le régime ne devrait pas être perçu comme une restriction alimentaire à court terme, mais devenir un mode de vie.

Rééducation après chirurgie

Un risque élevé de complications persiste pendant une longue période après la résection de l'organe affecté. Une adaptation progressive du corps est nécessaire pour maintenir le bien-être et un mode de vie habituel après l'ablation (cholécystectomie) de la vésicule biliaire.

Pendant la période de rééducation, les objets lourds ne doivent pas être soulevés, l'activité physique doit être limitée à de longues promenades à l'air frais. Pour éviter la stagnation, il est utile de faire des exercices physiques simples - soulève les jambes, «vélo», exercices de respiration.

Après l'ablation chirurgicale de la vésicule biliaire, une stagnation de la bile se produit souvent. Pour le normaliser, le patient prend des médicaments cholérétiques, des enzymes et des médicaments qui aideront à restaurer la microflore intestinale. De plus, vous devez effectuer plusieurs séances de physiothérapie - magnétothérapie, traitement par ondes ultrasonores. Si vous menez une vie correcte et suivez les recommandations médicales, vous pouvez vivre une vie normale d'une personne en bonne santé..

Régime

Si la vésicule biliaire a été enlevée, il est important de passer à un régime, en examinant le régime quotidien et la prise alimentaire. L'évacuation de la bile des canaux se produit après avoir mangé, vous devez donc manger plusieurs fois - 5 à 6 fois par jour. Pour soulager la charge sur les voies biliaires, les plats peuvent être cuits au bain-marie, cuits au four, bouillis:

  • soupes végétariennes aux céréales;
  • faire des boulettes de viande, des boulettes de viande cuites à la vapeur à partir de viande maigre;
  • poisson cuit et bouilli provenant de variétés faibles en gras;
  • les produits laitiers fermentés, le fromage cottage faible en gras, le kéfir sont mieux choisis avec des compléments alimentaires;
  • bouillie bouillie (sarrasin, gruau) avec une petite quantité de beurre;
  • biscuits secs, miel, guimauves;
  • thé faible sans sucre, eau minérale sans gaz, bouillon d'églantier.

Après avoir retiré la vésicule biliaire, les aliments épicés, gras et frits sont exclus du régime alimentaire, la restriction en sel peut atteindre 5 g par jour. Les aliments interdits comprennent:

  • produits de pâtisserie, tartes frites, gâteaux;
  • bouillons gras, porc, agneau;
  • alcool, café, boissons gazeuses;
  • pas de fruits aigres;
  • exclure le chou, les oignons, l'ail, les radis, les épinards et les radis des légumes;
  • les collations épicées, les épices sont nocives.

Ne pas trop manger, la taille de la portion ne doit pas dépasser 200 ml. La nourriture doit être chaude, la nourriture froide provoque un spasme des voies biliaires. Pour les personnes ayant subi une cholécystectomie, le régime alimentaire est important tout au long de la vie.

Prévoir

En moyenne, la récupération du corps des hommes et des femmes dure environ 12 mois. Pendant ce temps, le foie s'adapte pour remplir les fonctions de la vésicule biliaire après son retrait et le patient peut prendre des pauses dans l'alimentation. Il est progressivement recommandé d'inclure de nouveaux produits dans le menu, mais pas plus d'un par mois. Pour maintenir l'effet positif après la chirurgie, il est important de maintenir un mode de vie sain à tout moment.

Pour éliminer le risque de complications possibles, vous devez être régulièrement examiné par un médecin. Le premier diagnostic de contrôle est réalisé un an après la chirurgie. Après avoir étudié ses résultats, un spécialiste pourra tirer des conclusions sur le niveau d'adaptation du corps aux nouvelles conditions. La durée de vie après l'ablation de la vésicule biliaire ne dépend que de l'humeur et de l'auto-discipline du patient.

Quels médicaments prendre après l'ablation de la vésicule biliaire, recommandations

La bile est produite dans le foie, s'accumule dans un récipient physiologique spécial (vésicule biliaire, vésicule biliaire) et est fournie à l'aide de sphincters et d'une compression des parois de l'organe dans la quantité requise à travers les canaux jusqu'à la zone de l'ouverture duodénale 12.

La nécessité d'une résection de la vésicule biliaire survient lorsque des calculs sont trouvés dans la vésicule biliaire ou les canaux, des dommages au corps par des formes invasives, des déviations anatomiques dans la forme ou la taille de l'organe. Après avoir effectué une intervention chirurgicale appelée cholécystectomie, le corps se reconstruit aux nouvelles conditions de travail, provoquant la manifestation de symptômes cliniques caractéristiques.

À ce stade, le patient peut faire face à des manifestations de la réaction du corps à l'intervention, qui peuvent être conditionnellement divisées en conséquences normales et pathologiques. Afin d'éviter l'apparition de complications et de minimiser ces réactions, après la fin de l'opération, le patient doit demander au thérapeute: quels médicaments prendre après avoir retiré la vésicule biliaire.

Rééducation postopératoire

Après l'opération, il faudra environ un an pour «apprendre» aux voies biliaires à «faire le travail» de l'organe enlevé. L'essentiel est que la cholécystectomie a peu d'effet sur la qualité de vie du patient du point de vue physiologique: puisque les calculs se forment dans un organe qui fonctionne déjà mal ou ne fonctionne pas du tout. Pour cette raison, le corps humain, après avoir coupé la bulle, ressent une sorte de soulagement, car il "dit au revoir" presque sans douleur à l'un de ses nombreux problèmes. Cependant, la période postopératoire est différente pour chaque personne..

La rééducation après cholécystectomie est réalisée dans les domaines suivants:

  1. thérapie médicamenteuse;
  2. respect strict du régime alimentaire;
  3. respect du régime alimentaire;
  4. physiothérapie.

L'estomac, le pancréas, le foie et les intestins commencent d'abord à s'adapter au nouveau mode de travail. À ce moment, le patient a besoin de médicaments de soutien. La prise de médicaments spéciaux facilite et accélère le déroulement des processus de digestion. La pharmacothérapie postopératoire est prescrite par le médecin sur une base individuelle, en tenant compte de la particularité de l'opération, de l'état de santé général du patient, de son âge et d'autres facteurs.

Le plus souvent, les médecins prescrivent les médicaments suivants:

  • antispasmodiques - substances qui réduisent les spasmes des muscles lisses;
  • préparations enzymatiques - médicaments qui améliorent le processus de digestion et incluent des enzymes digestives dans leur composition;
  • médicaments qui améliorent la microflore intestinale;
  • hépatoprotecteurs - un groupe de médicaments utilisés pour traiter et restaurer le foie.

But de la vésicule biliaire

L'organe est un réservoir destiné à l'accumulation d'une sécrétion produite par le foie avec une teinte verdâtre ou jaunâtre, sécrétée dans un corps sain à raison de 500 à 1400 ml / jour. La composition physique de la bile se présente sous forme d'acides choliques, désoxycholiques, de cholestérol, de phospholipides, d'oligo-éléments, d'enzymes, d'urée et de vitamines. Parmi les fonctions remplies par le secret, les experts appellent:

  1. L'action des acides qui assurent la libération du suc pancréatique nécessaire à la digestion des aliments.
  2. Assurer la neutralisation de la réaction acide du contenu de l'estomac avant l'entrée des composants dans le duodénum 12.
  3. L'effet émulsifiant des acides sur les graisses, offrant la possibilité de leur digestion ultérieure par la lipase, qui fait partie de la sécrétion sécrétée par le pancréas.
  4. Liaison de la pepsine à l'aide de protéines qui composent la bile.
  5. Assurer l'élimination partielle ou complète des médicaments du groupe des sulfamides, salicylates, alcaloïdes.

Après l'extirpation de la vésicule biliaire, le cours normal du processus digestif est perturbé, pour compenser les changements dans lesquels l'utilisation de médicaments est recommandée.

Traitement médicamenteux après cholécystectomie

Les patients qui ont subi une intervention chirurgicale, qui sont en bonne santé, d'humeur et ne se plaignent pas de douleurs au foie et d'autres inconforts, n'ont généralement pas besoin de traitement spécial. Tout ce qui leur est demandé, c'est de savoir quoi manger après avoir retiré la vésicule biliaire et de suivre un régime alimentaire spécial, pas très strict..

Médicaments contre le «syndrome de prolifération bactérienne»

Chez environ 40% des patients après une cholécystectomie, des douleurs douloureuses surviennent. En outre, il existe d'autres conséquences de l'ablation de la vésicule biliaire par la méthode laparoscopique, par exemple:

  • éructations;
  • flatulence;
  • amertume en bouche;
  • problèmes de selles;
  • la nausée.

Après le retrait de la vésicule biliaire, le niveau de bactéries dans le duodénum augmente

Ces sensations sont souvent dues au fait que la bile cesse d'exercer sa fonction bactéricide, les microbes se multiplient dans le duodénum, ​​à la suite de quoi leur nombre commence à dépasser la norme. Les scientifiques appellent cette condition le syndrome de la prolifération bactérienne dans l'intestin grêle. Il est traité avec des agents antimicrobiens (furazolidone et biseptol). Les cours d'antibiotiques et de médicaments destinés à restaurer la microflore intestinale améliorent considérablement le bien-être de ces patients. Dans ce cas, les antibiotiques sont prescrits strictement selon les indications. En règle générale, il est recommandé de les prendre dans les 5 à 7 jours, puis un traitement médicamenteux est nécessaire pour restaurer la microflore normale dans l'intestin:

  • linex;
  • bifidum;
  • bifidobactérine, etc..

Pendant le traitement antibiotique, vous devez boire une multivitamine.

Traiter d'autres problèmes du système digestif

Parfois, les personnes qui ont subi une intervention chirurgicale peuvent être préoccupées par des douleurs de nature différente, causées par d'autres problèmes du système digestif. L'inconfort peut être causé par une pancréatite concomitante, des lésions hépatiques, une maladie de l'estomac ou un dysfonctionnement biliaire.

Auparavant, ces maladies étaient combinées en un seul groupe "syndrome postcholécystectomie". Aujourd'hui, les patients opérés se voient prescrire un traitement individuel, qui dépend de la nature du problème. Ainsi, pour les violations causées par la cause du dysfonctionnement des voies biliaires, il est nécessaire de prendre des antispasmodiques:

  • no-shpu;
  • duspatalin;
  • buscopan, etc..

L'antispasmodique de la mébévérine de nouvelle génération a fait ses preuves, ce qui favorise un écoulement facile de la bile dans le duodénum. Ce remède est délivré sur ordonnance. Les médicaments qui éliminent les spasmes peuvent être bu en 2 à 4 semaines, ils peuvent également être recommandés pour l'admission uniquement lorsque la douleur apparaît..

Avec une pancréatite concomitante (inflammation du pancréas, provoquée par sa défaite par ses propres enzymes), des agents enzymatiques et des médicaments sont nécessaires pour réduire la sécrétion gastrique. Les médicaments enzymatiques comprennent:

  • creon;
  • la pancréatine;
  • micrasim, etc..

Les enzymes ont également des effets analgésiques. La durée du cours et la posologie sont sélectionnées individuellement.

Si la douleur est causée par une production accrue de gaz dans l'intestin, pour éliminer ces symptômes, vous devez boire:

  • météospasme;
  • espumisan;
  • sous-simplex, etc..

De plus, les aliments qui contribuent à l'accumulation de gaz doivent être exclus de l'alimentation:

  • bananes;
  • chou;
  • les légumineuses;
  • boissons au gaz;
  • raisins et raisins secs;
  • pain frais;
  • aliments frits et gras;
  • lait entier.

Pour assurer le fonctionnement normal du duodénum et du sphincter d'Oddi, vous devez boire des procinétiques (médicaments qui stimulent la motilité du tractus gastro-intestinal) 15 minutes avant un repas:

  • motilium;
  • débrider;
  • cerucal.

Ainsi que des polyenzymes et des médicaments fortifiants: Essentiale Forte, Creon, Festal, vitamines.

Conseil: l'auto-sélection des médicaments peut non seulement ne pas améliorer, mais aussi aggraver la maladie. Vous devez informer votre médecin des effets secondaires des médicaments prescrits. Lui seul peut remplacer un remède par un autre, en tenant compte du tableau général de la période de rééducation.

Comment éviter les rechutes?

Examen duodénal du duodénum

Tout d'abord, vous devez comprendre que les problèmes de vessie surviennent en raison d'un foie malsain. Si le foie n'est pas sain, cela réduit la qualité de la bile. L'opération n'affecte pas la composition de la bile. Cela signifie que la production de bile formant des calculs par les hépatocytes (cellules hépatiques) peut persister. Ce phénomène est appelé «insuffisance biliaire». Par conséquent, la tâche principale de la période postopératoire est l'analyse biochimique de la composition de la bile, effectuée à intervalles réguliers. L'examen échographique ne peut pas montrer un résultat approprié. Par conséquent, les médecins choisissent l'examen duodénal du duodénum. Afin de savoir s'il existe un risque de récidive ou de formation secondaire de calculs, 5 ml de liquide sont placés au réfrigérateur pendant 12 heures. Si un sédiment se forme pendant ce temps, la bile produite par le foie est capable de former de nouvelles pierres..

Dans ce cas, le médecin prescrit des médicaments contenant de la bile et des acides biliaires:

  • cholenzyme;
  • lyobil;
  • allochol.

Ces médicaments sont utilisés pour le traitement de remplacement de l'insuffisance biliaire due à l'absence de vésicule biliaire. Il existe d'autres pilules qui stimulent la formation et la sécrétion de bile: l'osalmide et le cyclovalon.

Conseil: tous les rendez-vous avec les patients en période postopératoire sont faits strictement sur une base individuelle! Vous ne pouvez pas prendre de médicaments cholérétiques sur les conseils d'amis, de connaissances et de pharmaciens!

Pour protéger les muqueuses des effets toxiques des acides biliaires, il est nécessaire de boire 300 à 500 mg d'acide ursodésoxycholique avant le coucher. Cet acide se trouve dans les médicaments suivants:

  • enterosan;
  • hépatosan;
  • ursofalk;
  • ursosan.

Les deux derniers médicaments ont exactement le même effet, la seule différence est que le premier est plus courant à l'Est et le second en Europe..

Hépatoprotecteurs

Les hépatoprotecteurs ne sont pas des analgésiques, mais ils protègent les cellules hépatiques, ont un effet bénéfique sur la composition de la bile et ont un effet anti-inflammatoire. Ces fonds sont généralement inclus dans un traitement complexe et sont prescrits dans des cours d'une durée de 1 à 6 mois. Ceux-ci inclus:

  • hepabène;
  • ursosan;
  • eslidin;
  • Essentiale Forte;
  • extrait de chardon-Marie.

Une évaluation opportune et correcte des symptômes cliniques du patient après l'ablation de la vésicule biliaire permet de choisir la thérapie optimale et, par conséquent, d'améliorer la qualité de vie du patient opéré..

Après une cholécystectomie, il est recommandé d'être observé par un gastro-entérologue ou un thérapeute pendant six mois. Si pendant ce temps aucun trouble digestif n'est détecté, alors le patient est retiré du dispensaire.

Nous vous conseillons de lire: ce que vous pouvez manger avant de retirer la vésicule biliaire

Attention! Les informations sur le site sont présentées par des spécialistes, mais sont à titre informatif uniquement et ne peuvent pas être utilisées pour l'auto-traitement. Assurez-vous de consulter un médecin!

Tous les avis28 septembre 2007

Comment faciliter l'adaptation du corps à la vie sans vésicule biliaire?

Toute opération est stressante. Mais vous pouvez être heureux que le vôtre soit l'un des plus courants. De plus, ces dernières années, elle a été de plus en plus pratiquée par voie endoscopique, moins traumatisante qu'une opération abdominale. Votre tâche pour les 1,5 à 2 prochaines années est d'aider les voies biliaires à reprendre les fonctions de la vésicule biliaire retirée. Toute cette période se déroulera sous le signe des quatre «baleines» - régime, régime, pharmacothérapie et gymnastique.

Indications de l'extirpation de la vésicule biliaire

L'opération, qui se caractérise par un traumatisme, consiste à pratiquer des incisions du péritoine à 4 endroits. Cette procédure est prescrite dans de rares cas, en tenant compte non seulement du coût élevé de sa mise en œuvre, de la douleur, de l'inconfort pour le patient, mais également des conséquences résiduelles..

Celles-ci se présentent sous la forme de la nécessité de prendre des médicaments à long terme et des cicatrices ou cicatrices restant sur le site de l'opération. Néanmoins, il existe un certain nombre d'indications, dont la détection indique un dysfonctionnement complet ou partiel du tractus gastro-intestinal ou la présence d'un risque de complications potentielles. Parmi les situations dans lesquelles une cholécystectomie est prescrite, les experts comprennent:

  • détection de petites pierres dans l'organe, créant un risque potentiel d'obstruction des conduits avec des calculs;
  • la présence de gros calculs ou de bords tranchants dans la vésicule biliaire, lors de la détection desquels l'extirpation est prescrite s'il est impossible de les détruire à l'aide d'un traitement médicamenteux;
  • dommages à la vésicule biliaire par des formes invasives de parasites;
  • détection de la cholécystite, survenant avec des lésions bactériennes de l'organe;
  • la présence de pathologies congénitales du développement, des déviations de forme, de taille, de surface du tractus gastro-intestinal.

En présence de douleurs dans la région de la vésicule biliaire non liées à la prise alimentaire, après examen et détection des calculs, le médecin peut prescrire une laparoscopie comme alternative à la cholécystectomie. Cette procédure est une intervention mini-invasive, dont le but est d'éliminer les calculs tout en préservant l'organe.

Aujourd'hui, demain et toute ma vie

«Aujourd'hui» débute le 1er jour postopératoire et se termine par la sortie de l'hôpital quel que soit le type d'intervention: endoscopique ou cavité. À ce moment-là, lorsque les points de suture guérissent et que les intestins sont affaiblis et pas du tout prêts à travailler à pleine charge, le régime alimentaire doit être le plus strict. Vous ne pouvez boire que du thé faible, du jus de fruits non acides, à moitié dilué avec de l'eau, de l'eau minérale comme Borjomi sans gaz - 1/2 tasse 4 à 6 fois par jour. Le 2ème jour, il est permis de manger de la soupe gluante, de la purée de riz ou de la farine d'avoine, de la gelée. À partir du 3ème jour, vous pouvez ajouter du fromage cottage faible en gras, de la viande bouillie, du poisson, du poulet sous forme de côtelettes à la vapeur, des craquelins de pain blanc - un peu de tout. Et ainsi - jusqu'à la décharge. «Demain» vient lorsque vous franchissez le seuil à la maison et dure 1,5 à 2 mois. Le régime alimentaire est économe: non seulement le système biliaire est peu chargé, mais également le pancréas, l'estomac, le duodénum, ​​qui, en règle générale, souffrent également d'une maladie de la vésicule biliaire. Il est interdit de manger tout ce qui contient des graisses réfractaires - saindoux, porc et agneau gras, oie, canard. Exclure du menu les bouillons riches, la viande frite, les plats de poisson et de légumes, les viandes fumées, les conserves, le poisson salé et fumé, le kéta et le caviar granulé, les marinades, y compris les champignons marinés et salés, l'oseille, les épinards, les oignons, l'ail, les épices chaudes, frais fruits et légumes, car ils ont un fort effet de saponification. Il faudra renoncer au pain de seigle (on ne peut manger que du pain blanc ou séché d'hier), ainsi qu'aux produits de pâte frite: crêpes, tartes, chebureks, badigeon. Oubliez les gâteaux, brownies à la crème, chantilly. Plats à base de viande, de poisson et de légumes - non seulement bouillis ou cuits à la vapeur, mais aussi hachés, mieux écrasés. La nourriture ne doit être ni trop chaude ni trop froide. Tiède est exactement ce dont vous avez besoin. On ne peut penser qu'aux glaces et aux boissons avec de la glace, car le froid provoque par réflexe un spasme des voies biliaires et une crise de douleur. Pour la même raison, vous devez refuser l'okroshka du réfrigérateur au chaud. Étant donné que les aliments rares et abondants peuvent également provoquer un spasme des voies biliaires, vous devez manger au moins 6 à 7 fois par jour (la dernière fois au plus tard 2 heures avant le coucher). Je recommande de ne pas boire plus de 1,5 litre de liquide, afin de ne pas augmenter la quantité de bile sécrétée. Bien sûr, les restrictions gastronomiques n'ajoutent pas de joie, mais il ne faut pas en faire une tragédie. L'abondance de produits d'aujourd'hui plus un peu d'imagination - et sur la table, comme sur une nappe auto-assemblée, il y aura de nombreux plats savoureux et sains. Il s'agit d'une variété de soupes végétariennes - légumes, céréales, produits laitiers, viande, poisson, plats de volaille sous forme de côtelettes cuites à la vapeur, petits pains, soufflé, fromage cottage et plats préparés à partir de celui-ci, fromages doux et produits laitiers, légumes bouillis ou en purée - carottes, chou, betteraves, courgettes, citrouille, maïs, fruits et baies sous forme de compote de fruits, gelée, mousse, toutes sortes de céréales, casseroles, plats de pâtes. Ce régime numéro 5 auquel vous adhérez pendant les 2 prochaines années, mais pas aussi strictement. Les repas restent fractionnés, mais pas 6-7, mais 5-6 fois par jour. Quant au liquide, si on le souhaite, la quantité peut être augmentée à 2 litres. Toutes les autres indulgences gastronomiques sont mieux faites avec la permission du médecin. Pour les personnes en surpoids, je vous conseille de réduire l'apport calorique en utilisant de la farine, des pâtes, des bonbons, du sucre. Il est utile d'organiser une journée de jeûne une fois par semaine: pomme, viande, kéfir. Il est recommandé à ceux qui ont subi l'opération d'avoir une journée de compote de riz: buvez 1,5 litre de compote de fruits secs en 5 doses, et mangez 3-4 cuillères à soupe de bouillie de riz avec des fruits secs de la compote pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. La compote et la bouillie sont cuites sans sucre. N'oubliez pas les vitamines et, tout d'abord, l'acide ascorbique: il doit être pris sous forme de comprimé 3 fois par jour. La vitamine de pharmacie peut remplacer avec succès l'infusion d'églantier, qui est riche en vitamine C et a également un effet cholérétique. Versez les baies hachées avec de l'eau bouillante (à raison d'une cuillère à soupe de baies dans un verre d'eau bouillante) et laissez dans un thermos pendant 8 à 10 heures. Boire 1/2 tasse 2 fois par jour. Pour ceux dont la vésicule biliaire a été enlevée en raison d'une maladie de calculs biliaires, les aliments riches en cholestérol devront toujours être limités: l'ablation de la vésicule biliaire ne permet pas encore de se débarrasser de la maladie des calculs biliaires. Si vous interrompez votre régime, des calculs de cholestérol peuvent se former encore et encore dans les voies biliaires, "poussant" pour une deuxième opération. Quant à ceux qui ont subi une cholécystectomie pour cholécystite non calculeuse, si vous vous sentez bien 2 ans après l'opération, vous pouvez progressivement vous éloigner du régime n ° 5..

Hépatoprotecteurs

Contre la réapparition de calculs du canal cholérétique, des hépatoprotecteurs sont prescrits. Ils, avec les préparations de lécithine bioactive et les acides gras polyinsaturés, donnent une dynamique positive dans le traitement postopératoire. Ils ont un bon effet sur l'état général du corps, ont des effets antispasmodiques et cholérétiques, protègent le foie.

La composition des hépatoprotecteurs contient des herbes qui soulagent la douleur antispasmodique, la bile mince et réduisent le risque de nouveaux calculs.

Les hépatoprotecteurs courants sont Karsil ou Essentiale Forte. Le médicament Karsil est fabriqué à base d'extrait de chardon-Marie, tonifie les cellules hépatiques, neutralise les substances toxiques et améliore la production de bile. Le médicament, avec une utilisation constante, détend les sphincters, normalise le métabolisme et la digestion. La prévention de la lithiase urinaire, la thérapie réparatrice après la chirurgie s'accompagnent également de l'utilisation de Karsil.

Essentiale est un médicament d'origine chimique, a un effet beaucoup plus large et a un degré d'absorption plus élevé. Essentiale est prescrit s'il y a:

  • maladie inflammatoire du foie;
  • troubles chroniques de la formation de la bile;
  • irradiation.

Les remèdes courants après l'ablation de la vésicule biliaire sont des médicaments contenant de l'acide ursodésoxycholique, qui dissout les calculs biliaires et abaisse le cholestérol. L'acide améliore l'excrétion de la bile et empêche sa stagnation. L'acide ursodésoxycholique contient Ursofalk, Urdoksa, Ursosan, Livodexa.

Les comprimés d'acide ursodésoxycholique stimulent la sécrétion et le renouvellement des lymphocytes T. La substance a des contre-indications, son utilisation est inacceptable dans l'inflammation aiguë des intestins et certains types de maladies biliaires, ainsi que si une personne abuse de l'alcool. Seul un médecin qualifié peut prescrire de l'acide après un examen approfondi..

Urdoksa améliore l'excrétion de la bile formée, abaisse le cholestérol et renforce le corps, aide à liquéfier de petites formations de sécrétions hépatiques chaque jour et prévient l'apparition de nouveaux calculs.

Ursofalk a des propriétés similaires à Urdoksa. Agit mieux et plus largement, pénètre dans les cellules hépatiques et restaure le métabolisme cellulaire.

Ursofalk est pris une fois par jour. Le médicament a rarement un effet secondaire autre qu'un trouble mineur. La nomination d'Ursofalk est contre-indiquée en cas d'insuffisance rénale et hépatique et en présence de calculs à teneur accrue en calcium.

Quand un deuxième front est nécessaire

La période postopératoire se déroule calmement, sans complications, si la vésicule biliaire a été retirée soit pendant la rémission de la cholécystite, soit aux premiers stades de la maladie des calculs biliaires, alors que d'autres organes voisins ne sont pas impliqués dans le processus pathologique: le pancréas, le foie, l'estomac, le duodénum. Les statistiques montrent: si, contrairement à l'avis des médecins, l'opération est retardée, 20% des patients développent des maladies concomitantes - pancréatite, hépatite, ulcère gastro-duodénal. Après cholécystectomie, leur évolution est exacerbée. Des sensations désagréables apparaissent dans l'hypochondre droit, sous l'estomac, nausées, éructations, amertume dans la bouche, il peut y avoir des selles instables, des ballonnements. En d'autres termes, un syndrome dit postcholécystectomie très désagréable se développe. Dans ce cas, un régime ne suffit pas, vous devez ouvrir un «deuxième front» et appeler à l'aide pour un traitement médicamenteux. Quel médicament prescrire, dans chaque cas, le médecin décide. On aura besoin de médicaments qui normalisent la fonction des sphincters des voies biliaires et du duodénum: cerucal, motilium (un comprimé 2-3 fois par jour). Autres - préparations enzymatiques qui favorisent une meilleure digestion et assimilation des aliments, réduisent les ballonnements: festifs, digestifs, créons (1-2 comprimés ou pilules 3-4 fois par jour avec les repas). Le médecin peut prescrire un remède pour réduire la stagnation de la bile dans les voies biliaires: Flamin, Holagogum, 1-2 comprimés ou capsules de Zraza par jour 30 minutes avant les repas. Essentiale-forte est généralement prescrit pour améliorer la fonction hépatique (2 gélules 3 fois par jour). Si le médecin le juge nécessaire, il recommandera des tubas aveugles avec de l'eau minérale et expliquera comment les réaliser..

Médicaments cholérétiques

Nécessaire pour augmenter la sécrétion et l'excrétion de la bile.

Vrais cholérétiques avec acides biliaires:

  • Allohol: à partir de 20 r.
  • Cholenzym: à partir de 200 r.
  • Vigératine: à partir de 150 frotter.
  • Chologon: à partir de 75 frotter.
  • Liobil: à partir de 200 r.

Préparations à base de substances synthétiques:

  • Nikodin: à partir de 200 r.
  • Odeston: à partir de 300 r.
  • Tsikvalon: à partir de 250 r.

Préparations à base de plantes:

  • immortelle de sable;
  • soie de maïs;
  • la tanaisie;
  • holosas;
  • Bourgeons de bouleau;
  • bleuet bleu (fleurs);
  • Origan;
  • huiles (menthe poivrée, térébenthine, calamus);
  • Racine de curcuma.

Vous pouvez clarifier le coût des remèdes à base de plantes à la pharmacie. Leur prix est bien inférieur à celui des autres médicaments et ne dépasse généralement pas 100 roubles..

Produits cholérétiques supplémentaires:

  • eau minérale (Borjomi, Essentuki, Mirgorodskaya)
  • salicylate de sodium;
  • teinture et comprimés de valériane.

Gymnastique pour l'abdomen

Bien sûr, il ne peut être question d'aucune gymnastique dans le premier mois suivant la chirurgie abdominale - toute tension dans les muscles abdominaux provoque des douleurs. Ce n'est qu'après ce temps qu'ils commencent à faire des exercices spéciaux pour former une bonne cicatrice postopératoire mobile et renforcer les muscles abdominaux. Et les patients obèses avec un gros ventre affaissé doivent également porter un bandage. Où l'obtenir, le médecin vous le dira. Ceux qui ont subi une intervention chirurgicale par endoscopie doivent également faire des exercices - ils aident à la sortie de la bile. Dans les six premiers mois ou un an, ne vous engagez pas dans des travaux associés à une tension importante des muscles abdominaux (laver les sols, soulever des poids, creuser des lits...). Et la dernière chose. Prenez votre temps au sanatorium. Pendant les six premiers mois, il est préférable d'être dans un environnement familier et, si nécessaire, de consulter votre médecin.

Recommandations générales pour la restauration du tube digestif

La chirurgie pour enlever la vésicule biliaire est une intervention chirurgicale, après quoi le corps doit s'adapter à de nouvelles conditions. Malgré le fait que cet orgue joue un rôle important, vous pouvez vous en passer sans restrictions particulières. Cependant, immédiatement après l'opération, le risque de complications sous forme de stagnation biliaire augmente. Pour stimuler son élimination, il existe une liste de recommandations générales:

  • suivez un régime, mangez de façon fractionnée et prenez de la nourriture strictement à l'heure;
  • ne surchargez pas le tube digestif avec des aliments gras - si la vésicule biliaire est retirée, la bile au début peut ne pas s'accumuler en quantité suffisante;
  • ne mangez que des aliments bouillis ou cuits à la vapeur, en privilégiant les céréales et les légumes;
  • boire des médicaments pour rétablir l'écoulement de la bile.

En plus des médicaments cholérétiques, d'autres groupes de médicaments peuvent être nécessaires. Avec le syndrome douloureux sévère, des analgésiques et des antispasmodiques sont pris. Assurez-vous de prescrire une antibiothérapie - l'administration en temps opportun d'antibiotiques à des fins préventives empêchera le développement de la microflore bactérienne et l'apparition d'une inflammation purulente. Si la vésicule biliaire est retirée, il est également utile de prendre soin de l'état du foie et de suivre une cure d'hépatoprotecteurs.

Un ensemble d'exercices

Effectuez chaque exercice 10 à 15 fois, mais si vous vous sentez fatigué, réduisez la charge, réduisez leur répétition. 1. Position de départ (f. P.) - couché sur le dos, les jambes pliées au niveau des genoux, les pieds légèrement plus larges que les épaules. Après une profonde inspiration, les genoux se plient dans un sens ou dans l'autre. 2. I. p. - couché sur le dos, les jambes pliées aux genoux. Placez un sac de sable (250-300 g) sur le haut de votre abdomen. Lorsque vous expirez, essayez de le soulever le plus haut possible, tout en inspirant, abaissez-le. Idem avec une poche placée sur le bas de l'abdomen. 3. I. p. - couché sur le côté gauche, les jambes pliées au niveau des articulations du genou et de la hanche. En expirant, ramenez votre jambe droite en arrière, en augmentant progressivement l'amplitude et en diminuant l'angle de flexion. La même chose est du côté droit. 4. I. p. - couché sur le dos, les jambes étendues et divorcées au maximum sur les côtés, les bras le long du corps. Mouvement croisé des jambes droites - droite sur gauche, gauche sur droite. La respiration est arbitraire. 5. I. p. - assis sur une chaise, penché en arrière, les mains pour saisir le siège. Prenez une profonde inspiration. En expirant, en vous appuyant sur vos bras et vos jambes, soulevez votre bassin, revenez à sa position d'origine. 6. I. p. - assis sur le tapis, les bras le long du corps, les jambes jointes. Après une profonde inspiration, alterner le torse se penche vers la droite et vers la gauche. Ensuite, le corps se penche vers la gauche avec la main droite levée et vers la droite avec la main gauche levée. 7. I. p. - debout derrière une chaise, tenant le dos. Après avoir pris une profonde inspiration en expirant, déplacez votre jambe droite sur le côté et en arrière. La même chose avec le pied gauche. 8. I. p. - debout, les pieds à la largeur des épaules, les mains sur la ceinture. Tourne le torse alternativement vers la droite et vers la gauche. La respiration est arbitraire.

Docteur en sciences médicales, professeur

Médicaments de pharmacie

Les pharmacies proposent une large sélection de médicaments pour la sécrétion et la sortie de la bile. Ils diffèrent par leur composition et leur mécanisme d'action et sont utilisés pour différentes indications. Les principaux médicaments de ce groupe et leurs caractéristiques sont présentés dans le tableau.

De nombreux problèmes associés au système biliaire nécessitent une approche particulière. Le dépôt de calculs ou de types compliqués de maladies biliaires est une indication pour l'ablation de la vésicule biliaire. Une opération d'amputation d'un organe s'appelle une cholécystectomie. Dès 6 à 12 mois après la chirurgie, le patient peut retrouver une vie bien remplie. D'ici là, vous devez écouter attentivement votre médecin: clarifiez quels médicaments prendre après avoir retiré la vésicule biliaire, quels produits peuvent être consommés.

Quels médicaments boire?

Après l'ablation de la vésicule biliaire touchée, une affection appelée syndrome postcholicystectomie se développe. Le premier signe clinique de la maladie est une douleur intense. Pour l'arrêter, les médicaments suivants sont prescrits:


Lorsqu'une personne se fait enlever la vésicule biliaire, il y a une possibilité de développer un syndrome postcholicystectomie, afin d'éviter quels médecins prescrivent des antispasmodiques et des pilules anti-inflammatoires..

  1. Antispasmodiques avec un effet supplémentaire pour améliorer le tube digestif, par exemple, "Pirenzepine", "Drotaverin", "Pinaveria Bromide", "Mebeverin".
  2. Médicaments anti-inflammatoires pour le soulagement des douleurs sévères et aiguës. Pour ajuster la fonction digestive, se débarrasser de la diarrhée, vous devrez prescrire des médicaments contenant de la bile, des acides biliaires, des enzymes digestives:
  • Allochol;
  • "Ursofalk";
  • Liobil;
  • "Omez";
  • "Cholenzym".

Les comprimés doivent être alternés avec la prise de yaourts et de kéfirs enrichis en bifidobactéries.

Les cas individuels nécessitent un rendez-vous:

  • disaccharide de lactulose - pour le traitement de la constipation;
  • médicaments antidiarrhéiques et antimicrobiens pour la diarrhée chronique;
  • médicaments "Simethicone", "Dimethicone" - pour le traitement des flatulences;
  • médicaments "dompéridone" - pour éliminer le péristaltisme inverse, les nausées et les vomissements associés;
  • entérosorbant à la lignine, charbon actif - pour le traitement d'une intoxication sévère;
  • agents contenant de l'aluminium et neutralisant les acides - pour le traitement des brûlures d'estomac et l'élimination des syndromes douloureux, en particulier après une suralimentation.

À l'avenir, il peut être nécessaire de prescrire des antibiotiques tétracycline pour prévenir l'inflammation des voies biliaires et des intestins.

Antispasmodiques

Avec la stagnation de la bile, il est nécessaire de prendre un médicament cholérétique. Peut-on prendre des cholagogues en l'absence de vésicule biliaire? Dans ce cas, il est nécessaire de prendre des médicaments cholérétiques. Les médicaments pris pour éliminer les symptômes désagréables empêcheront la congestion et la formation secondaire de calculs.

Pour protéger les cellules hépatiques des dommages, lui-même de la stagnation, les médicaments cholérétiques constitueront une excellente prévention. Ils aideront à prévenir l'inflammation, à restaurer toutes les fonctions du système digestif et du tractus intestinal. En outre, ces médicaments contribuent à la digestion rapide des aliments..

La préparation à base de plantes est Allochol. Il favorise l'écoulement de la bile, a un effet positif sur le fonctionnement du foie, aide à se débarrasser de la fermentation des aliments dans le tractus intestinal, soulage l'augmentation de la production de gaz et des flatulences, liquéfie la sécrétion.

D'autres médicaments couramment utilisés sont Holenzym, Holosas. Ils favorisent la sortie des sécrétions, nettoient les organes, aident à décomposer les aliments et éliminent les symptômes désagréables..

Quels médicaments prendre après avoir enlevé la vésicule biliaire afin d'éviter de perturber le système digestif, le médecin décide. Les gastro-entérologues et les chirurgiens ont compilé une liste de médicaments éprouvés.

La prévention

Le syndrome postcholécystectomie peut être évité grâce à des examens réguliers planifiés et complets des organes digestifs. Cela aidera à identifier en temps opportun les anomalies du travail du foie, de l'estomac et des intestins, qui prennent une double charge après le retrait de la vésicule biliaire.

Sous réserve de toutes les recommandations et des cours d'entretien, les symptômes ne se manifestent pas de manière intense ou disparaissent complètement. Vous pouvez en apprendre davantage sur le régime alimentaire après le retrait de la vésicule biliaire à partir de cette vidéo.

Pilules à base de plantes

A long terme, lorsque les conséquences de la cholécystectomie ne sont pas aussi prononcées, il serait raisonnable de prêter attention aux médicaments cholérétiques mixtes. Ils agissent à la fois comme cholécinétique et cholérétique. Ces médicaments sont à base d'herbes, donc leur effet est le plus doux et le plus doux, semblable à celui des méthodes de médecine traditionnelle..

Ainsi, au lieu de faire des décoctions d'herbes immortelles, de chardon-Marie ou de chélidoine, vous pouvez tout simplement contacter la pharmacie. Là, parmi la variété de médicaments cholérétiques, il existe des médicaments tels que Choledius, Holosas, Holagogum, Hofitol, Holagol, Tsinariks.

Le principal avantage de ces médicaments est un effet cholérétique sûr et léger. De plus, contrairement aux infusions et décoctions d'herbes faites maison, dans les médicaments, les substances actives sont strictement dosées, il est donc plus facile et plus pratique de les utiliser..